LA GAUCHE PRISE AU PIEGE DE SES INCONSEQUENCES

Résumé

… de fausses valeurs en vrais problèmes, la gauche s’égare, s’inhibe et se bloque à contresens des réalités du monde !

En 1936, la gauche a préféré « faire du social » plutôt que mettre la France au travail quand l’ennemi menaçait ! Après la guerre et malgré les redressements gaulliens des «Républiques» de 1945 puis de 1958, elle a continué d’agir à contresens en mettant le pays à la retraite à 60 ans en 1981 et aux 35 heures en 1997. Et encore en 2012, au lieu de réformer le pays pour renforcer ses bases de redéploiement économique après la crise, elle a choisi la facilité d’un égalitarisme imbécile prétendant faire le bonheur des « minorités récriminantes » aux dépens même de celui de la majorité du peuple.

Cynique, elle préfère sacrifier le « social » du peuple tout entier au « sociétal » des clientèles particulières que Terra Nova, le « bobo-club du nouveau socialisme », lui a recommandé de choyer pour arriver au pouvoir. Toujours à contre-sens, elle subventionne de faux emplois et se répand en assistanat généralisé tout en ruinant les entreprises et les épargnants qui pourraient précisément les financer. Par le biais de ses organisations-relais, elle encourage une immigration de masse dont le pays n’a aucun besoin et qui rechigne à s’intégrer, détruisant ainsi le lien social et la cohésion nationale qu’une école publique et une justice à la dérive ne parviennent plus à sauvegarder. Elle s’avère incapable de réformer un secteur public tentaculaire et impotent qui ne remplit plus ses fonctions et empêche l’économie nationale de regagner le niveau de compétitivité qui lui permettrait d’affronter les défis du 21è siècle.

Elle divague de fausses valeurs qu’elle s’invente en vrais problèmes que son idiosyncrasie l’empêche d’appréhender. Pour le bien de la France et pour faire l’Europe, il faut briser l’engrenage de l’échec et renvoyer la gauche à son inconsistance. C’est devenu une question vitale au milieu des bouleversements du monde actuel.

Sommaire

-Bien-pensance et penser faux : gauche, droite et niveaux de pensée

-Où en est la France après une année d’errance politique et d’erreur économique ? Malédiction du socialisme français, la compétitivité s’effondre ! De la tromperie mitterandienne à la procrastination hollandesque en passant par l’erreur jospinienne, les socialistes ont épuisé leur « crédit bêtises » !

-Il manque un chef et une politique ! La catastrophe n’est pas encore là mais le monde ne nous attend pas, il faut réformer … vite !

-Que fait la gauche pour réarmer la France face aux défis du monde nouveau ? Elle étale ses bons sentiments et abuse le peuple avec quelques gadgets sociétaux au lieu de prendre les mesures de salut public qui s’imposent

-La « gauche » veut ignorer les priorités, elles exigent des actes plus que des discours… générosité, « droits à tout et n’importe quoi », bons sentiments, c’est plus facile à « vendre » au peuple !

-Et voilà que quelques économistes branchés à gauche (comme si l’économie pouvait être de droite ou de gauche !) se font les complices de cette non-politique

-Soudain retentit dans le ciel élyséen, le coup de tonnerre du rapport de la Cour des Comptes : elle définit le cap que François Hollande a peur de fixer aux français et « d’imposer » aux syndicats, à ses militants et à ses diverses « clientèles » !

-La révélation faite au PS : le Prophète branche le Saint-Esprit sur les Apôtres !

- En fin de compte, Monsieur Hollande, vous nous faites honte, bien sûr, mais pire encore est l’obscénité du peuple français qui s’est lâchement laissé abuser par votre évidente démagogie parce qu’il avait peur qu’on le force à bouger ! et plus détestable encore le troupeau des « pleureuses médiatiques » qui vous reprochent maintenant de vous enliser après s’être excitées à faire votre propagande électorale en 2012 !

Bien-pensance, licence, errance, violence, déliquescence .... (2 Août 2015)

on .

Déliquescence … la pensée de gauche ou le contresens permanent !

Malgré les horreurs des deux guerres et aveuglés par l’idéologie, nos philosophes et « penseurs » ont voulu après la deuxième, persévérer un temps dans l’erreur fondamentale du marxisme appliqué avant de constater les désastres de ses derniers avatars et de se reconvertir en catastrophe dans cette maravilleuse synthèse du « christiano-marxisme » et de « l’écolo-droit de l’hommisme » qui a donné naissance à notre moderne catéchisme de la bien-pensance boboïsante post-soixante-huitarde.

Des signes de la déliquescence en marche ?

