Fausses valeurs et vrais problèmes

Résumé

Le peuple a des valeurs que la « bien-pensance » dédaigne et des problèmes où le « penser faux » de ses élites le mène au désastre !

Suite à sa très « modeuse » indignation sur les misères du monde, Stéphane Hessel, conscient qu’il ne suffisait pas de crier ses bons sentiments, a embrigadé Edgar Morin dans l’écriture d’un petit ouvrage rapide qu’ils ont baptisé « Le chemin de l’espérance ». Le chemin est sinueux et la pensée la plus simple y devient naturellement « complexe ». Ils y décrivent les perspectives d’une fort sympathique « civilisation de l’humanité » comme les socio-économistes « onusiens » veulent prendre la mesure du « bonheur national brut » ou d’autres mener plus modestement une « politique de l’individu » ou du « mieux vivre » !

 C’est magique, c’est beau, c’est généreux mais comme le rappelle Simone Weil, passant de la théorie à l’action, les penseurs doivent revenir sur terre sous peine de se heurter à l’écueil !

 Non, il n’est pas indigne pour l’homme d’action d’agir en fonction des circonstances ni interdit aux « intellectuels » d’avoir l’intelligence du monde. Ils éviteront ainsi de se laisser aller à des constructions de l’esprit et projets, inutiles ou comiques lorsqu’ils s’avèrent simplement farfelus mais aux conséquences dramatiques lorsqu’ils en arrivent à broyer l’humanité dans l’engrenage d’une idéologie fausse.

 Une société se construit avec les siècles mais elle s’effondre d’un souffle si, prise dans les tourbillons de l’évolution du monde, elle néglige de préserver sa cohésion interne et perd sa capacité de résister aux agressions externes qui la mettraient en péril. Au-delà des mots qu’on érige trop facilement en grands principes, il est des mesures de salut public que l’homme d’état doit prendre lorsque la situation le commande, même contre l’avis et les criailleries des clercs et des bien-pensants.

Sommaire

-Maîtriser la nature et le flux de l’immigration n’est pas immoral ni indigne mais nécessaire et juste pour mieux aider les immigrés qui en feront l’effort, à s’intégrer à la société européenne qui les accueille.

-On ne met pas l’islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays … cela s’applique à tous, y compris naturellement aux musulmans français ou étrangers !

-Punir un délinquant n’est pas non plus une « indignité » quelles que soient les « excuses » qu’on puisse lui trouver … on ne devient pas nécessairement un voyou du seul fait qu’on soit « jeune », pauvre, immigré ou chômeur !

-L’école et l’éducation vont à vau l’eau, ils sont les outils premiers du progrès économique et social, de la cohésion nationale et de l’intégration des populations immigrées … encore faudrait-il que les parents éduquent et que les enseignants enseignent !

-Au delà de l’Education Nationale, l’ineffectivité du secteur public dans son ensemble n’est pas un problème de moyens mais de définition des missions et d’efficacité dans l’utilisation de ces moyens …. l’allergie à la réforme, le conservatisme syndical et la gauche à contre-sens !

-Le sociétal contre le socialquand l’accessoire noie l’essentiel ! Cyniques, ils tentent d’amuser le peuple ! Incompétents, ils papillonnent au lieu d’aller au but !

-Bien-pensance et penser faux … « verts-bobos » et « verts-fachos », l’écologisme contre l’écologie

- Des riches et des pauvres,l’inégalité est dans la nature des choses hélas ! nos sociétés modernes ont engendré le « petit-bourgeois normalisé » chez qui triomphe l’égalitarisme des médiocres !

Immigration et islam (1) … Cohésion sociale et identité française sont des impératifs nationaux qui commandent un cadrage strict du processus intégration-assimilation (14 Novembre 2017 ex- 6/09/2016)

on .

… commandement n° 1 : une immigration contrôlée dans un Etat fort et responsable

« Il est très bien qu’il y ait des français noirs, des français jaunes, des français bruns mais la France est un pays de race blanche, de religion chrétienne et de culture gréco-latine ». Ainsi parlait de Gaulle et il ajoutait : « Si quelqu’un ou un groupe de personnes se plaint de racisme à son égard, c’est qu’il provoque quelque rejet de la part des français chez qui il vit » et il précisait « … ceux qui apportent du bien, on les reçoit à bras ouverts ! ». De Gaulle n’était ni raciste ni xénophobe ni islamophobe. Il était français. Comme tous les français, il voulait que la France reste la France et que sa cohésion nationale ne soit pas mise en péril ni son identité diluée par des gens de l’extérieur qui ne feraient pas l’effort de s’intégrer dans son corps social en respectant strictement ses lois, ses coutumes et sa culture puis éventuellement, s’y assimiler complètement jusqu’à sentir et aimer la France au point de devenir français.

