Fausses valeurs et vrais problèmes

Résumé

Le peuple a des valeurs que la « bien-pensance » dédaigne et des problèmes où le « penser faux » de ses élites le mène au désastre !

Suite à sa très « modeuse » indignation sur les misères du monde, Stéphane Hessel, conscient qu’il ne suffisait pas de crier ses bons sentiments, a embrigadé Edgar Morin dans l’écriture d’un petit ouvrage rapide qu’ils ont baptisé « Le chemin de l’espérance ». Le chemin est sinueux et la pensée la plus simple y devient naturellement « complexe ». Ils y décrivent les perspectives d’une fort sympathique « civilisation de l’humanité » comme les socio-économistes « onusiens » veulent prendre la mesure du « bonheur national brut » ou d’autres mener plus modestement une « politique de l’individu » ou du « mieux vivre » !

 C’est magique, c’est beau, c’est généreux mais comme le rappelle Simone Weil, passant de la théorie à l’action, les penseurs doivent revenir sur terre sous peine de se heurter à l’écueil !

 Non, il n’est pas indigne pour l’homme d’action d’agir en fonction des circonstances ni interdit aux « intellectuels » d’avoir l’intelligence du monde. Ils éviteront ainsi de se laisser aller à des constructions de l’esprit et projets, inutiles ou comiques lorsqu’ils s’avèrent simplement farfelus mais aux conséquences dramatiques lorsqu’ils en arrivent à broyer l’humanité dans l’engrenage d’une idéologie fausse.

 Une société se construit avec les siècles mais elle s’effondre d’un souffle si, prise dans les tourbillons de l’évolution du monde, elle néglige de préserver sa cohésion interne et perd sa capacité de résister aux agressions externes qui la mettraient en péril. Au-delà des mots qu’on érige trop facilement en grands principes, il est des mesures de salut public que l’homme d’état doit prendre lorsque la situation le commande, même contre l’avis et les criailleries des clercs et des bien-pensants.

Sommaire

-Maîtriser la nature et le flux de l’immigration n’est pas immoral ni indigne mais nécessaire et juste pour mieux aider les immigrés qui en feront l’effort, à s’intégrer à la société européenne qui les accueille.

-On ne met pas l’islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays … cela s’applique à tous, y compris naturellement aux musulmans français ou étrangers !

-Punir un délinquant n’est pas non plus une « indignité » quelles que soient les « excuses » qu’on puisse lui trouver … on ne devient pas nécessairement un voyou du seul fait qu’on soit « jeune », pauvre, immigré ou chômeur !

-L’école et l’éducation vont à vau l’eau, ils sont les outils premiers du progrès économique et social, de la cohésion nationale et de l’intégration des populations immigrées … encore faudrait-il que les parents éduquent et que les enseignants enseignent !

-Au delà de l’Education Nationale, l’ineffectivité du secteur public dans son ensemble n’est pas un problème de moyens mais de définition des missions et d’efficacité dans l’utilisation de ces moyens …. l’allergie à la réforme, le conservatisme syndical et la gauche à contre-sens !

-Le sociétal contre le socialquand l’accessoire noie l’essentiel ! Cyniques, ils tentent d’amuser le peuple ! Incompétents, ils papillonnent au lieu d’aller au but !

-Bien-pensance et penser faux … « verts-bobos » et « verts-fachos », l’écologisme contre l’écologie

- Des riches et des pauvres,l’inégalité est dans la nature des choses hélas ! nos sociétés modernes ont engendré le « petit-bourgeois normalisé » chez qui triomphe l’égalitarisme des médiocres !

Irréfléchis qu’on peut excuser (gauches et FN qui s’obstinent à penser faux !) et crétins impardonnables (les droites qui « ne veulent pas de Fillon » !) (15 Février 2017)

on .

Amis « crétins », l’enjeu, c’est la France ! Ne faites pas en 2017 comme les « crétins » de 2012 !

 

La France vient de connaître cinq années de désastre parce que les crétins de droite et du centre qui « n’aimaient pas Sarkozy », ont voté ou laissé voter Hollande en 2012. La France en 2017 est à bout de déliquescence et plus que jamais face à son destin. Elle ne peut se permettre de perdre cinq années de plus !

