Fausses valeurs et vrais problèmes

Résumé

Le peuple a des valeurs que la « bien-pensance » dédaigne et des problèmes où le « penser faux » de ses élites le mène au désastre !

Suite à sa très « modeuse » indignation sur les misères du monde, Stéphane Hessel, conscient qu’il ne suffisait pas de crier ses bons sentiments, a embrigadé Edgar Morin dans l’écriture d’un petit ouvrage rapide qu’ils ont baptisé « Le chemin de l’espérance ». Le chemin est sinueux et la pensée la plus simple y devient naturellement « complexe ». Ils y décrivent les perspectives d’une fort sympathique « civilisation de l’humanité » comme les socio-économistes « onusiens » veulent prendre la mesure du « bonheur national brut » ou d’autres mener plus modestement une « politique de l’individu » ou du « mieux vivre » !

 C’est magique, c’est beau, c’est généreux mais comme le rappelle Simone Weil, passant de la théorie à l’action, les penseurs doivent revenir sur terre sous peine de se heurter à l’écueil !

 Non, il n’est pas indigne pour l’homme d’action d’agir en fonction des circonstances ni interdit aux « intellectuels » d’avoir l’intelligence du monde. Ils éviteront ainsi de se laisser aller à des constructions de l’esprit et projets, inutiles ou comiques lorsqu’ils s’avèrent simplement farfelus mais aux conséquences dramatiques lorsqu’ils en arrivent à broyer l’humanité dans l’engrenage d’une idéologie fausse.

 Une société se construit avec les siècles mais elle s’effondre d’un souffle si, prise dans les tourbillons de l’évolution du monde, elle néglige de préserver sa cohésion interne et perd sa capacité de résister aux agressions externes qui la mettraient en péril. Au-delà des mots qu’on érige trop facilement en grands principes, il est des mesures de salut public que l’homme d’état doit prendre lorsque la situation le commande, même contre l’avis et les criailleries des clercs et des bien-pensants.

Sommaire

-Maîtriser la nature et le flux de l’immigration n’est pas immoral ni indigne mais nécessaire et juste pour mieux aider les immigrés qui en feront l’effort, à s’intégrer à la société européenne qui les accueille.

-On ne met pas l’islam en cause quand on demande que chacun respecte la loi et les coutumes de notre pays … cela s’applique à tous, y compris naturellement aux musulmans français ou étrangers !

-Punir un délinquant n’est pas non plus une « indignité » quelles que soient les « excuses » qu’on puisse lui trouver … on ne devient pas nécessairement un voyou du seul fait qu’on soit « jeune », pauvre, immigré ou chômeur !

-L’école et l’éducation vont à vau l’eau, ils sont les outils premiers du progrès économique et social, de la cohésion nationale et de l’intégration des populations immigrées … encore faudrait-il que les parents éduquent et que les enseignants enseignent !

-Au delà de l’Education Nationale, l’ineffectivité du secteur public dans son ensemble n’est pas un problème de moyens mais de définition des missions et d’efficacité dans l’utilisation de ces moyens …. l’allergie à la réforme, le conservatisme syndical et la gauche à contre-sens !

-Le sociétal contre le socialquand l’accessoire noie l’essentiel ! Cyniques, ils tentent d’amuser le peuple ! Incompétents, ils papillonnent au lieu d’aller au but !

-Bien-pensance et penser faux … « verts-bobos » et « verts-fachos », l’écologisme contre l’écologie

- Des riches et des pauvres,l’inégalité est dans la nature des choses hélas ! nos sociétés modernes ont engendré le « petit-bourgeois normalisé » chez qui triomphe l’égalitarisme des médiocres !

FN ou PS ? … et La Droite, bon Dieu ! Mal-pensance ou bien-pensance ? … « penser juste » suffirait ! (7 février 2015)

on .

Les media et la gauche se répandent dans le vide ! Le FN monte ! … et la droite se « suicide au centre » !

 

Pour nous résumer :

… la gauche est et reste ce qu’elle est ! Elle pense faux et agit à contresens à force de déraisonner par oxymores, de vouloir plier la réalité à ses chimères idéologiques et de s’épuiser à en faire des synthèses impossibles. Elle ne sait plus si elle doit en rester à ses poncifs marxisants et à ses réflexes du siècle passé ou si elle doit achever la dé-construction des valeurs traditionnelles pour les remplacer par un anarcho-libertaro-gauchisme post-soixante huitard à la façon « Charlie » pour réussir la déliquescence finale de la cohésion sociale et nationale de la France ! On ne peut donc   compter sur elle pour réarmer la France économiquement et culturellement face aux défis du 21è siècle et en particulier pour lui donner la force de reprendre son rôle de puissance-pivot en Europe et par là de faire de l’Europe, la puissance mondiale de référence du 21è siècle,