La France a vécu beaucoup d’aventures grandes ou désastreuses depuis 15 siècles mais prenant le relais de l’Empire Romain, elle est toujours restée au cours des siècles, la puissance-pivot de l’Europe et de sa civilisation. C’est ainsi qu’après la Renaissance européenne des 15è et 16è siècles, elle a inventé les « Lumières », la démocratie, les Droits de l’Homme avec les concepts de liberté, égalité, fraternité qu’elle a répandus dans toute l’Europe et l’Europe à son tour, dans le monde entier en commençant par l’Amérique. Tous les pays du monde d’aujourd’hui sont nés et se sont développés sur les bases de la civilisation européenne technique, scientifique, politique, économique et culturelle, quelle que soit leur culture d’origine. Elle est devenue la civilisation du monde et toutes les religions et philosophies, christianisme, hindouisme, bouddhisme, confucianisme et autres cultures mono- ou polythéistes, se sont adaptées à cette nouvelle civilisation mondiale … toutes sauf l’islam qui doit encore faire sa réforme s’il veut à nouveau rentrer dans « l’Histoire » ! Il en est sorti en effet, il y a plus de cinq siècles quand ses clercs et ses responsables politico-religieux ont encore une fois, malgré les objurgations des intellectuels musulmans les plus clairvoyants de l’époque, décidé de s’enferrer dans le carcan d’un consensus religieux qui datait du 7 è siècle et qui n’avait plus été remis en question ni même adapté à l’évolution du monde depuis le 10è siècle !

La question centrale est la suivante : l’immigration d’Asie du sud, du sud-est ou de l’est ne pose pas vraiment de grands problèmes, l’immigration africaine non plus ni même l’immigration arabe quand ces africains et ces arabes sont de confession chrétienne. Pourquoi devient-elle un problème majeur quand l’immigration est musulmane qu’elle soit d’origine africaine, arabe ou d’Asie islamique ? C’est bien d’islam qu’il s’agit au fond et pas d’arabe, d’africain, de pakistanais, d’afghan, de turc ou de philippin !!

On comprend donc que les peuples de France et d’Europe du 21è siècle malgré le laxisme et l’inconscience suicidaires de leurs élites gaucho-pensantes, ne veuillent pas écouter les sirènes de la « taqiyya » islamique et encore moins céder aux injonctions de ceux qui dans l’islam, en sont restés aux interprétations littéralistes des textes sacrés et voudraient dans leur grande ingénuité ou leur folie prosélyte, les imposer à la terre entière ! Le communisme avec ses monstruosités léniniste, stalinienne, maoïste, castriste, polpotiste et ses autres avatars gauchistes, a été la calamité, l’engeance du 20è siècle. Nous devons faire en sorte, musulmans et non-musulmans réunis, que l’islam et ses déviances islamistes ne deviennent pas celles du 21è siècle.

Pour cela, trois commandements précis doivent guider notre action. Le premier est de contrôler les flux migratoires, le second de cadrer strictement les manifestations et pratiques de la religion afin que tous les musulmans sachent clairement ce qui est acceptable ou inacceptable dans notre pays et le troisième, de parachever la tâche en aidant les musulmans et leurs autorités religieuses à réformer l’islam pour qu’il devienne compatible avec l’humanité du 21è siècle aussi bien dans les pays d’accueil que dans les pays d’islam.

Ah Khoya, immigré mon frère, cela n’est aucunement du racisme, ce n’est pas de la xénophobie, ce n’est pas de l’islamophobie mais il faut que tu comprennes le sens de ces commandements et que tu le fasses comprendre à tes enfants car toi non plus ni ton père ni ta mère, vous n’accepteriez que je m’installe chez vous, au pays, en me comportant comme si j’étais chez moi, qu’au surplus je réclame que vous supportiez allègrement mes façons de faire ou pire encore, que je veuille vous obliger à faire comme moi ! C’est une question de survie pour toi comme pour moi !

