Fausses valeurs et vrais problèmes

Résumé

Le peuple a des valeurs que la « bien-pensance » dédaigne et des problèmes où le « penser faux » de ses élites le mène au désastre !

Suite à sa très « modeuse » indignation sur les misères du monde, Stéphane Hessel, conscient qu’il ne suffisait pas de crier ses bons sentiments, a embrigadé Edgar Morin dans l’écriture d’un petit ouvrage rapide qu’ils ont baptisé « Le chemin de l’espérance ». Le chemin est sinueux et la pensée la plus simple y devient naturellement « complexe ». Ils y décrivent les perspectives d’une fort sympathique « civilisation de l’humanité » comme les socio-économistes « onusiens » veulent prendre la mesure du « bonheur national brut » ou d’autres mener plus modestement une « politique de l’individu » ou du « mieux vivre » !

 C’est magique, c’est beau, c’est généreux mais comme le rappelle Simone Weil, passant de la théorie à l’action, les penseurs doivent revenir sur terre sous peine de se heurter à l’écueil !

 Non, il n’est pas indigne pour l’homme d’action d’agir en fonction des circonstances ni interdit aux « intellectuels » d’avoir l’intelligence du monde. Ils éviteront ainsi de se laisser aller à des constructions de l’esprit et projets, inutiles ou comiques lorsqu’ils s’avèrent simplement farfelus mais aux conséquences dramatiques lorsqu’ils en arrivent à broyer l’humanité dans l’engrenage d’une idéologie fausse.

 Une société se construit avec les siècles mais elle s’effondre d’un souffle si, prise dans les tourbillons de l’évolution du monde, elle néglige de préserver sa cohésion interne et perd sa capacité de résister aux agressions externes qui la mettraient en péril. Au-delà des mots qu’on érige trop facilement en grands principes, il est des mesures de salut public que l’homme d’état doit prendre lorsque la situation le commande, même contre l’avis et les criailleries des clercs et des bien-pensants.

Sommaire

-Maîtriser la nature et le flux de l’immigration n’est pas immoral ni indigne mais nécessaire et juste pour mieux aider les immigrés qui en feront l’effort, à s’intégrer à la société européenne qui les accueille.

-On ne met pas l’islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays … cela s’applique à tous, y compris naturellement aux musulmans français ou étrangers !

-Punir un délinquant n’est pas non plus une « indignité » quelles que soient les « excuses » qu’on puisse lui trouver … on ne devient pas nécessairement un voyou du seul fait qu’on soit « jeune », pauvre, immigré ou chômeur !

-L’école et l’éducation vont à vau l’eau, ils sont les outils premiers du progrès économique et social, de la cohésion nationale et de l’intégration des populations immigrées … encore faudrait-il que les parents éduquent et que les enseignants enseignent !

-Au delà de l’Education Nationale, l’ineffectivité du secteur public dans son ensemble n’est pas un problème de moyens mais de définition des missions et d’efficacité dans l’utilisation de ces moyens …. l’allergie à la réforme, le conservatisme syndical et la gauche à contre-sens !

-Le sociétal contre le socialquand l’accessoire noie l’essentiel ! Cyniques, ils tentent d’amuser le peuple ! Incompétents, ils papillonnent au lieu d’aller au but !

-Bien-pensance et penser faux … « verts-bobos » et « verts-fachos », l’écologisme contre l’écologie

- Des riches et des pauvres,l’inégalité est dans la nature des choses hélas ! nos sociétés modernes ont engendré le « petit-bourgeois normalisé » chez qui triomphe l’égalitarisme des médiocres !

Les simagrées de la droite, l'exaspération du peuple français et la montée des « extrêmes » ! La droite va-t-elle enfin comprendre ? (7 Juin 2017)

on .

... la bobo-politique façon Macron-Philippe n'est pas la réponse ! LA FRANCE A BESOIN D’UNE DROITE FORTE !

Contaminée par ses "élites" et ses "media", une partie du peuple français est assez largement devenue "bobo-petite-bourgeoise" au sens le plus étriqué et uniformément gaucho-bien-pensant que ce terme peut évoquer. Cela expliquerait le certain succès de l'improbable entreprise d'un jeune énarque qui n'a jamais mis les pieds que dans les confortables bureaux de la technocratie publique ou dans les salons feutrés des conseils en finance, qui ne connait rien de la vie et des problèmes du peuple mais s’est fixé un créneau prioritaire de com’ politique, celui des jeunes bobos urbains qu’il séduit en leur parlant le « bisounours courant » et qu’il trompe sans vergogne en leur envoyant de fausses images subliminales de jeunesse, renouveau et modernisme sans leur expliquer ce que cela implique d’effort voire de sacrifices et d’esprit de responsabilité !