… la gauche s’obstinant à se répandre en non-politiques conduites par des non-gouvernements qui dilapident peu à peu les dernières ressources du pays en accompagnant un vaste mouvement de déliquescence généralisée des valeursqui on fait la France depuis 15 siècles, le peuple exaspéré tente désespérément de se raccrocher au discours de ceux qui, du Front National au Front de Gauche, lui proposent de résoudre ses problèmes dans un nationalisme hors d’âge qui conduirait à une catastrophe aussi sûre et encore plus immédiate que la déliquescence progressive où nous mène la gauche en chantant,

 … on ne veut donc ni des uns ni des autres et pour « faire barrage au FN », précisons à Alain Juppé que voter pour le PS, c’est « booster » le FN en justifiant sa propagande et en exaspérant le peuple encore un peu plus tout en le confortant dans l’idée que la droite ne veut pas vraiment « s’attaquer » à ses problèmes !

Faire barrage au FN en effet, cela signifie « traiter » les problèmes du peuple. La gauche n’a pas su ni même voulu le faire dans la mesure où cela lui permettait en divisant la droite, d’accéder au pouvoir puis de le garder plus facilement. La droite chiraquienne, malgré tous les avertissements, n’a jamais vraiment fait ce qu’il fallait dans la mesure où les « émotions » d’un Michel Noir ou d’un Bernard Stasi et les hésitations de Jacques Chirac l’ont alors empêchée d’agir sinon d’appréhender correctement les réalités … Aujourd’hui, le mal a empiré, l’immigration mal maîtrisée est devenue un problème aigu, le Front National a grandi avec l’adhésion des mécontents d’une droite aveugle et des déçus d’une gauche incapable. La bien-pensance a progressivement contaminé une grande partie de la droite et on voit se répandre dans les media des gens comme Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Nathalie Kosciusko-Morizet et quelques autres, des gens qu’on aime bien mais qui se trompent et trompent le peuple en prétendant « combattre le FN » sans attaquer les causes du mal !

Les causes du mal, ce sont d’abord les problèmes du non-cadrage de l’immigration, de l’insuffisance pour ne pas dire de l’inexistence du contrôle du processus d’intégration et au-delà, de l’assimilation des immigrés avant attribution de la nationalité française. A cela s’ajoute le problème spécifique de l’islam et de ses dérives intégristes qui freinent voire combattent directement ledit processus. Ajoutons encore le laisser-aller éducatif et socio-éducatif et l’insuffisance voire l’absence de maintien de l’ordre, de sécurité et de justice dans les quartiers à forte population d’origine immigrée, qui expliquent le délitement progressif mais généralisé de la cohésion sociale et nationale qui de ces quartiers, se répand dans tout le pays … On obtient ainsi le mélange explosif qui pousse les populations « non-immigrées » des villes comme du « rurbain » ou des campagnes vers le Front National !

C’est cela qu’il faut combattre, Messieurs et Mesdames les bien-pensants, au lieu de vous lamenter et d’accuser le FN qui ne fait que prospérer sur ces problèmes que la gauche veut ignorer et que vous-mêmes n’avez pas voulu résoudre ! Vous faites une mauvaise analyse des risques et des enjeux et vous prenez de façon très irresponsable la droite et le pays en otage !

… quant à votre obsession du « centre », ouvrez les yeux sur le simple fait que si vous-mêmes qui vous réclamez de la droite, avez peur de faire une politique de droite, à savoir une politique forte sur ces sujets, il est illusoire de vouloir la faire avec un centre qui n’osera pas !

… libérez-vous de votre complexe électoral au « centre » ! Le « centre » pour l’essentiel, viendra à votre politique car c’est la seule qui vaille pour la France,

… et vous reprendrez bien vite à droite beaucoup plus que vous ne perdrez au centre à condition bien sûr, de proposer au peuple une politique à laquelle il puisse croire… mais si vous préférez sacrifier aux pudibonderies, aux pleurnicheries du centre et persister dans votre pulsion suicidaire, le FN vaincra et la France s’écroulera !

Bref, on ne peut rien prendre à une gauche obsessionnelle qui persiste à penser faux « l’économique, le social et le sociétal » et qui de plus, refuse d’agir pour réformer le pays et le mettre en état d’affronter les défis du siècle. Il faut en revanche car c'est de l'essence même de la droite, reprendre au Front National le combat pour les valeurs nationales et la cohésion sociale où la droite lui a imprudemment laissé le champ libre depuis les années 80.

 Des considérations « électoralistes » internes ne doivent pas bloquer la droite en l’empêchant de définir et mettre en œuvre la politique de la France visant d’abord, à sauvegarder la cohésion sociale et nationale et rétablir ensuite, la puissance française en Europe et dans le monde !