… une société devenue massivement et globalement petite-bourgeoise, raisonnablement enrichie par le progrès économique et largement protégée des aléas de la vie par le progrès social, une société qui n’a pas de réel problème sinon existentiel mais qui s’ennuie, qui râle, réclame et manifeste dès qu’elle ne peut plus se permettre ses caprices de gosses de riches ! Une société amollie et déresponsabilisée par sa nouvelle aisance sécurisée et par l’assistance sociale généralisée dont elle a pris l’habitude, qui prend soudain conscience des changements du monde, qu’elle va devoir se battre pour conserver ses avantages et au-delà préserver le rang de la France et sa civilisation gréco-latine et chrétienne face à ce nouveau monde qui les menace … les défis du 21è siècle sonnent l’heure du réveil pour le peuple français, la France, l’Europe toute entière et l’Occident en général !

des gosses cocoonés par leurs parents, ceux de la 3è génération de soixante-huitards, des enfants-rois qui donnent des adultes-tyrans, fils de bourgeois paumés qui traînent sans ressort ni désir à part celui de se « shooter » à tout mais à rien de bien défini, des gosses perdus sans leur portable et leur petit monde virtuel dans lequel leurs parents les laissent lâchement s’enfermer , voyous de banlieues qui ne savent pas aligner trois mots de français ni même d’arabe, de pidgin ou d’ourdou et s’expriment alors par la violence, le seul langage qu’ils maîtrisent vraiment lorsqu’en meute, ils se sentent assez forts pour voler une vieille dame ou violer une jeune fille … déliquescence des valeurs qui engendrent l’estime de soi et le respect des autres !

… une société libérée mais qui a peur de tout parce qu’elle n’est pas capable d’assumer cette liberté, une société qui veut tout mais qui interdit tout en vertu d’un principe de précaution devenu obsessionnel et d’un égalitarisme maladif qui veut tout cadrer au risque de généraliser une discrimination positive parfaitement dégradante pour ceux qui en bénéficient et parfaitement injuste à l’égard des autres … il a bien dégénéré le fameux « interdit d’interdire » de nos libertaristes soixante-huitards écartelés aujourd’hui, entre les tabous du politiquement correct et les appétits du « jouissons sans entrave » !

… des socio-penseurs façon Judith Butler qui après notre chère Simone de Beauvoir et dans le sillage des Lévi-Strauss et Foucault, prêchent le nouvel évangile du « genre » ou s’excitent dans un activisme féministe qui aboutit à émasculer les comportements individuels par une volonté délibérée « d’efféminisation » de l’élément mâle de la société, cette société qui produit maintenant des gosses ultra-libérés mais sans repère qui chialent au moindre bobo au lieu d’apprendre à se battre et se refusent à la discipline et à l’effort qui leur permettrait de gagner ou de vaincre ; une homosexualité revendiquée en parallèle comme nouvelle norme de l’homme ou de la femme moderne incluant le « droit à l’enfant » que la nature lui refuse comme si les caprices et les pulsions de chacun devaient et pouvaient être érigés en « droits » !!! … dégénérescence des valeurs familiales et « bisounoursification » des mœurs et des comportements à partir de la « Mecque » germanopratine de la dé-construction pour le plaisir et du boboïsme gauchisant !

… une « Education Nationale » qui sous prétexte de libération créative, d’expression de soi-même et « d’auto-construction » de ses propres savoirs, rejette toute discipline et préfère punir les profs plutôt que les chahuteurs ; une école et une université qui préfèrent abaisser le niveau de leur enseignement à force de discrimination égalitariste plutôt que valoriser le mérite et amener les enfants ou les étudiants à se surpasser dans l’effort; une école qui met les petits garçons en rose et les petites filles en bleu sous prétexte d’égalité des genres ; une école qui préfère entretenir les enfants d’immigrés dans leur culture d’origine au lieu d’assurer leur assimilation à la culture française   … bref, une école qui désintègre la société et sème la confusion dans les esprits, une école qui confond égalité et égalitarisme, instruction et activisme idéologique, liberté et licence, … de bourdieuserie en bourdieuserie, le laxisme éducatif s’installe et l’école faillit à sa mission !

des jeunes gens qui s’adonnent au « binge drinking », cette saoûlerie immédiate d’inspiration aussi imbécile qu’anglo-saxonne, au lieu de se saoûler lentement, avec plaisir, pour avoir le temps d’« échanger » ; d’autres qui sur les traces de Byron, Chateaubriand ou plus tristement des baba-cools et rêveurs soixante-huitards, sont « en recherche d’eux-mêmes » et s’adonnent aux extases narcotiques ou intellectuelles des religions ou pratiques orientales, vaudou ou chamanique parce qu’ils ne se « retrouveraient » plus, disent-ils, dans leur culture gréco-romaine et chrétienne ; les derniers se pressent dans les rues avançant mécaniquement comme des zombies sans rien voir ni entendre, connectés qu’ils sont à toutes sortes de gadgets électroniques ou portables branchés … caprices de petits riches que peut désormais s’offrir la masse qui « s’ennuie » mais sans le génie baudelairien !

