Fausses valeurs et vrais problèmes

Résumé

Le peuple a des valeurs que la « bien-pensance » dédaigne et des problèmes où le « penser faux » de ses élites le mène au désastre !

Suite à sa très « modeuse » indignation sur les misères du monde, Stéphane Hessel, conscient qu’il ne suffisait pas de crier ses bons sentiments, a embrigadé Edgar Morin dans l’écriture d’un petit ouvrage rapide qu’ils ont baptisé « Le chemin de l’espérance ». Le chemin est sinueux et la pensée la plus simple y devient naturellement « complexe ». Ils y décrivent les perspectives d’une fort sympathique « civilisation de l’humanité » comme les socio-économistes « onusiens » veulent prendre la mesure du « bonheur national brut » ou d’autres mener plus modestement une « politique de l’individu » ou du « mieux vivre » !

 C’est magique, c’est beau, c’est généreux mais comme le rappelle Simone Weil, passant de la théorie à l’action, les penseurs doivent revenir sur terre sous peine de se heurter à l’écueil !

 Non, il n’est pas indigne pour l’homme d’action d’agir en fonction des circonstances ni interdit aux « intellectuels » d’avoir l’intelligence du monde. Ils éviteront ainsi de se laisser aller à des constructions de l’esprit et projets, inutiles ou comiques lorsqu’ils s’avèrent simplement farfelus mais aux conséquences dramatiques lorsqu’ils en arrivent à broyer l’humanité dans l’engrenage d’une idéologie fausse.

 Une société se construit avec les siècles mais elle s’effondre d’un souffle si, prise dans les tourbillons de l’évolution du monde, elle néglige de préserver sa cohésion interne et perd sa capacité de résister aux agressions externes qui la mettraient en péril. Au-delà des mots qu’on érige trop facilement en grands principes, il est des mesures de salut public que l’homme d’état doit prendre lorsque la situation le commande, même contre l’avis et les criailleries des clercs et des bien-pensants.

Sommaire

-Maîtriser la nature et le flux de l’immigration n’est pas immoral ni indigne mais nécessaire et juste pour mieux aider les immigrés qui en feront l’effort, à s’intégrer à la société européenne qui les accueille.

-On ne met pas l’islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays … cela s’applique à tous, y compris naturellement aux musulmans français ou étrangers !

-Punir un délinquant n’est pas non plus une « indignité » quelles que soient les « excuses » qu’on puisse lui trouver … on ne devient pas nécessairement un voyou du seul fait qu’on soit « jeune », pauvre, immigré ou chômeur !

-L’école et l’éducation vont à vau l’eau, ils sont les outils premiers du progrès économique et social, de la cohésion nationale et de l’intégration des populations immigrées … encore faudrait-il que les parents éduquent et que les enseignants enseignent !

-Au delà de l’Education Nationale, l’ineffectivité du secteur public dans son ensemble n’est pas un problème de moyens mais de définition des missions et d’efficacité dans l’utilisation de ces moyens …. l’allergie à la réforme, le conservatisme syndical et la gauche à contre-sens !

-Le sociétal contre le socialquand l’accessoire noie l’essentiel ! Cyniques, ils tentent d’amuser le peuple ! Incompétents, ils papillonnent au lieu d’aller au but !

-Bien-pensance et penser faux … « verts-bobos » et « verts-fachos », l’écologisme contre l’écologie

- Des riches et des pauvres,l’inégalité est dans la nature des choses hélas ! nos sociétés modernes ont engendré le « petit-bourgeois normalisé » chez qui triomphe l’égalitarisme des médiocres !

"L'Appel de Paris" ... l'Islam de France se lève enfin contre l'islamisme ! (11 Septembre 2014)

on .

 

Un évènement majeur qui soulève les musulmans de France contre les excès de l’intégrisme islamiste et la barbarie du djihadisme, pour la paix entre les religions et pour l’adaptation de l’islam au monde moderne.

Cette initiative tranche avec le quasi-silence, confinant à la complicité de fait, qui régnait jusqu’ici du côté des musulmans et de leurs autorités religieuses en France comme dans les autres pays européens et dans les pays du Dar el Islam vis-à-vis de l’intégrisme voire du djihadisme.