Cher Alain Juppé, vous êtes dans "l'immédiat" et vous jouez avec l'avenir du pays ... et vous y entraînez quelques-uns (et quelques-unes !) de nos jeunes espoirs !  Y avez-vous bien réfléchi ?

 

 

Quelques réflexions complémentaires :

Sur « la gauche »  :

Le PS et la gauche en général n’ont jamais fait beaucoup de bien à la France sauf au temps de l’Empire français, des colonies et de l’éducation pour tous et, pour la dernière fois, quand elle est revenue de son erreur pacifiste pour défendre la patrie en 14 !

Sur le « social » et l’économie, ils ont toujours agi à contretemps et à contresens, en 36 alors qu’il fallait préparer la guerre au lieu de partir en vacances comme en 1981 quand il fallait s’ouvrir au monde au lieu de se replier sur soi jusqu’à l’apothéose des 35 heures de 1997 et à l’admirable conversion des derniers mohicans socialistes à la social-démocratie qu’ils confondent avec l’aboulie et le « fa niente » alors que la France et l’Europe régressent face aux nations ou aux blocs émergents au risque de ne plus « exister » au 21è siècle !

De Gaulle a pu leur sauver la mise pour un temps en rétablissant la République après la guerre perdue par des politiciens médiocres et en donnant corps aux projet de solidarité sociale de la Résistance puis remettre encore une fois la France sur ses rails institutionnels, économiques et sociaux en 58 quand la République des partis, encore eux, menait la France à vau-l’eau ! Mais de Gaulle n’est plus et la gauche persiste dans l’erreur !

Depuis ces mémorables bêtises dont le PS a été l’initiateur dans les trente ou quarante dernières années, la gauche a su admirablement conditionner le peuple français en installant avec la complicité des medias qui cherchaient goulûment leur audience, une « morale de troupeau », une bien-pensance de masse concoctée par nos « philodoxes » d’après-guerre et nos « normaliens » dé-constructeurs, amplifiée par les tambours de la « révolution » anarcho-libertaire de nos petits-bourgeois soixante-huitards, ressassée par nos vulgarisateurs de la repentance coloniale, de la compassion christo-marxiste pour toutes les minorités souffrantes et l’ouverture indéfinie des droits de tous les hommes à tout et n’importe quoi !

Du fait de la multiplicité de ses bonnes intentions affichées et de l’enchevêtrement des paramètres du bonheur que nos experts internationaux veulent voir devenir la mesure de toute chose dans le monde, la logorrhée de gauche est devenue oxymorique puisque au nom de la « modernité » et des « droits à … », elle prêche tout et son contraire, elle confond liberté et libertarisme, égalité et égalitarisme, autorité et autoritarisme, justice et justicialisme, éducation et pédagogisme, travail et exploitation, etc …

Sur le point d’abandonner les faux repères du marxisme après l’échec des communismes, elle a tenté une synthèse désespérée des séquelles idéologiques qui lui en restaient avec l’individualisme libertaire, le déterminisme socio-structurel, le droit de l’hommisme et plus récemment l’écologisme au point qu’elle navigue de bourdieuserie en bourdieuserie et de contradiction en contradiction où se mêlent sans rien produire l’économique, le social, le sociologique et le « sociétal » … des mots, des phrases, des tromperies ! La pensée de gauche est devenue si complexe et si multiple, si « diverse » pour reprendre des mots qui plaisent, que la gauche n’agit plus lorsqu’elle arrive au pouvoir ! Elle a si peur en effet, de déplaire à ses diverses clientèles qu’elle préfère « procrastiner », tempérer, diluer ses décisions et si possible ne pas en prendre tout en camouflant son aboulie pratique derrière de grande idées indéfinies et indéfinissables qui générant des discussions sans fin, donnent l’illusion de l’action.

Malheureusement, notre société de petits-bourgeois convenablement enrichis et passablement bien protégés est devenue exigeante sinon beaucoup plus intelligente. Elle n’en est plus à « gober » les slogans primaires et même primitifs, au sens de pensée primitive, dont la gauche l’abreuvait autrefois ni à s’enthousiasmer pour les fausses valeurs dont la gauche voudrait la gaver aujourd’hui !!

Le peuple est peut être bête mais il est devenu « pratique ». Il n’a cure des belles idées sans substance et il veut qu’on traite ses problèmes à commencer par les plus triviaux c'est-à-dire ceux qui déplaisent le plus à la bien-pensance de gauche : immigration, intégration, assimilation, cohésion sociale et nationale, sécurité et justice, éducation et formation, emploi et niveau de vie !  

