LA GAUCHE PRISE AU PIEGE DE SES INCONSEQUENCES

Résumé

… de fausses valeurs en vrais problèmes, la gauche s’égare, s’inhibe et se bloque à contresens des réalités du monde !

En 1936, la gauche a préféré « faire du social » plutôt que mettre la France au travail quand l’ennemi menaçait ! Après la guerre et malgré les redressements gaulliens des «Républiques» de 1945 puis de 1958, elle a continué d’agir à contresens en mettant le pays à la retraite à 60 ans en 1981 et aux 35 heures en 1997. Et encore en 2012, au lieu de réformer le pays pour renforcer ses bases de redéploiement économique après la crise, elle a choisi la facilité d’un égalitarisme imbécile prétendant faire le bonheur des « minorités récriminantes » aux dépens même de celui de la majorité du peuple.

Cynique, elle préfère sacrifier le « social » du peuple tout entier au « sociétal » des clientèles particulières que Terra Nova, le « bobo-club du nouveau socialisme », lui a recommandé de choyer pour arriver au pouvoir. Toujours à contre-sens, elle subventionne de faux emplois et se répand en assistanat généralisé tout en ruinant les entreprises et les épargnants qui pourraient précisément les financer. Par le biais de ses organisations-relais, elle encourage une immigration de masse dont le pays n’a aucun besoin et qui rechigne à s’intégrer, détruisant ainsi le lien social et la cohésion nationale qu’une école publique et une justice à la dérive ne parviennent plus à sauvegarder. Elle s’avère incapable de réformer un secteur public tentaculaire et impotent qui ne remplit plus ses fonctions et empêche l’économie nationale de regagner le niveau de compétitivité qui lui permettrait d’affronter les défis du 21è siècle.

Elle divague de fausses valeurs qu’elle s’invente en vrais problèmes que son idiosyncrasie l’empêche d’appréhender. Pour le bien de la France et pour faire l’Europe, il faut briser l’engrenage de l’échec et renvoyer la gauche à son inconsistance. C’est devenu une question vitale au milieu des bouleversements du monde actuel.

Sommaire

-Bien-pensance et penser faux : gauche, droite et niveaux de pensée

-Où en est la France après une année d’errance politique et d’erreur économique ? Malédiction du socialisme français, la compétitivité s’effondre ! De la tromperie mitterandienne à la procrastination hollandesque en passant par l’erreur jospinienne, les socialistes ont épuisé leur « crédit bêtises » !

-Il manque un chef et une politique ! La catastrophe n’est pas encore là mais le monde ne nous attend pas, il faut réformer … vite !

-Que fait la gauche pour réarmer la France face aux défis du monde nouveau ? Elle étale ses bons sentiments et abuse le peuple avec quelques gadgets sociétaux au lieu de prendre les mesures de salut public qui s’imposent

-La « gauche » veut ignorer les priorités, elles exigent des actes plus que des discours… générosité, « droits à tout et n’importe quoi », bons sentiments, c’est plus facile à « vendre » au peuple !

-Et voilà que quelques économistes branchés à gauche (comme si l’économie pouvait être de droite ou de gauche !) se font les complices de cette non-politique

-Soudain retentit dans le ciel élyséen, le coup de tonnerre du rapport de la Cour des Comptes : elle définit le cap que François Hollande a peur de fixer aux français et « d’imposer » aux syndicats, à ses militants et à ses diverses « clientèles » !

-La révélation faite au PS : le Prophète branche le Saint-Esprit sur les Apôtres !

- En fin de compte, Monsieur Hollande, vous nous faites honte, bien sûr, mais pire encore est l’obscénité du peuple français qui s’est lâchement laissé abuser par votre évidente démagogie parce qu’il avait peur qu’on le force à bouger ! et plus détestable encore le troupeau des « pleureuses médiatiques » qui vous reprochent maintenant de vous enliser après s’être excitées à faire votre propagande électorale en 2012 !

Des « arsouilles » ! De Gaulle les jugeait ainsi … mais de Mitterand à Hollande les socialistes ont fait beaucoup de progrès ! (4 Septembre 2015)

on .

 

La gauche à contresens     Hollande atteint les sommets sans jamais monter sur les hauteurs !

Un jour, quelqu’un s’aventura à parler de Mitterand devant le Général de Gaulle. Celui-ci s’écria alors : « Ah oui, l’arsouille ! », énoncé comme une évidence indiscutable tant le qualificatif et le personnage apparaissaient naturellement et indissolublement consubstantiels !