L’enjeu de 2017 est de rétablir la France dans son rôle séculaire de puissance-pivot en Europe et de construire une Europe capable de s’affirmer comme la puissance mondiale de référence du 21è siècle.

Les « gauches » viennent de démontrer à nouveau leur incapacité à le faire, économie et emploi à la dérive, cohésion sociale en péril et autorité de l’Etat perdue. Elles pensent faux et agissent à contresens ! Elles en sont excusables parce qu’incapables de faire la « révolution » qui les débarrasserait de l’idéologie qui les bloque depuis plus de cinquante ans, quand elles ont commencé à confondre liberté et libertarisme, égalité et égalitarisme et solidarité avec bisounourserie. Elles ont bêtement suivi leurs intellectuels mais leurs intellectuels pensaient faux ! Le peuple ne croit plus à leurs lubies christo-marxistes même après qu’ils ont tenté de les habiller des oripeaux du nouveau catéchisme écolo-droit de l’hommiste … et les gauches ont perdu à la fois, leur cap et le peuple !

Le Front National aussi est excusable du seul fait que sa « Cheffe » inspirée par quelque mauvais génie, lui a imposé des idées économiques et sociales qui en font un clone de la démagogie gauchisante des Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ! Il a cependant, un point positif à son actif ce qui le distingue de la gauche qui n’a pas d’actif ! Il veut cadrer l’immigration et les pratiques de l’islam dont la gauche, toute à sa bisounourserie anti-coloniale et à son « obsession pro-minorités », s’obstine à nier le danger pour la cohésion sociale, l’identité nationale, l’ordre public et la sécurité nationale ce qui lui permet de tenter d’excuser auprès du peuple, sa lâcheté et sa criminelle inaction à cet égard.

A gauche encore, mais en plus drôle, le ludion Macron, en passe de devenir le moulin à vent de la com’politique érigée en seule source programmatique, un programme en quelque sorte incréé comme le Coran  mais un Coran qui change tous les jours au gré des interlocuteurs à qui il faut plaire ! Macron n’est ni de droite ni de gauche ce qui l’autorise à tous les têtes à queue imaginables et il est devenu le nouveau gourou de la « démocratie participative » avec laquelle on trompe si bien la « société civile » comme Ségolène Royal l’avait tenté en 2007, des vieilles lunes qui n’ont jamais eu de résultat politique concret pas plus que les lubies des « majorité d’idées » et des « deux français sur trois ». Bref, beaucoup de grandes idées et de belles paroles qui plaisent à quelques vieilles dames désireuses de « cocooner » notre jeune candidat évangéliste ou quelques vieux messieurs qui voudraient se faire cocooner par lui ainsi qu’aux bobos des centre-villes qui adorent le Macron comme les Incas adoraient le Soleil … mais les bobos, ce n’est pas le peuple et le peuple n’est pas forcé de croire à l’Evangile selon Saint Macron !

On pardonnera donc aux « gauches » leur persistance dans l’erreur marxiste du siècle passé même si elles l’ont depuis agrémentée voire remplacée par un écolo-droit de l’hommisme qui les aide à instaurer la dictature de la gaucho-bien-pensance sur les jeunes générations boboïsées à défaut de celle d’un prolétariat qui n’existe plus ! On pardonnera au FN de ne pas avoir su rester à droite et d’avoir sombré dans une démagogie primitive gauchisante qui, pense-t-il, lui permettra de mieux tromper le peuple par des promesses matérielles intenables mais plus séduisantes que de lui demander un effort de longue durée. On pardonnera au jeune candidat Macron de se laisser aller pour plaire, à un délire romantique de nature à séduire quelques Français pendant un temps mais pas le peuple pendant très longtemps.

En revanche, ne sauraient être absous les « crétins » de droite et du centre qui s’obstinent à « refuser Fillon » parce que leur champion, Sarkozy, Juppé ou un autre, a été recalé aux primaires ou que Fillon n’aurait pas fait ou dit ce qu’il fallait  !!!

Eh quoi, tout le monde à droite et au centre, à défaut d’un de Gaulle qui s’imposerait absolument, a accepté de se soumettre au processus des primaires et même si Fillon a pu être méchant avec tel ou tel de ses concurrents, c’est le jeu de la bataille électorale. Et ceci d’autant que tous les « vaincus » de ces primaires ont sans hésitation décidé de soutenir la gagnant et recommandé à leurs « troupes » de le suivre et de l’aider à réussir « l’alternance » !