Et que voit-on à droite ? Des personnalités (j’allais dire des « responsables » !!!) de la droite molle et de cette partie du centre qui a toujours hésité dans l’action, des droito-centristes irresponsables donc, qui, après avoir largement contribué à la descente aux enfers de Nicolas Sarkozy et de F. Fillon par leur pusillanimité et leur peur de dire et de faire, ont entrepris de « tendre la main » au nouveau Macron de l’Elysée voire de « l’aider » à mettre en œuvre « son programme » … pour éventuellement obtenir en remerciement quelque poste d’importance ! Certains ont déjà obtenu ces postes si convoités mais tous ceux qui sont prêts à s’aplatir devant le nouveau pouvoir tout en se disant « de droite » voire de « droite constructive », ont tous sans exception, fait partie à un moment ou à un autre des « crétins, des diviseurs, des lâcheurs ou des traîtres » qui ont purulé comme des champignons en automne au cours des campagnes électorales successives que nous venons de vivre (voir les textes publiés à ce sujet sur ce même site et la raison de cette diversité de qualificatifs dans le déshonneur politique).

Ils ont eu peur et préféré continuer de « cuire leur petite soupe sur leur petit feu dans leur petit coin » persistant dans l’erreur fondamentale chiraco-juppéenne de vouloir construire et re-construire la droite au centre et laisser le pays s’enliser dans cette mollocratie ou gauche molle, centre et droite molle peuvent en effet se complaire et se reconnaître, anesthésiés voire drogués par la facilité et le laisser-aller qu’ils ont fait régner sur le pays depuis plus de trente ans de Mitterand à Chirac puis Hollande à la seule exception du sursaut sarkozyen auquel le peuple français abusé par ses élites et leurs media, n’avait hélas, rien compris.

Ce faisant, cette droite trahit la France car ce ne sont ni les extrêmes ni la gauche ni le centre ni cette soupe nouvelle qu’on nous propose de bobo-politique ni droite-ni gauche ni d’ici ni d’ailleurs, qui sauveront la France et la rétabliront dans son rôle séculaire de puissance-pivot en Europe.

Quand donc cette droite comprendra-t-elle que c’est au Front National qu’il faut reprendre nos électeurs qui s’y sont égarés parce qu’ils étaient exaspérés par ses palinodies et trahisons successives ? Quand donc comprendra-t-elle que c’est en traitant au fond et jusqu’au bout les problèmes du peuple qu’on le ramènera à droite et non en faisant droit aux fausses valeurs de cette gaucho-bien-pensance délétère, devenue depuis plus de quatre décennies la principale cause de la déliquescence nationale ?

Exaspéré donc par le comportement de ces gens de « droite mais … », de ces gens qui se veulent « constructifs » avec d’autres mais n’ont jamais été capables par manque de courage ou par peur de déplaire, de construire par eux-mêmes et de faire effectivement pour le peuple et pour la France ce dont le peuple et la France avaient vraiment besoin, je fais suivre une lettre énervée envoyée il y a quelques jours à Nathalie Kosciusko-Morizet mais qui s’adresse évidemment à tous ceux de cette exécrable « droite irresponsable », qu’ils aient déjà goûté au potage macronien, qu’ils s’apprêtent à le faire ou qu'ils n'y voient rien de choquant !!!

 

Copie du message adressé le 1er Juin à Nathalie KM

  

Chère amie,

Merci de m’avoir envoyé « votre » programme dont j’imagine que vous l’entendez comme partie intégrante et complète du programme LR car il s’agit d’envoyer à l’Assemblée Nationale le 18 Juin, un bloc de droite forte, soudée et cohérente et non quelques électrons libres qui se diraient « de droite » mais « en même temps » compatibles avec telle ou telle entreprise de bobo-politique centrisante ni de droite ni de gauche ni d’ici ni d’ailleurs !

Il est évident que pour la droite LR, il ne s’agit pas « d’aider » notre jeune Président Emmanuel Macron à mettre en œuvre son programme mais bien de le cadrer voire l’obliger à faire jusqu’au bout les réformes dont le pays a besoin à savoir celles du programme LR, au cas où le couple Macron-Philippe hésiterait ou refuserait d’agir voire songerait à diluer ses mesures, à procrastiner ou reculer devant les oppositions qui ne manqueront pas de se manifester.