L’arsouillère s’est beaucoup développée depuis, en quantité mais aussi en qualité. Les petits alevins de l’époque sont devenus de grandes ou petites anguilles tout aussi goulues et sinueuses que leur géniteur mais elles ont su masquer leur avidité et leur roublardise derrière la banalité quotidienne de leur comportement public, la médiocrité rassurante de leur vision politique et l’affichage automatique de bons sentiments devenus pour eux de simples outils de communication.

Bref, nos arsouilles modernes à la différence de Mitterand, sont des truands qui ont l’air honnête ! Ils ont ainsi pu tromper le peuple beaucoup plus aisément que n’avait pu le faire ce dernier et cela malgré la répétition du même scénario de promesses folles et d’action à contresens, pour la troisième fois en trente ans. Un vrai succès ! C’est vrai que le peuple est parfois frappé d’imbécillité dans le jugement mais la performance politique de nos arsouilles s’est considérablement améliorée de 1981 à 2012 en passant par 1997 !

En 2012, Hollande arrive au pouvoir en mentant à un peuple qui refusait encore de comprendre la nécessité de l’effort pour maintenir la France à son rang de puissance-pivot de l’Europe et pour faire de celle-ci la puissance mondiale de référence du 21è siècle. Le peuple a donc lâchement voté pour celui qui lui promettait le moindre effort avec la complicité de quelques 500.000 crétins de droite qui « n’aimaient pas Sarkozy » et des quelques 500.000 centristes qui ont suivi l’exemple hurluberluesque d’un Bayrou qui persistait à se prendre pour de Gaulle alors qu’il n’était devenu au fil des années qu’un hâbleur gonflé de prétention.

Dès son accès à cette présidence de rencontre, Hollande s’efforce d’affirmer son existence politique en niant la crise, en annulant toutes les mesures de recadrage déjà prises par l’équipe Sarkozy-Fillon et en allant à contresens des réalités socio-économiques. C’est ensuite, sous l’impulsion d’un Louis Gallois et suite aux questionnements de quelques « sociaux-traîtres » moins obtus que le socialiste moyen, qu’il s’adonnera aussi inutilement que mollement à la drogue des « Pactes » au petit pied : compétitivité, responsabilité, solidarité et autres demi-accords flexibilité-sécurité  dont les dispositifs aussitôt contrariés par les dispositifs inverses d’austérité abominés par sa gauche archaïque, n’aboutiront in fine à aucun effet positif notable sur la croissance ni donc sur l’emploi puisque le chômage malgré les manipulations indécentes de chiffres, continuera d’augmenter inexorablement.

L’échec sur l’emploi par déni des réalités économiques, se double d’un désastre financier puisque là aussi, notre nouvellement auto-déclaré « social-démocrate » (conversion présidentielle de Janvier 2013 !), se refuse à diminuer les dépenses publiques injustifiées ou excessives par peur de mécontenter sa clientèle du secteur public et ne voit de solution à la réduction des déficits budgétaires que dans l’augmentation des charges fiscales et sociales et le raclage des fonds de tiroir ministériels. Une politique à contresens, à la mode grecque, dont ne se réjouissent même plus les concurrents européens de la France tant elle tire l’Europe vers le bas face aux économies du reste du monde !

Echec donc sur les déficits budgétaires où Hollande et son gouvernement jouent non seulement leur crédibilité propre dont on n’a cure mais, bien plus dangereusement, la crédibilité de la France auprès de ses partenaires européens et des marchés financiers internationaux dont dépendent désormais le financement de la dette et l’indépendance d’action financière du pays. La Commission Européenne et le Président de l’Eurogroupe vont jusqu'à se permettre de rappeler la France à l’ordre, le FMI en rajoute et l’Allemagne depuis lors attend que la France change de politique et pour cela de Président ! La France sur le chemin des ludions grecs ! La honte absolue avec l’inefficacité économique et le désastre social !!!

Echec aussi sur la problématique de l’immigration et de l’islam, autre clientèle formellement identifiée par les faux-penseurs de Terra Nova, le club de réflexion du socialisme bobo. Les gauches immigrationnistes sont devenues le premier pourvoyeur du front National tant l’exaspération populaire monte devant l’incurie et le laxisme volontaires du gouvernement socialiste face à la chienlit créée par l’immigration, en particulier l’immigration musulmane. La gauche politique incapable de se relever de ses échecs économiques et sociaux massifs et répétés, n’a désormais qu’une priorité, celle de diviser la droite pour garder le pouvoir quitte à plonger le pays dans le chaos social et au risque de dissoudre l’identité nationale dans un magma ethno-culturel où se noient lentement notre civilisation et notre nation. Au-delà de ce criminel jeu politicien qui va contre l'intérêt supérieur du pays, Hollande et son gouvernement se trouvent aujourd’hui pris au piège de l’accélération brutale du phénomène migratoire en raison de l’échec des « révolutions arabes » et de la résurgence consécutive de l’islamisme et du jihadisme du Sahel au Proche-Orient, auxquels ils sont incapables d’opposer la moindre politique globale.