La gauche au lieu de traiter les problèmes du peuple, préfère les cacher, les ignorer et les nier car ils ne cadrent pas avec son idéologie « bisounours où tout le monde, il est bon et il est gentil » depuis que Jean-Jacques est devenu le pape de « l’universalisme français » ! Il suffit donc de laisser faire et tout s’arrangera !

C’est idiot mais c’est la gauche et ceux qui la dirigent aujourd’hui sont les faux-penseurs de Terra Nova et les belles âmes ou grands enfants généreux qui entourent notre « grand leader », notre « Non-Président » Hollande, soudainement devenu ultra-libéral passif dans tous les domaines, économique (le chômage va disparaître avec le cycle !) , le sociétal (les homosexuels, les femmes, les minorités d’abord !), le social (le partenariat social permet de discuter de tout et de ne décider de rien !)

Or la droite s’est laissé en partie, contaminer par cette bien-pensance hors sol au point que certains de ses responsables entonnent maintenant avec la gauche le chant du troupeau !

… et pendant ce temps, le peuple va au front National !

 

Sur le Front National :

Le FN monte parce que l’exaspération du peuple grandit à mesure que la gauche terra-novienne libéralo-libertaire le néglige au profit d’un « boboïsme » triomphant et que la droite aveuglée et paralysée par les tambourinades de la bien-pensance politico-médiatique , a peur de prendre en charge le combat de ce peuple !

Le FN est une catastrophe de la pensée économique et sur ce plan, il n’est pas meilleur que le Front de Gauche ou le PC. Il n’a par ailleurs, aucune vision de l’avenir de la France dans le monde du 21è siècle puisqu’il ne comprend pas que la survie du pays face aux puissances qui émergent, ne peut passer que par une Europe-puissance qui reste à construire et qu’il refuse bêtement que la France en prenne le leadership (voir articles « « L’Europe ne se fera pas à Bruxelles ni à Strasbourg mais à Paris et à Berlin ! »).

En revanche et depuis le début, le Front National a raison sur les problèmes qui touchent le peuple au plus près, immigration, intégration, assimilation, islam, insécurité, politique pénale, cadre de vie, éducation et formation, discipline sociale, « vivre ensemble » et tous les problèmes qui en sont dérivés et que notre gauche bien-pensante a si fort dénoncés, xénophobie, islamophobie, racisme, homophobie, etc …

La gauche a cherché à en faire l’épouvantail de la « mal-pensance » politique et de l’horreur morale et la droite, bêtement, s’est laissé entraîner dans ce tourbillon de bêtise que les media boboïsants ont goulûment gonflé!

Il fallait résoudre ces problèmes et personne ne l’a fait ! Du coup la droite comme la gauche s’éparpillent en diverses petites chapelles sans âme et sans ressort. La gauche molle n’a d’autre issue que de le rester sauf à revenir à l’archaïsme de la pensée socialiste d’après-guerre avec ses « frondeurs » voire à l’antique lutte des classes avec le Front de gauche et les communistes !

La droite en revanche, a plus de chance. La droite molle peut rejoindre la « droite forte » et allant au peuple, elle pourra ramener à elle les patriotes et les français perdus qui ont, un temps, cru trouver leur salut dans le FN !

 

Sur la droite :

Le danger à terme est beaucoup plus dans l’accélération du processus de déliquescence nationale promu par la gauche que dans la volonté de redressement patriotique du FN. La droite en reprenant ces thèmes, ne fera que reprendre ses droits. Elle ne sera coupable que de les avoir trop longtemps laissés en jachère !

Le redressement se fera donc par la droite et on attend d’elle qu’elle mène une politique de droite non seulement pour contrer et « réduire » le FN mais surtout pour que, refaisant l’unité nationale, elle sorte le pays de la déliquescence où la gauche l’enfonce et remette la France au centre de l’Europe.

Pour cela, il faut que la droite abandonne son obsession centriste et qu’elle ne rejoue pas les palinodies « centro-UDFisantes » qu’elle avait essayé de noyer dans l’UMP ! Si le centre est décidé à agir pour résoudre les problèmes fondamentaux du pays plutôt que de continuer à se lamenter sans rien faire sur le sort de cette pauvre France, il est le bienvenu ! Il ne peut continuer d’être le boulet de la droite !

En attendant les primaires à droite et l’élection présidentielle, le parti doit gagner les élections intermédiaires, recréer l’élan national et pour cela définir un programme de droite suffisamment fort et crédible pour convaincre le peuple que c’est là qu’il faut aller !

Messieurs et Mesdames les responsables ou prétendants, contrôlez vos ambitions et vos humeurs … c’est de la France qu’il s’agit … pas de vous ni du parti ni de vos clientèles particulières !