Premier commandement : contrôler les flux d’immigration dans un Etat fort et responsable

La problématique de l’immigration en France repose sur deux données essentielles. La première est que notre pays n’a aucun besoin d’immigration démographiquement ni économiquement et qu’il n’est pas « demandeur ». La seconde est que la France comme les autres pays européens, est le siège d’une très ancienne civilisation aux racines chrétiennes et de culture grecque et latine que les peuples de France et d’Europe chérissent et veulent conserver et développer pour les siècles à venir. Il en résulte logiquement que l’immigré a le devoir de s’adapter et de faire l’effort de « vivre comme un français » chez les français qui le reçoivent. Il y a là un impératif catégorique pour d’une part, éviter que trop de comportements allogènes n’indisposent voire exaspèrent les populations indigènes françaises et ne mettent en péril la cohésion sociale et l’ordre public, d’autre part, éviter de bloquer le processus d’intégration-assimilation qui permettrait in fine, à ces mêmes immigrés ou à leurs enfants de s’assimiler et devenir français à part entière s’ils le souhaitent et si la France les accepte en son sein. La France en effet, se veut une et indivisible et l’identité nationale est incompatible avec un quelconque communautarisme. Que nos belles âmes gaucho-bien-pensantes s’abstiennent donc de parler de racisme, xénophobie ou islamophobie et nous aident plutôt à expliquer cela aux immigrés et à leurs enfants et à obtenir d’eux qu’ils se comportent avec respect à l’égard du pays et des populations qui les reçoivent. Tous les immigrés savent bien de par leur culture d’origine, qu’on n’impose pas ses propres règles de vie à celui qui vous reçoit. C’est la base de toute vie civilisée depuis la nuit des temps.

L’asile politique est et doit rester sacré mais il reste marginal dans la mesure où 80 % des demandeurs sont déboutés et à condition de mieux gérer les procédures d’examen et de renvoi, sachant que la plus grande partie des mouvements de population chassées de chez elles par des guerres étrangères civiles ou tribales est prise en charge par les organismes internationaux, le Haut-Commissariat aux Réfugiés en particulier, dans les pays troublés eux-mêmes ou dans les pays voisins.

Le gros de l’immigration est fait de « gens qui ont faim » ou de gens atteints du mirage des modes de vie occidentaux et plus encore attirés par les facilités de travail, vraies ou fausses, et plus encore par les allocations et aides sociales qui leur sont offertes dans les pays d’accueil.  

La France a déjà accueilli et continue d’accueillir beaucoup et même beaucoup trop de migrants légaux et illégaux et la priorité est d’intégrer et assimiler ceux qui sont déjà là ou de les renvoyer chez eux avant que la situation ne devienne encore plus compliquée en laissant entrer d’autres vagues migratoires indésirables. L’urgence est donc de maîtriser les flux et de réduire drastiquement l’immigration aux seuls demandeurs d’asile reconnus et aux visas octroyés pour le tourisme et les relations économiques, sociales et culturelles habituelles entre populations d’un monde ouvert et civilisé.

L’immigration économique doit donc cesser absolument.

 

Les étrangers illégaux (demandeurs d’asile déboutés, visas expirés, entrées clandestines, …) doivent donc être appréhendés sur tout le territoire et expulsésou régularisés sous conditions si des raisons humanitaires le justifient et si la France a les moyens de les recevoir dignement. Des accords seront passés avec les pays d’origine pour faciliter les retours au pays, volontaires ou forcés, en échange d’une politique globale de coopération au développement que la France a toujours généreusement pratiquée et qu’elle devra d’ailleurs cadrer et contrôler de beaucoup plus près pour éviter son « mauvais usage », trop fréquent dans les pays aidés. L’aide internationale en effet, est fondamentale pour la stabilisation des populations et le rééquilibrage des flux. Elle devra être renforcée mais soigneusement mise sous contrôle dans les pays aidés pour en assurer la bonne gestion en faveur des populations et non des intérêts particuliers qui, par incompétence ou par fait de corruption, prévalent trop systématiquement sur l’intérêt général dans ces pays. Les coopérations nationales et internationales au développement en ont trop souffert dans les années passées !

Le contrôle de légalité du séjour doit être systématique et renforcé au niveau des autorités de police dans l’espace public et dans tous les endroits où un contrôle est requis ou devra être assuré par exemple hôpitaux, services sociaux, banques, hôtels, logement, travail etc….

