Fausses valeurs et vrais problèmes

Résumé

Le peuple a des valeurs que la « bien-pensance » dédaigne et des problèmes où le « penser faux » de ses élites le mène au désastre !

Suite à sa très « modeuse » indignation sur les misères du monde, Stéphane Hessel, conscient qu’il ne suffisait pas de crier ses bons sentiments, a embrigadé Edgar Morin dans l’écriture d’un petit ouvrage rapide qu’ils ont baptisé « Le chemin de l’espérance ». Le chemin est sinueux et la pensée la plus simple y devient naturellement « complexe ». Ils y décrivent les perspectives d’une fort sympathique « civilisation de l’humanité » comme les socio-économistes « onusiens » veulent prendre la mesure du « bonheur national brut » ou d’autres mener plus modestement une « politique de l’individu » ou du « mieux vivre » !

 C’est magique, c’est beau, c’est généreux mais comme le rappelle Simone Weil, passant de la théorie à l’action, les penseurs doivent revenir sur terre sous peine de se heurter à l’écueil !

 Non, il n’est pas indigne pour l’homme d’action d’agir en fonction des circonstances ni interdit aux « intellectuels » d’avoir l’intelligence du monde. Ils éviteront ainsi de se laisser aller à des constructions de l’esprit et projets, inutiles ou comiques lorsqu’ils s’avèrent simplement farfelus mais aux conséquences dramatiques lorsqu’ils en arrivent à broyer l’humanité dans l’engrenage d’une idéologie fausse.

 Une société se construit avec les siècles mais elle s’effondre d’un souffle si, prise dans les tourbillons de l’évolution du monde, elle néglige de préserver sa cohésion interne et perd sa capacité de résister aux agressions externes qui la mettraient en péril. Au-delà des mots qu’on érige trop facilement en grands principes, il est des mesures de salut public que l’homme d’état doit prendre lorsque la situation le commande, même contre l’avis et les criailleries des clercs et des bien-pensants.

Sommaire

-Maîtriser la nature et le flux de l’immigration n’est pas immoral ni indigne mais nécessaire et juste pour mieux aider les immigrés qui en feront l’effort, à s’intégrer à la société européenne qui les accueille.

-On ne met pas l’islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays … cela s’applique à tous, y compris naturellement aux musulmans français ou étrangers !

-Punir un délinquant n’est pas non plus une « indignité » quelles que soient les « excuses » qu’on puisse lui trouver … on ne devient pas nécessairement un voyou du seul fait qu’on soit « jeune », pauvre, immigré ou chômeur !

-L’école et l’éducation vont à vau l’eau, ils sont les outils premiers du progrès économique et social, de la cohésion nationale et de l’intégration des populations immigrées … encore faudrait-il que les parents éduquent et que les enseignants enseignent !

-Au delà de l’Education Nationale, l’ineffectivité du secteur public dans son ensemble n’est pas un problème de moyens mais de définition des missions et d’efficacité dans l’utilisation de ces moyens …. l’allergie à la réforme, le conservatisme syndical et la gauche à contre-sens !

-Le sociétal contre le socialquand l’accessoire noie l’essentiel ! Cyniques, ils tentent d’amuser le peuple ! Incompétents, ils papillonnent au lieu d’aller au but !

-Bien-pensance et penser faux … « verts-bobos » et « verts-fachos », l’écologisme contre l’écologie

- Des riches et des pauvres,l’inégalité est dans la nature des choses hélas ! nos sociétés modernes ont engendré le « petit-bourgeois normalisé » chez qui triomphe l’égalitarisme des médiocres !

Fausses valeurs et bien-pensance ... entre un socialisme qui pense faux et un gauchisme irresponsable, sauvegarder l'autorité de l'Etat ! (2 Novembre 2014)

on .

 

.... l'écologie et l'intégration nationale déraillent !

Un jeune homme est mort il y a quelques jours pour avoir non seulement enfreint la loi mais aussi, désobéi aux ordres des forces de police et voulu les « combattre » en se mêlant à des groupes de casseurs plus ou moins écolos, plus ou moins gauchistes mais tout à fait hors la loi !

Ces hors la loi ont alors organisé le 1er Novembre, des émeutes urbaines en plusieurs endroits du pays en profitant de la bêtise et de l’angélisme (ou du machiavélisme ?) des associations bien-pensantes écolo-gauchisantes qui désiraient « rendre un hommage » qu’elles prétendaient vouloir pacifique à ce jeune homme, mort par ce qu’il faut bien qualifier d’imprudence politique (dans la mesure où il n’aurait pas eu d’intention agressive contre les forces de l’ordre mais aurait seulement voulu manifester de façon un peu vive son catéchisme écologiste).