Il y a aussi les candidats directs ou mieux dit les candidats-pirates qui ne sont pas passés par les primaires mais qui ont le front d’affirmer leur légitimité parce qu’ils se prennent pour le Messie voire pour de Gaulle comme François Bayrou ou parce qu’ils croient posséder un morceau du Graal ou de la sainte Croix de Lorraine comme Henri Guaino, Michèle Alliot-Marie ou d’autres encore comme Nicolas Dupont-Aignan ! Non, quelle que soit l’estime qu’on puisse leur accorder, ils n’ont aucune légitimité supérieure à celle des autres parce qu’ils n’ont aucune chance d’être consacrés par le vote populaire or la légitimité gaullienne passe par l’assentiment du peuple réuni.

Et puis vinrent les boules puantes du combat politique, les attaques contre François Fillon, montées artificiellement en forme de « coup d’état institutionnel » par des officines de gauche auxquelles Fillon faisait peur, avec la complicité d’un parquet de gauche irrespectueux de la séparation des pouvoirs et relayées par le tambour médiatique d’une presse éminemment et majoritairement gaucho-pensante à propos de pratiques parlementaires anciennes, peut être exagérées mais parfaitement légales. Cette campagne de dénigrement a réussi non seulement à démotiver pendant un temps une partie des électeurs de droite mais à démoraliser une partie des notables qui le soutenaient plus directement au point que certains d’entre eux comme le député Georges Fenech pourtant rompu aux cabrioles de la justice politique, en sont venus à réclamer à cors et à cris qu’il renonce à sa candidature ! Qu’ils cessent donc de s’affoler ! Qu’ils cessent d’avoir peur pour la droite comme pour leur situation personnelle ( ?) ! Qu’ils se taisent et qu’ils reprennent le combat au lieu de se lamenter et de semer le doute dans les rangs !

Qu’ils soient des « déçus » partisans des battus de la primaire, qu’ils soient des partisans des candidats-pirates ou qu’ils soient des « déçus directs » de Fillon en raison des accusations et des manœuvres dirigées contre lui alors même que ces accusations sont sans doute sans fondement et ces manoeuvres illégales, préfèrent-ils vraiment laisser la victoire à Marine Le Pen, à la gauche Macron ou à ces gauches toujours incorrigibles plutôt que de voter Fillon ? Croient-ils vraiment que ces politiciens réussiront à redresser le pays alors même que leur programme ou les bavardages ou imprécations qui en tiennent lieu, vont à l’encontre de cet objectif ?

Qu’ils reviennent sur terre et se guérissent de leurs émotions ou de leurs rêveries ! Qui à droite si ce n’est Fillon ?  Ont-ils un « quelconque » de Gaulle sous la main ? Bayrou ? Guaino ? Dupont-Aignan ? …

S’ils persistent à « refuser Fillon », ils deviendront des crétins du même calibre que ceux qui ont fait perdre Sarkozy en 2012 au prétexte qu’ils « n’aimaient pas ou n’aimaient plus Sarkozy » !!!

Allons, ce n’est pas de Fillon ni de Sarkozy ni de Juppé ni de personne d’autre qu’il s’agit ni même de De Gaulle, hélas ! Il s’agit du peuple français qu’il faut sortir de la déliquescence intellectuelle et physique où l’entraîne la gaucho-pensance, de redresser la France pour la rétablir dans sa grandeur et lui permettre de ré-installer la civilisation européenne dans son rôle de civilisation mondiale de référence !

Oui, s’ils persistaient, ils deviendraient des crétins impardonnables au siècle des siècles car ils « sauraient parfaitement ce qu’ils font » !

Ils doivent cesser de chougner, de se plaindre et de critiquer François Fillon, ils doivent aussi se préparer à prendre le recul nécessaire pour voter Fillon à la Présidentielle et pour le salut de la France, l’aider à gagner cette élection cruciale.

Assez de bêtises, assez de temps et d’énergie perdus, la France attend et elle ne peut plus se permettre de rater un nouveau quinquennat. Il faut faire confiance à Fillon même si « on ne l’aime pas », il n’y a pas d’autre choix et nous n’avons pas de De Gaulle … à moins que justement … !?