Pour tous, le strict respect de la loi « redevient » impératif sous peine de sanction immédiate jusqu’à expulsion en fonction de la gravité de l’infraction ou en cas de récidive d’une infraction mineure.

Concernant les flux intra-européens et en attendant que les pays s’accordent sur une politique commune de l’immigration compte tenu de leurs spécificités et besoins qui diffèrent à cet égard, la liberté de circulation des étrangers ne doit plus s’appliquer aux étrangers non-européens qui seront renvoyés dans leur pays d’origine ou dans le pays européen qui leur aura accordé son visa … et ceci tant qu’un accord européen très précis et très strict n’aura pas été effectivement mis en œuvre. Schengen sera donc mis entre parenthèse ou sous contrôle en attendant.

Les aides sociales doivent être supprimées pour certaines ou revues en fonction de la légalité du séjour et de la réalité du travail, dans leur nature et leur objet, leurs conditions d’attribution et leur durée de même que les conditions du regroupement familial éventuel et le droit d’inscrire ses enfants à l’école. Il est capital en effet, de réduire ou supprimer l’effet de « pompe aspirante » de telles aides sur les populations de pays si pauvres qu’elles en arrivent à fantasmer sur « l’eldorado » français et européen à la seule écoute des montants d’aide que leur font miroiter leurs parents et amis au pays ! Une fois immigrées, il y a en effet, risque grave de déception pour elles et de rupture sociale dans les pays d’accueil ! Il est par exemple, inadmissible que les immigrés illégaux reçoivent allocations d’hébergement et soutiens divers auxquels n’ont pas droit les sans-abris français ou européens sans parler de l’Aide Médicale d’Etat. De même les retraites attribuées d’office aux immigrés âgés qui viennent soudain s’installer en France sans jamais avoir cotisé ! Sans parler bien évidemment des allocations diverses dont la Caisse d’Allocations Familiales arrosent les familles polygames « illégalement nombreuses », les voyous dont la seule vraie activité est le vol à la tire ou le trafic de drogue et pourquoi pas les jihadistes sur les divers champs de bataille islamistes !!! Tout ceci est le digne d’un grand désordre social et politique, destructeur du tissu social et qui alimente largement la militance et l’électorat du Front National !

Il est donc urgent de réduire ou supprimer ces « droits » excessifs et mal maîtrisés qui ne font qu’alimenter les flux migratoires, encourager le « non-travail » et les récriminations.

La naturalisation d’un étranger est un acte grave qui l’implique lui-même et implique la France. Il faudra évidemment mais il ne suffira pas que le parcours d’intégration se soit déroulé sans anicroche majeure : comportement à l’école, parcours judiciaire, références de travail, vie sociale, etc … Il faut encore que l’impétrant ait clairement manifesté sa volonté de devenir français et que son comportement ait démontré qu’il se sent parfaitement à l’aise avec l’Histoire de France et la culture française, bref qu’il se sent français avant toute autre allégeance nationale, ethnique, religieuse ou culturelle. C’est alors seulement que le processus d’assimilation aura fonctionné et que le naturalisé ne risquera plus de connaître le sort d’une greffe mal opérée que le corps social français rejetterait comme on le voit de plus en plus souvent ce qui met en péril la cohésion nationale et la paix publique. Ces précautions et ce cheminement doivent évidemment s’appliquer à la naturalisation des enfants d’immigrés nés en France ce qui implique de supprimer l’automaticité prévue par le droit du sol. On ne peut en effet, laisser des jeunes gens devenir français sans même qu’ils en soient conscients ou le veuillent vraiment voire même alors que certains de ces nouveaux « compatriotes » n’hésitent pas à clamer leur détestation de la France et de sa culture et qu’ils se sont comportés comme des voyous pendant toute leur « jeunesse française » !

De la même manière, on ne peut tolérer que des français commettent des attentats contre la nation française et son peuple, contre les agents de l’Etat ou des dépositaires de l’autorité publique, contre le drapeau et les symboles de la nation. Ils doivent être mis hors d’état de nuire et de plus, déchus de leur nationalité française s’ils sont bi-nationaux.