Il est à cet égard, étrange voire insupportable d’entendre E. Philippe déclarer dans les media « qu’en fin de compte, il n’y a pas grande différence entre Juppé et Macron » !!! Sans insister sur ce qu’a d’indécent cette nouvelle expression du fameux « bonnet blanc et blanc bonnet », cela tend à crédibiliser les slogans du Front National type UMPS ou LRPS qui depuis des années reprochent à la « droite molle » au pouvoir de n’avoir fait que cloner les mesurettes et l’ineffectivité de la « gauche molle » tant en matière de compétitivité et d’emploi qu’en ce qui concerne le cadrage « immigration-islam » et les affaires d’autorité de l’Etat. 

A ce propos, il serait temps de comprendre que notre ami Alain Juppé dans les pas augustes de Jacques Chirac et avec tous ceux qui le soutiennent, jeunes ou plus anciens comme JP. Raffarin (ex-UDF) ou une partie de l’UDI, bref, tout ce qu’on peut qualifier de « droite molle », persévère dans l’erreur depuis des années en s’obstinant à vouloir faire et refaire la droite au centre malgré l’échec et l’ineffectivité de cette combinaison qui nous ramène à l’incurie de la IVè République avec les rêves de Troisième Force !

Ils sont plus encore que la gauche, les premiers pourvoyeurs du FN qui ne cesse depuis trente ans maintenant, d’ouvrir les bras à nos électeurs exaspérés que la droite au pouvoir se préoccupe plus de faire droit aux fausses valeurs de la gaucho-bien-pensance dont elle s’est laissé contaminer, que de traiter au fond les vrais problèmes du peuple qui sont la compétitivité de l’économie et l’emploi, la cohésion et l’identité nationales et l’autorité de l’Etat avec son corollaire la sécurité publique.

Il est temps que tous comprennent à droite que c’est au Front National qu’il faut reprendre nos électeurs en redressant la France et non au centre qu’il faut les chercher dans la mesure où le centre a toujours été un handicap majeur dans la prise de décisions graves et la conduite d’actions fortes.

Il est donc non moins clair que se laisser séduire par le « mirage Macron », serait une erreur du même acabit qui alimenterait plus rapidement encore le FN pour les prochaines élections au cas hélas, plus que probable où notre jeune nouveau Président soit plus un homme de com’ politique qu’un homme d’action et où il lui soit impossible de faire « marcher ensemble » une majorité éventuelle mais totalement disparate, inexpérimentée et sujette à des courants browniens divergents ou opposés !

C’est là, chère Nathalie Kosciusko-Morizet, que le BLOC DROITE FORTE LR pourra entrer en action et je vous sais gré d’avoir dit quelque part que vous n’accorderiez pas un blanc-seing à E. Macron ou à ses équipes. Il serait bon néanmoins de le réaffirmer et de grâce faisons « bloc » et respectons la discipline du parti même si nous pouvons tous et toutes, avoir des idées, des envies et des pulsions plus ou moins vives. Il faut à certains moments savoir retenir sa langue et ses élans au bénéfice d’une action efficace et forte … pour le parti mais surtout pour la France et le peuple français qui n’ont que faire de nos caprices !

Le bon sens et l’intérêt de la France le commandent. Laissons donc de côté nos pulsions et nos intérêts personnels, de groupe ou de clan ! Certains de nos responsables qui se prétendent « de droite » voire « gaullistes » (!?) se sont déjà beaucoup trop affranchis de cette discipline individuelle et collective à commencer par ceux qui ont franchi la ligne du saute-Macron ! C’était l’honneur de de Gaulle d’avoir bousculé les lignes en 40 ou en 58 mais ceux et celles dont nous parlons, ne sont pas de Gaulle et les circonstances ne sont pas les mêmes car la démocratie n’est pas en péril et les institutions de la Vè République tiennent bon ! Ce sont hélas, nos gouvernants qui sont mauvais ou font de la mauvaise politique depuis beaucoup trop longtemps et le peuple s’en exaspère !

Je vous invite sur ces sujets, à lire le dernier texte de http://bienpensance-penserfaux.eu sans même évoquer le cas des « crétins, diviseurs, lâcheurs et traîtres » qui ont sévi pendant la campagne et dont je parle dans un autre texte sur le même site.

Bien amicalement.