Ils sont non seulement incapables de mettre en œuvre un cadrage efficace de l’immigration et de l’islam sur le territoire français pour assurer la sécurité, l’ordre public et la cohésion nationale mais ils pataugent sur les voies et moyens de contrer les causes du désastre migratoire actuel à savoir bloquer l’émigration à la source en aidant les gouvernements arabes à éliminer islamisme et jihadisme au Sud de la Méditerranée et à reprendre le chemin du progrès en faisant rentrer définitivement les sociétés et Etats arabo-musulmans dans le monde du 21è siècle.

Nos gouvernants socialistes manquent pour cela d’une vision claire de l’état du monde et de savoir agir avec des personnalités comme Poutine, Khamenei, Assad, Sissi ou les régnants du Golfe. Il leur faudrait aussi apprendre à éviter de se ridiculiser avec des politiques inconséquentes à l’égard du monde arabo-musulman comme de la Russie ou de l’Ukraine et à préserver jalousement notre  indépendance d'action sans pour cela se fâcher avec nos alliés anglo-saxons ni surtout avec une Allemagne qui est aujourd’hui notre seul et incontournable partenaire pour la construction d’une Europe forte et maîtresse de son destin. Mais cela, qu’ils soient bêtement idéalistes ou machiavéliens primaires, ils ne savent pas le faire !

L’année 2015 est en train de devenir l’acmé de l’impéritie et de l’arsouillerie du Gouvernement Hollande avec une France qui bloque l’Europe par un comportement d’une malhonnêteté parfaitement grecque à l’égard de ses partenaires, par un déni des réalités et une mauvaise fois totale dans l’action politique, par l’acceptation d’une déliquescence sociale et sociétale qui fait le bonheur des extrêmes et par une aboulie suicidaire qui les empêche d’affronter les responsabilités internationales qui incombent à la France !

… et Hollande a l’impudeur de proclamer à Carcassonne en Mai 2015 que tout a été fait, qu’il n’y a plus rien à faire (rien en tout cas qui puisse mécontenter ses diverses clientèles !) jusqu’en 2017 et « qu’on va pouvoir commencer à distribuer » pour faire « un peu de social » alors que le gouvernement savait déjà que les rentrées fiscales seraient plus faibles et le déficit largement plus fort que prévus !!!!

Mitterand lui-même n’aurait pas osé ! A l’immobilisme mitterandien, Hollande ajoute en effet le suicide assisté du pays ! On passe alors, de la médiocrité politique à la trahison nationale.

Il joue les imbéciles alors qu’il sait parfaitement ce qu’il faudrait faire pour redresser la France politiquement, institutionnellement, économiquement, socialement et même sur le plan sociétal. Ses « camarades » de la Cour des Comptes ne cessent de le lui rappeler mais il se refuse à le faire car cela lui aliénerait les clientèles particulières identifiées dès avant 2012 par le très bobo-club Terra Nova et compromettrait définitivement ses chances pour 2017 ! Il a en cela un comportement à la hauteur de ses antécédents de gauche. Il est en effet, fréquent de voir un syndicaliste obtus ou un fonctionnaire bloqué s’accrocher à ses avantages acquis dut son entreprise en crever ou sa mission de service public en pâtir mais avec Hollande, on atteint les sommets de la faute politique : un "Chef d'Etat" qui subordonne l’avenir du pays à ses lubies présidentielles !!! 

Un tel mépris pour le peuple qui sent bien aujourd’hui l’urgente nécessité du redressement national et une négligence aussi manifeste pour l’intérêt supérieur du pays n’étant malheureusement pas susceptibles d’être invoqués devant la Haute Cour, il faudra prévoir à l’avenir une possibilité constitutionnelle de destitution d’un Président incapable ou malhonnête par un référendum d’initiative populaire.

L’ arsouillerie 2017 ne profitera pas à Hollande ! Il sera battu mais il aura fait perdre de précieuses années pour le redressement du pays, la reconquête de son rôle de puissance-pivot en Europe et la relance de la construction européenne autour de Paris et Berlin en vue de faire de cette Europe, la puissance mondiale de référence du 21è siècle.

Voilà l’objectif de la droite et pour cela, elle devra conduire une politique forte loin des pudibonderies des belles âmes de quelque bord qu’elles soient, de ces belles âmes qui vivent dans le rêve, qui ont peur de se salir les mains en agissant ou pire, qui agissent à contresens par sclérose idéologique !

« L’action ce sont des hommes au milieu des circonstances » !  De Gaulle nous le rappelait encore il y a peu !