La Justice est en première ligne du combat à mener pour la sauvegarde de la cohésion nationale et de la paix publique. Il est urgent qu’elle bifurque sur la voie de la « tolérance 0 » et abandonne l’impasse de la « culture de l’excuse ».Cela implique d’une part, de punir systématiquement toute infraction de la plus petite à la plus grande, de durcir l’échelle des peines et d’assurer l’exécution pleine et entière desdites peines, de recadrer d’autre part le corps judiciaire et les enseignements de l’Ecole de la Magistrature qui se sont dans les décennies post-soixante-huitardes, laissé aller à beaucoup trop de bisounourserie sentimentale et à une politique de l’excuse gaucho-pensante résolument contre-productive. On vient encore d’en avoir la confirmation dramatique avec les rêveries et fantaisies judiciaires de Christiane Taubira qui persévérant dans la droite ligne de la gaucho-bien-pensance « badintérienne », ont soulevé une hilarité méprisante pour tant de faiblesse dans les banlieues difficiles en même temps qu’elles ont réussi l’exploit de gonfler soudainement les « incivilités » et autres « voyouteries » courantes en raison de l’impunité organisée par elles. Il faut d’urgence remettre de l’ordre dans l’administration de la justice en bloquant le mouvement de politisation gaucho-bien-pensante qui la décrédibilise depuis déjà trop longtemps et revoir en particulier le droit syndical et le droit de grève des magistrats qui, ni l’un ni l’autre, ne se justifient dans une fonction de souveraineté aussi cruciale pour la nation.

Aucune infraction ne devant rester impunie de la plus petite « incivilité » au crime de masse en passant par la « voyouterie de banlieue » et l’irrespect envers les policiers et autres agents publics, et aucune peine ne devant être inexécutée, il conviendra d’aménager les procédures pour éviter l’engorgement des tribunaux, construire les quelques milliers de cellules de prison nécessaires pour mettre à l’ombre les quelques milliers de petits ou grands caïds du millier de quartiers répertoriés comme mal contrôlés et durcir la politique pénitentiaire pour éviter l’endoctrinement en prison, contrôler étroitement les possibilités de communications avec l’extérieur (fouille systématique notamment) et rétablir là aussi, l’ordre et la discipline. Bref, il faut arrêter de laisser les voyous faire tourner en bourrique les policiers et les gardiens de prison avec la complicité de juges beaucoup trop laxistes et de procédures beaucoup trop lourdes sous le faux prétexte de défendre la liberté individuelle de voyous confirmés ! C’est une question de volonté politique et non une question de droit de l’individu ! Il faut choisir : la chienlit ou l’ordre public et la cohésion nationale ! Nos autorités judiciaires à commencer par le Conseil d’Etat et la Cour de Cassation devront faire appliquer la loi ainsi revue et renforcée … et naturellement aussi la Cour Européenne des Droits de l’Homme et la Cour Européenne de Justice !

Ajoutons que si le dispositif « état d’urgence » s’avérait insuffisant pour contrer la menace terroriste, il serait toujours possible d’installer des juridictions d’exception et des procédures exceptionnelles. Cela a déjà été fait en cas de péril imminent pour la nation sans déroger au principe de « l’Etat de droit » !  

Dans le même ordre d’idées mais sans qu’il y ait encore péril imminent pour la sûreté de l’Etat puisque cela existe et empire depuis de nombreuses années par incurie et manque de courage politique, il devient urgent en raison précisément du principe d’Etat de droit, de « reconquérir » les zones de « non-droit », ces quartiers dits sensibles où police et justice ne sont plus administrées par l’Etat mais par les clans ou mafias qui les contrôlent. On utilisera si besoin les moyens de l’armée pour effectuer les bouclages et ratissages à grande échelle qui permettront de récupérer les armes, de démanteler les filières de drogue, mettre à l’ombre petits et grands « caïds », expulser les étrangers indésirables. Il faudra ensuite réintroduire la République dans ces quartiers en engageant en parallèle une politique globale de développement local urbain économique, social, éducatif et institutionnel.

La maîtrise des flux et le contrôle de l’immigration passent aussi par le recadrage voire l’interdiction des « associations immigrationnistes »qui se font les complices de fait des passeurs de l’immigration illégale, parfois par bien-pensance et bons sentiments mais trop souvent par idéologie paroxystique voire par intérêt financier comme on a trop longtemps laissé faire au large des côtes de Libye. Ces mêmes associations qui poussent les immigrés à créer le désordre en leur faisant croire qu’ils peuvent tout exiger et tout se permettre au nom du « droit-de-l’hommisme » qu’elles prônent.