… d’autres, des voyous issus de l’immigration que la bien-pensance qualifie de « jeunes de la diversité » et qui, habitués au laxisme des autorités politiques, judiciaires et même policières, commencent à se croire autorisés à « faire la loi » dans « leurs » quartiers et à créer le désordre partout où ils passent ; une volonté d’affirmation identitaire souvent mêlée de concepts et tabous islamiques mal assimilés et d’une capacité plus que sommaire à raisonner et s’exprimer, les fait sombrer dans la violence, l’illégalité, les trafics ainsi que dans la détestation affichée de tout ce qui est français et en particulier dans la provocation islamiste comme moyen d’affichage identitaire ... laisser-aller politique et laxisme d’Etat laissent ainsi prospérer le désordre public et nourrissent de la sorte les flux qui vont au Front National !

… des philosophes ou penseurs sociaux qui d’un structuralisme mal interprété jusqu’à notre actuelle bien-pensance égalitariste et créatrice de droits à tout et n’importe quoi, se sont évertués avec la complicité des faiseurs d’opinion médiatiques amateurs des poncifs du moment, à faire croire aux gogos que tout se vaut, que tout est art et que tout est civilisation . Non, il y a des civilisés et des barbares et celui qui ne défend pas ni ne cherche à développer sa civilisation donne raison au barbare animé par ses pulsions de destruction or, en la matière, la destruction n’est pas créatrice ! … inconscience et irresponsabilité de nos intellectuels qui, disait Simone Weil, se heurtent à l’écueil des réalités dès qu’ils prétendent passer de la théorie à la pratique !

… des cohortes d’individus « sans-papiers » qui créent le désordre et l’insécurité et que les belles âmes et le pouvoir de gauche se refusent à qualifier de clandestins ou illégaux par peur d’être accusés de xénophobie, d’islamophobie ou de racisme ; des cohortes de pauvres hères qui n’ont rien à faire sur notre territoire mais auxquels ces bonnes âmes encore tout imprégnées de culpabilité pour leurs péchés anciens de colonialisme et d’esclavagisme, sont prêtes à accorder tous les droits sans contrepartie de travail ni même d’un comportement basique de respect de la société française ; des cohortes que les associations immigrationistes gauchisantes aident activement à s’installer sinon à pénétrer sur le territoire français et poussent à réclamer voire exiger violemment tous les avantages et allocations prévus par notre généreuse législation … c’est l’envahissement accepté et activement promu sinon encore la soumission à l’envahisseur !

… des intermittents du spectacle qui n’ont pas honte de se laisser entretenir par ceux qui ont vraiment du talent ou encore des pilotes d’Air-France qui ont l’impudeur de préférer leurs avantages acquis datant de l’époque « para-publique » de la compagnie, à la survie et au développement de leur entreprise … sans évoquer nos chers fonctionnaires ou para-fonctionnaires du secteur public qui poussés par quelques syndicats suicidaires, prennent prétexte de la « défense du service public » pour couler l’économie française par une dépense publique excessive, mal réglée et inefficace … égoïsme corporatiste payé par la nation toute entière et en particulier par ceux qui ne trouvent pas d’emploi faute d’une économie compétitive !

… des avantages sociaux exorbitants qui permettent par exemple aux personnes licenciées de prendre leur temps et leurs aises avant de rechercher activement puis d’accepter un nouvel emploi qui leur « conviendrait », des traitements et des médicaments quasi totalement gratuits qui incitent à la surconsommation médicale et hospitalière, des « régimes spéciaux »  de travail et de retraite qui créent une injustice flagrante et insupportable économiquement, socialement et financièrement entre leurs bénéficiaires et les salariés ordinaires du privé … et bientôt, il y aura peut être « un salaire jeunes » qui incitera encore un peu plus les jeunes gens à ne pas trop se presser pour trouver un emploi ! etc … etc … déresponsabilisation organisée du corps social et contradiction des priorités entre économique et social, entre court terme et long terme,

… une hypocrisie budgétaire qui interdit de réduire la dépense publique pour ne pas mécontenter la clientèle socialiste mais promeut la « cocoonisation » des clientèles spécifiques que le pouvoir socialiste voudrait s’attacher ; des emplois fictifs ou inutiles payés par l’argent public pour réduire les statistiques du chômage ; des impositions ou tarifications « spéciales pauvres » au nom d’une justice sociale que les socialistes étaient en passe d’oublier mais qu’ils veulent en toute démagogie, mettre en exergue en vue des prochaines élections; des « régimes spéciaux » de travail et de retraite et des statuts du secteur public et para-public générateurs de sclérose opérationnelle et de coûts excessifs et injustifiés qui pèsent sur la dépense publique et par ricochet sur les entreprises et les particuliers aux dépens de la compétitivité de l’économie, de l’investissement, de la consommation et donc de la production et de l’emploi, etc… etc … la gauche persiste à ruiner l’économie française par ses œuvres idéologiques et démagogiques, à contresens de l’intérêt à terme du peuple français !