Du coup, nos ministres et responsables politiques socialistes y compris les ex-ministres, ont bien vite changé de discours. D’une certaine « compréhension », possibilité d’excuse voire complicité avec les idées et actions du jeune homme et de ses « camarades de combat » et d’un premier mouvement de condamnation de la « brutalité inexcusable » des forces de l’ordre, ils sont soudainement passés à une condamnation sans appel des actes de violence commis par les émeutiers ! … le Premier Ministre, le Ministre de l’Intérieur (c’est le moins qu’’on pouvait en attendre !) … et même l’ancienne ministre écolo, Cécile Duflot, malgré ses fortes inclinations post-soixante-huitardes ! Hollande, notre Président, n’a pas été entendu très fort comme d’habitude ! Quant à Mme Taubira, on l’entendra peut être si elle ne fait pas tout pour faire excuser et disculper les voyous gaucho-révolutionnaires qui ont délibérément cherché à « casser du flic » ! Une conversion d’une rapidité étonnante sinon d’une sincérité ni d’une généralité totales !

La gauche, la molle comme l’archéo-révolutionnaire, a du mal à assimiler le fait que se rebeller contre les forces de l’ordre et pire encore, les attaquer de front, est une atteinte à la « République » et un crime contre la démocratie … et ceci alors même que les rebelles en question sont des « gauchistes bon teint » et non d’abominables « fascistes » et que lesdites forces de l’ordre sont celles d’un pouvoir de gauche !

On attend donc de voir si les voyous, casseurs ou « révolutionnaires » qui ont désobéi aux ordres (interdiction de manifester), cassé du matériel public et privé ou mieux encore, attaqué les forces de police, seront jugés, condamnés et emprisonnés mettant fin à une politique pénale beaucoup trop laxiste que cherche à conforter l’actuel Ministre de la Justice en même temps qu’à la complicité de fait de trop de juges dont les biais politiques déjà anciens, ont éclaté au grand jour lors de la désastreuse affaire du « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature.

Considérant que les mêmes organisations gauchisantes, aussi bien les groupes violents que les associations de défense des droits à ceci ou à cela, ne se contentent pas des seuls prétextes écologiques pour créer du désordre mais saisissent toutes les occasions créées par les problèmes d’immigration-intégration et de délinquance qui leur est liée, il est temps de se poser la question du renforcement du dispositif répressif voire de son élargissement à un schéma du type « « Cour de Sûreté de l’Etat ».

Le problème d’un cadrage sévère du processus immigration-intégration-assimilation et éventuelle naturalisation des immigrants, est en effet, d’une toute autre ampleur sociale et sociétale et d’une beaucoup plus grande urgence pour l’avenir du pays compte tenu de l’importance croissante des flux, des dérèglements de comportement constatés, des freins notamment religieux à l’intégration et en particulier des dérives de l’islamisme qui tendent à bloquer voire anéantir les efforts de la majorité des musulmans qui souhaite s’intégrer. Ceci n’est évidemment pas tolérable : voir à cet égard, les articles du 27/09/2014 "L'islam de France commence à bouger ... al hamdu liLLah!" et du 11/09/2014 "L'Appel de Paris ... l'islam de France se lève enfin contre l'islamisme !" ainsi que le chapitre "Fausses valeurs et vrais problèmes" ).

La cohésion sociale et nationale est en jeu et la République en danger quand des organisations violentes commencent à prospérer sur la permissivité et le laxisme social et sociétal engendrés par la dé-construction des valeurs de notre société voulue par nos intellectuels d’après-guerre et leurs successeurs soixante-huitards qui espéraient ainsi continuer d’exister après l’échec du marxisme et de ses avatars dont ils ont désespérément tenté la synthèse avec les déterminismes structuralistes, l’individualisme libertaire, l’écologisme malthusien et le « droit de l’hommisme » sans frontières !

Ces échecs ont engendré la déliquescence intellectuelle que l’on constate aujourd’hui et permis à une bien-pensance de masse, une morale de troupeau comme l’aurait qualifiée Nietzsche, de se répandre dans nos sociétés de petit-bourgeois enrichis et apeurés par les changements du monde auxquels ils doivent d’urgence se préparer à faire face … raison pour laquelle les Français ont lâchement voté pour François Hollande en 2012, ce candidat qui leur promettait la lune au moindre effort sans se rendre compte que les « vrais pauvres », ceux du tiers-monde émergent, avaient commencé à nous bousculer pour avoir leur part de l’avenir du monde sans intention de nous faire le moindre cadeau !

Il ne faut pas aller chercher plus loin les raisons de la montée rapide du Front National. Elle résulte de la désespérance du peuple à laquelle nos gouvernants opposent de fausses valeurs et de son exaspération de voir que lesdits gouvernants ne prennent pas les mesures qui permettraient de résoudre ses vrais problèmes.

Les contradictions de pensée des socialistes, leurs contresens dans l’action et leur incurie des problèmes majeurs et prioritaires du pays, ne peuvent que nous amener bientôt à un changement drastique d’hommes et de politiques en espérant que la France pour cela, n’ait pas à vivre encore une crise politique, sociale, économique ou financière qui pourrait être grave.

Le peuple français n'en peut plus. La droite doit se préparer d'urgence à prendre les rênes pour rendre à la France son rôle séculaire de puissance-pivot en Europe !