Dans le même ordre d’idées, il faut combattre sans pitié les « idiots utiles » de l’immigration illégale qui, aveuglés par leur « gaucho-bien-pensance » soixante-huitarde ou leur plus moderne « bobo-libéral-progressisme », font tout pour culpabiliser le bon peuple et l’inciter à recevoir « toute la misère du monde » comme s’il en était responsable ! Il faudra accorder une attention toute particulière aux medias à commencer par un ferme recadrage déontologique des medias publics qui loin de leur mission de "service public de l'information", font plus souvent de la propagande "gaucho-pensante" (ou "progressiste" comme il est plus de mode !) que de l'information et sont prompts à brandir les accusations de xéno-islamophobie, racisme ou fascisme dès qu'on parle de remettre de l'ordre dans notre maison dérangée voire mise en danger par les excès de l'immigration !!! Eradiquer ces deux maux qui nous font penser faux et agir à contresens de nos intérêts et de ceux mêmes des peuples en souffrance, devient une mission de salut national ! L'émigration n'est pas la solution à la souffrance du monde !

L’école enfin, est comme la langue, la meilleure des choses quand elle élève l’esprit ou la pire des choses quand elle n’enseigne pas ou enseigne de travers. L’école française qui était réputée la meilleure du monde, n’instruit plus les enfants, elle les laisse auto-construire leurs savoirs. Elle ne leur apprend plus le sens des responsabilités mais la « créativité ». Elle ne leur apprend pas la discipline, elle les laisse « s’exprimer » ! Elle ne cherche plus à élever le niveau car elle rejette les idées de mérite et de réussite comme des tabous élitistes, elle abaisse donc le niveau par souci d’égalité … en particulier dans les quartiers à forte proportion d’enfants de l’immigration en prétendant « égaliser » les chances de ces derniers ! Toutes ces « bourdieuseries » dans lesquelles elle se complaît, lui font confondre liberté et libertarisme, égalité et égalitarisme, fraternité ou solidarité et bisounourserie … et cela depuis deux ou trois générations « d’experts en pédagogie » et d’enseignants « déformés » par le ressassement des lubies soixante-huitardes de nos faux-penseurs dé-constructeurs de l’époque !

Cette volonté de dé-construction de l’école vient d’atteindre les sommets avec le trio Peillon-Hamon-Najat Vallaud-Belkacem et leurs pseudo-réformes comme il en a été aussi à la Justice avec les fantasmes de culpabilisation-rédemption de Christiane Taubira. Ce fiasco est d’autant plus insupportable qu’il touche et handicape beaucoup plus fortement les enfants de l’immigration en les empêchant d’acquérir les moyens intellectuels de s’intégrer convenablement et de profiter pleinement des outils qu’on leur propose pour construire leur vie future dans leur pays d’adoption.

L’école en effet, est aux côtés de la Justice, un des deux piliers essentiels d’une intégration réussie. Or elle ne remplit pas sa mission par chienlit éducative d’une part avec des programmes au contenu politiquement orienté et des méthodes pédagogiques contre-productives qui l’ont fait dégringoler dans tous les classements mesurant la qualité de l’enseignement, par chienlit disciplinaire d’autre part quand la hiérarchie préfère punir le maître plutôt que l’élève de peur de traumatiser ces pauvres têtes blondes ou brunes ! On voit aussitôt ce que cela peut donner dans des classes difficiles où le chahut prend très vite le pas sur l’effort d’apprendre et le respect dû au maître aussitôt que ce dernier a l’imprudence de montrer quelque faiblesse.

 

Lorsque l’école est en faillite et que la justice ne remplit plus son rôle, la jeunesse n’a plus aucun filet de sécurité pour la retenir de tomber dans l’incapacité ou la voyoucratie dans la mesure où le service militaire qui était l’institution par excellence d’intégration sociale et d’apprentissage de la discipline, a lui-même disparu pour céder le pas à une nouvelle forme de défense nationale.

Le laxisme judiciaire avec sa politique de « l’excuse » et la dé-construction pédagogique et disciplinaire de l’école engagés depuis la décennie « soixante-huitarde » ont contribué de concert, au délitement du sens des responsabilités individuelles et à la déliquescence sociétale qu’on constate aujourd’hui. Deux générations de parents en ont été contaminées depuis la « libération de 68 » et la troisième génération est sous incubation.

Le gauchisme éducatif et le gauchisme judiciaire ont donc été les acteurs centraux de la déliquescence française en laissant prospérer les inégalités qu’ils prétendaient combattre et on peut légitimement considérer qu’ils ont par imbécillité idéologique, commis un crime à la fois contre les populations immigrées et contre la cohésion nationale et l’identité française.