… une autorité de l’Etat bafouée par les anarcho-gauchistes du barrage de Sivens, de N.D. des Landes ou d’ailleurs mais aussi par des squatters qu’une justice idéologisée se refuse à faire déguerpir sur le champ ; une partie du corps judiciaire qui s’affirme ouvertement gauchisante sans que Ministre, Gouvernement ou Président ne s’en émeuve ; « politique de l’excuse » érigée en politique judiciaire depuis l’époque « badintérienne », la plus grande mansuétude étant requise pour les récidivistes qui remercient notre très laxiste Garde des Sceaux et notre très politicien Président ; une police qui s’abstient sur ordre ou par défaut d’autorité hiérarchique, de faire respecter la loi pour éviter les « problèmes » (interdiction du voile intégral, renvoi des illégaux et des fauteurs de troubles, contrôles d’identité, quartiers de « non-droit », répression des trafics, contrôle de l’exercice du culte musulman, maintien de l’ordre public et réponse aux agressions de policiers et autres agents publics, …) … déliquescence des institutions de l’Etat et recul du pouvoir devant la chienlit !

… enfin et surtout un Chef de l’Etat qui ment au peuple, trahit la gauche et mène la France au désastre parce qu’il refuse d’agir contre les intérêts de sa clientèle électorale et ne cherche qu’à se survivre à lui-même dans la médiocrité de son personnage public; un « Non-Président » qui a perdu toute crédibilité européenne et internationale par son incurie et son inertie quant aux réformes nécessaires au redressement du pays et qui se retrouve parfaitement dans le personnage de son complice, le Premier Ministre grec Tsipras, aussi social-menteur et social-traître que lui ! Un Non-Président qui a peur de prendre ses responsabilités, affublé d’un Non-Gouvernement, d’un PS remodelé bobo par les « experts » de Terra Nova et d’une gauche obstinément à contresens des réalités du monde en raison de cette maladie décidément incurable qui réunit dans une même attitude mortifère pour le pays, les belles âmes de Saint-Germain des Prés et les frondeurs du 93 !

Voilà où nous en sommes !

… un Non-Président qui a perdu toute crédibilité aux yeux du peuple mais aussi de nos partenaires européens et internationaux et qui est en voie de décrédibiliser la France elle-même dans le règlement des affaires du monde,

… un peuple exaspéré par les échecs et l’incurie des élites qu’il a lui-même mises au pouvoir en 2012, un peuple qui se sent coupable d’avoir reculé par lâcheté devant les efforts qu’on lui demandait par ailleurs pour redresser le pays après la crise de 2008-2012 et qui fuit en masse vers le Front National en s’imaginant qu’il détient peut-être la recette-miracle pour créer de l’emploi avec son économie vaudou et pour rétablir l’ordre dans les banlieues en fermant les frontières,

… une jeunesse déboussolée par un « cocooning » parental et social excessif et un manque total de cadrage éducationnel qui ne lui fournit pas les points de référence dont elle a besoin pour construire son caractère et sa vie, qui ne croit plus en rien et qui commence à penser qu’il n’y a plus d’avenir en France !

… des populations immigrées en désordre que la gauche a sciemment trompées en faisant de « l’immmigrationnisme » actif et dont l’extrême droite instrumentalise le rejet par démagogie électorale, des populations à qui l’Etat n’a jamais dit clairement ce qu’il attend d’elles ni comment elles doivent se comporter pour être acceptées au sein de la population française puis s’y fondre si elles veulent y rester et devenir françaises,

… une économie à la dérive ruinée par une dépense publique excessive et bloquée par des structures administratives et un secteur public sclérosés, une économie qui est en train de perdre pied par rapport aux nouvelles puissances émergentes mais aussi par rapport aux pays européens qui ont fait l’effort d’adaptation au monde nouveau que le pouvoir socialiste se refuse à envisager !

… des institutions et organismes publics centraux et locaux dont la direction et la gestion ont été accaparés par ceux qui doivent les servir ou plus précisément par leurs représentants syndicaux du fait du laisser-aller et de la démission de leurs « chefs » à savoir ceux qui avaient été désignés par le peuple ou ses autorités élues pour les commander … des institutions donc à reconquérir et à remettre en ordre au bénéfice du peuple et de la Nation et non au leur propre !

Un Etat, un peuple, une nation en voie de décomposition ! Redresser l’Etat, redonner confiance au peuple, rétablir la France en Europe et dans le monde, une mission de salut public pour le prochain Président.