Elle constitue un évènement majeur pour la cohésion sociale et nationale de la France et des pays d’immigration européens mais aussi pour l’avenir démocratique des pays du monde arabo-musulman. C’est dans la situation de crise globale où nous sommes, un évènement à terme plus important encore que la crise économique et financière où se débat l’Europe car le respect des principes qu’il énonce, conditionne l’intégration des populations immigrées dans les pays d’accueil et la paix entre les deux rives de la Méditerranée.

Il est dès lors regrettable que nos medias n’en aient pas perçu la signification ni la force et que nos gouvernants n’en soient pas à l’origine ! Il importe maintenant de tout faire pour qu’ils soutiennent la communauté musulmane et leurs responsables religieux dans le développement de la lutte qu’ils viennent d’engager contre la régression théologique et la barbarie moyen-âgeuse.

Un appel dit « Appel de Paris » vient en effet d’être lancé le 8 Septembre 2014 (Figaro du même jour) par le Conseil français du culte musulman et quelques autres organisations (l’UOIF n’en faisant étrangement pas partie ???) pour condamner « les barbares qui perpètrent les pires crimes contre l’humanité au Moyen-Orient en instrumentalisant l’islam comme étendard » et « déclarer solennellement qu’ils ne peuvent se prévaloir de l’islam … ces appels inconsidérés au djihad et les campagnes d’endoctrinement des jeunes n’étant fidèles ni aux enseignements ni aux valeurs de l’islam … les signataires réaffirment sans ambiguïté leur soutien à leurs frères chrétiens d'Orient, une des plus anciennes composantes de cette région, et leur droit inaliénable ainsi que celui des autres communautés à rester et à vivre sur leur terre dans la dignité et la sécurité et pratiquer leur foi en toute liberté, comme cela a toujours été ». 

Texte de l’Appel de Paris du 8 Septembre 2014 (Le Figaro du 8/09/2014)

«Les signataires de l'Appel de Paris se sont retrouvés en ce moment particulier de l'histoire de l'humanité où  le monde assiste à une flambée inégalée d'extrémisme et de violence au Moyen-Orient instrumentalisant l'islam comme étendard.

Des barbares sont en train de perpétrer les pires crimes contre l'humanité et menacent actuellement les populations mais aussi la stabilité et la paix entre  les peuples de toute la région.

Les signataires dénoncent sans ambiguïté les actes terroristes qui constituent des crimes contre l'humanité et déclarent solennellement que ces groupes, leurs soutiens et leurs recrues ne peuvent se prévaloir de l'islam. Ces agissements d'un autre âge, tout comme les appels inconsidérés au djihad et les campagnes d'endoctrinement des jeunes ne sont fidèles ni aux enseignements ni aux valeurs de l'islam.

Les signataires prennent à témoin la communauté musulmane pour demander à tous les responsables politiques de redoubler de vigilance face aux menées subversives qui ciblent les jeunes musulmans d'Europe, particulièrement les plus fragiles d'entre eux.

Les signataires tiennent à réaffirmer leur soutien aux frères chrétiens d'Orient, pour la plupart arabes, ainsi que pour toutes les autres minorités de la région, qui sont victimes actuellement d'une grave campagne destructrice menée par ces groupes terroristes menaçant leur existence même.

Ils affirment sans ambiguïté le droit inaliénable de leurs frères chrétiens d'Orient, une des plus anciennes composantes de cette région, à rester et à vivre sur leur terre dans la dignité et la sécurité et pratiquer leur foi en toute liberté, comme cela a toujours été. Cette Terre Sainte, berceau de civilisation, où les trois religions monothéistes ont coexisté depuis des siècles. Il y va de l'avenir de la région.

Comment imaginer un Moyen-Orient amputé d'une partie de son identité qui a contribué à son épanouissement civilisationnel ? C’est pourquoi les signataires appellent à la prise de conscience du drame vécu actuellement par les Chrétiens d’Orient ».