La tâche va donc être extrêmement rude pour le nouveau pouvoir du mois de Mai 2017 qui, s’il a vraiment le désir, la volonté et la capacité de redresser la France, devra mettre de l’ordre dans les « quartiers » et du même coup bousculer les plus établies et respectables de nos institutions en leur signifiant que notre problématique nationale n’est plus celle des « trente glorieuses » ni de l’immobilisme mitterandien ou chiraquien qu’on pouvait encore à la rigueur se permettre dans les années 80 ou 90 mais que la France joue désormais son avenir et même son existence dans un monde qui s’est réveillé depuis 20 ou 30 ans.

Le monde d’aujourd’hui a largement profité au cours de la seconde moitié du 20è siècle, des apports techniques, scientifiques, culturels que nous lui avons faits et ce monde maintenant, nous « serre » de très près économiquement et démographiquement. Il ne nous fera aucun cadeau si nous n’avons pas la volonté ni la puissance de jouer à égalité avec lui, en partenaires respectables, et de lui faire face si nécessaire.

 

Répondre au défi du 21è siècle implique que l’Europe tienne son rang en tant que puissance de référence sinon puissance dominante mais pour cela, il faut que la France se rétablisse dans son rôle séculaire de puissance-pivot de l’Europe et qu’avec l’Allemagne, elle construise l’Europe du 21è siècle. « L’Europe, c’est la France et l’Allemagne » avait dit de Gaulle.

L’Europe se fera autour de Paris et Berlin, loin de « l’européisme béat de Bruxelles » et du fédéralisme hors sol de Strasbourg et Luxembourg, en suivant donc le « modèle du directoire Sarkozy-Merkel » des années 2008-2012 qui avait permis de surmonter la crise et de sauver l’Europe et l’euro en resserrant les liens entre les nations.

 

Qui répondra à ce défi à commencer par le redressement de la France ?

La gauche vient de démontrer encore une fois par l’absurde désastre hollandesque, qu’elle en était incapable.

Le nouveau pouvoir de Mai 2017, gouvernement de rencontre arrivé sur l’idée équivoque et l’inanité d’une « fusion gauche molle-droite molle », joue faux sur tous les registres. Il ne sent ni la France ni les Français, n’a aucune connaissance ni conscience de la problématique « immigration-islam » et sur le plan économique et social, se contente de traiter l’accessoire pour n’avoir pas à prendre la lourde charge de l’essentiel. Le peuple le sent bien et commence à s’exaspérer au vent de sa com’ politique qui sonne aussi faux qu’elle est creuse.

Seule la droite pourrait relever le défi à condition de se débarrasser de la désastreuse idée de faire « la droite au centre », cette erreur magistrale du chiraco-juppéisme qui depuis quinze ans, a ramolli la droite au point de faire fuir au FN ses électeurs exaspérés par son indécision, son manque de conviction et son immobilisme, à l’exception toutefois du quinquennat Sarkozy trop vite abrégé par l’erreur funeste de l’élection de 2012 !

La droite oui !… mais une droite forte, une droite qui redevienne la droite qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, capable de reprendre ses électeurs égarés au FN ou ailleurs et de rassembler les électeurs en nombre suffisant pour créer le mouvement et entraîner avec elle le « peuple du centre » qui comme toujours suivra le mouvement !

MM. et Mmes les « notables » de droite, il est temps de cesser vos bavardages, de garder vos états d’âme pour vous, de régler vos querelles d’ego à l’intérieur du parti au lieu de les étaler en public et de laisser là vos peurs faussement « correctes » et politiquement fausses ! Au lieu de semer le doute et la division, rassemblez-vous et mettez-vous au travail avec celui qui à droite, est le plus à même de mener une politique qui n’aie pas peur d’être de droite ni peur d’engager le combat contre la « gaucho-bien-pensance » et le « bobo-libéral-progressisme » qui minent le pays depuis plus de trente ans et sont en train de l’amener depuis cinq ans en phase finale de déliquescence !

 

 

Prochains articles :  

 Immigration et islam (2)

 …. Commandement n°2 : un islam encadré par les lois et les coutumes de la République

Immigration et islam (3) 

… Commandement n°3 : un islam réformé pour les musulmans et le monde du 21è siècle