Les signataires appellent par ailleurs à prier le Vendredi 12 Septembre dans toutes les mosquées de France et d’Europe « à la mémoire de nos frères chrétiens d’orient victimes de l’intolérance et de la barbarie ».

Ce texte ouvre la voie d’une part à la critique et à la condamnation par tous les musulmans des excès, dérives et violences de l’intégrisme et de l’islam politique, d’autre part à l’affirmation du droit de toutes les religions et toutes les minorités à vivre sur la même terre et à pratiquer leur foi en toute liberté, excluant du même coup les interprétations extrémistes du Coran qui autoriseraient le jihad, la conversion forcée ou la soumission à la dhimmitude.

Ce texte semble confirmer par ailleurs la nécessité absolue pour l’avenir de la région d’une interprétation qui tienne compte de la réalité historique, à savoir la co-existence des religions au Moyen-Orient et les droits inaliénables des chrétiens d’Orient plutôt que de l’idéalisation sélective et aléatoire de quelques préceptes ou traditions qui n’avaient de valeur que dans les circonstances historiques d’un autre âge.

Les signataires « demandent enfin à tous les responsables politiques de redoubler de vigilance face aux menées subversives qui ciblent les jeunes musulmans d'Europe », particulièrement les plus fragiles d'entre eux. Les autorités religieuses indiquent ainsi clairement à la communauté musulmane qu’elles appuieront les mesures de contrôle et les sanctions qui pourraient s’ensuivre sans qu’on puisse parler de stigmatisation de l’islam, de discrimination religieuse ou d’injustice sociale.

Cet appel constitue un véritable bouleversement dans le comportement des autorités religieuses et morales de l’islam de France qui restaient muettes ou du moins beaucoup trop silencieuses devant les excès des militants intégristes et les dérives islamistes voire les crimes jihadistes au point qu’on en arrivait à pouvoir à bon droit, leur reprocher une complicité de fait avec les extrémistes islamistes.

Il faut maintenant élargir le mouvement et le systématiser pour que la communauté musulmane dans son ensemble et chaque musulman individuellement se sentent autorisés à condamner lesdits excès, dérives ou crimes sans faillir à leurs devoirs religieux.

Etre un bon musulman n’implique pas nécessairement d’égorger les non-musulmans, de les convertir de force ou en faire des dhimmis ni même de forcer sa famille ou ses proches à des comportements hors de notre temps et des usages de notre société ! Le Coran et la Sunna contiennent des paroles et des préceptes qui ouvrent la voie d'une adaptation de l'Islam et des pratiques religieuses au monde moderne. Les 'ulémas les connaissent bien, il est temps qu''ils les mettent en oeuvre et que les imams se mettent à les prêcher !

Plusieurs sites et associations sont apparus pour exhorter les musulmans français, en particulier ceux des deuxième ou troisième générations, à se revendiquer clairement français, à faire l'effort d'intégration et à apprendre à aimer la France comme première étape sur le chemin qui les conduira à « se sentir définitivement français ».Encourageons-les, soutenons-les !

On n’ose espérer que le gouvernement actuel leur emboîte le pas et les aide dans leur œuvre de salut national tant la bien-pensance immigrationiste et multiculturaliste a imprégné les âmes de nos intellectuels, politiciens et associatifs gauchisants … au point qu’ils sont terrorisés et paralysés à l’idée qu’on puisse les accuser de stigmatiser l’islam et les musulmans !!!. Mais les gouvernements changent et on attend du gouvernement futur qu’il aide puissamment et durablement le mouvement ainsi initié par le CFCM et les groupes ou associations de l’Appel de Paris du 8 Septembre 2014.

Le mouvement est enclenché et la voie que tracent ces musulmans français et leurs autorités religieuses est la seule qui soit de nature à préserver la France du désordre, à conforter sa cohésion sociale et nationale et à montrer le chemin de l’évolution aux pays d’accueil européens comme aux pays du Dar el Islam.

(Voir sur ce même site, les observations sur l’Islam au chapitre « Fausses valeurs et vrais problèmes » dans le paragraphe intitulé « On ne met pas l’Islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays   … et cela s’applique à tous y compris naturellement les musulmans, français ou étrangers ! »)