LA GAUCHE PRISE AU PIEGE DE SES INCONSEQUENCES

Résumé

… de fausses valeurs en vrais problèmes, la gauche s’égare, s’inhibe et se bloque à contresens des réalités du monde !

En 1936, la gauche a préféré « faire du social » plutôt que mettre la France au travail quand l’ennemi menaçait ! Après la guerre et malgré les redressements gaulliens des «Républiques» de 1945 puis de 1958, elle a continué d’agir à contresens en mettant le pays à la retraite à 60 ans en 1981 et aux 35 heures en 1997. Et encore en 2012, au lieu de réformer le pays pour renforcer ses bases de redéploiement économique après la crise, elle a choisi la facilité d’un égalitarisme imbécile prétendant faire le bonheur des « minorités récriminantes » aux dépens même de celui de la majorité du peuple.

Cynique, elle préfère sacrifier le « social » du peuple tout entier au « sociétal » des clientèles particulières que Terra Nova, le « bobo-club du nouveau socialisme », lui a recommandé de choyer pour arriver au pouvoir. Toujours à contre-sens, elle subventionne de faux emplois et se répand en assistanat généralisé tout en ruinant les entreprises et les épargnants qui pourraient précisément les financer. Par le biais de ses organisations-relais, elle encourage une immigration de masse dont le pays n’a aucun besoin et qui rechigne à s’intégrer, détruisant ainsi le lien social et la cohésion nationale qu’une école publique et une justice à la dérive ne parviennent plus à sauvegarder. Elle s’avère incapable de réformer un secteur public tentaculaire et impotent qui ne remplit plus ses fonctions et empêche l’économie nationale de regagner le niveau de compétitivité qui lui permettrait d’affronter les défis du 21è siècle.

Elle divague de fausses valeurs qu’elle s’invente en vrais problèmes que son idiosyncrasie l’empêche d’appréhender. Pour le bien de la France et pour faire l’Europe, il faut briser l’engrenage de l’échec et renvoyer la gauche à son inconsistance. C’est devenu une question vitale au milieu des bouleversements du monde actuel.

Sommaire

-Bien-pensance et penser faux : gauche, droite et niveaux de pensée

-Où en est la France après une année d’errance politique et d’erreur économique ? Malédiction du socialisme français, la compétitivité s’effondre ! De la tromperie mitterandienne à la procrastination hollandesque en passant par l’erreur jospinienne, les socialistes ont épuisé leur « crédit bêtises » !

-Il manque un chef et une politique ! La catastrophe n’est pas encore là mais le monde ne nous attend pas, il faut réformer … vite !

-Que fait la gauche pour réarmer la France face aux défis du monde nouveau ? Elle étale ses bons sentiments et abuse le peuple avec quelques gadgets sociétaux au lieu de prendre les mesures de salut public qui s’imposent

-La « gauche » veut ignorer les priorités, elles exigent des actes plus que des discours… générosité, « droits à tout et n’importe quoi », bons sentiments, c’est plus facile à « vendre » au peuple !

-Et voilà que quelques économistes branchés à gauche (comme si l’économie pouvait être de droite ou de gauche !) se font les complices de cette non-politique

-Soudain retentit dans le ciel élyséen, le coup de tonnerre du rapport de la Cour des Comptes : elle définit le cap que François Hollande a peur de fixer aux français et « d’imposer » aux syndicats, à ses militants et à ses diverses « clientèles » !

-La révélation faite au PS : le Prophète branche le Saint-Esprit sur les Apôtres !

- En fin de compte, Monsieur Hollande, vous nous faites honte, bien sûr, mais pire encore est l’obscénité du peuple français qui s’est lâchement laissé abuser par votre évidente démagogie parce qu’il avait peur qu’on le force à bouger ! et plus détestable encore le troupeau des « pleureuses médiatiques » qui vous reprochent maintenant de vous enliser après s’être excitées à faire votre propagande électorale en 2012 !

Piques et réflexions pour décrasser les esprits et débloquer la France en 2017 ! (31 Mars 2016)

on .

 

Debout la droite ... après le désastre, il faut redresser le pays et "re-faire" l’Europe …

 

Déliquescence nationale, gaucho-bien-pensance et fausses valeurs, arsouillage et incurie

Le peuple se réveille … exaspéré ! Il ne refera pas l’erreur de 2012 !

Debout la droite, crétinisme bien-pensant ou politique forte ? La droite … oui juste la droite !

Cadrage « immigration-islam » et réforme de l’idjma’, des impératifs de cohésion nationale

L’Europe se fera à Paris et Berlin, pas à Bruxelles !

 

Déliquescence nationale, gaucho-bien-pensance et fausses valeurs, arsouillage et incurie, médiacratie et médiocratie

Un nouveau poncif né de l’incurie de nos gouvernants, le « politique bashing » fait le miel des faiseurs d’opinion et le bon peuple se met à ânonner le mantra à la mode ! « Les politiques » ne seraient bons à rien. A droite, quelques « jeunes espoirs » un peu présomptueux ne jurent que par « le renouveau » ! Pour mieux prendre la place des plus expérimentés, sans doute ! A gauche on ressort la gestion participative du rocardisme auto-gestionnaire des années 60 et on parle même de changer de « république », une VIè pour mieux revenir aux combines de la IVè ? Tout cela est ridicule car insignifiant.

La vérité est qu’entre intellectuels qui pensent faux et journaleux qui croient savoir, c’est « l’homme politique » qui a la charge du pays ! Les intellectuels en effet, n’ont pas toujours et même assez rarement, l’intelligence du monde et comme le disait Simone Weil, ils ont la fâcheuse habitude de « se heurter à l’écueil dès qu’ils passent toutes voiles dehors, de la théorie à la réalité » ! Quant aux journaleux, plus préoccupés de leur notoriété microcosmique ou du tirage de leur journal, ils préfèrent le ressassement des poncifs à succès à l’exposé des faits. Ils se sont donc faits les propagateurs de la morale de troupeau gaucho-bien-pensante qui submerge le pays depuis les élucubrations de nos « penseurs » normaliens de la dé-construction (de Sartre à Foucault !) et les caprices libertaires-égalitaristes de nos petit-bourgeois 68tards que nos modernes « penseurs complexes » écolo-droit-de l’hommistes prétendent sublimer en « civilisation de l’humanité » !!

Dans ce concert de gaucho-communication totalitarisante, le « service public » se veut à la pointe de la médiocratie. Info, désinfo, propagande, il a perdu ses repères à mesure que la gauche hollandesque devenait de moins en moins défendable. Elle est en effet, devenue aujourd’hui la risée des media après que ces derniers se furent érigés en propagandistes activistes du François Hollande candidat de 2012. Que les media tournent leur veste politique au gré du vent, n’est pas en soi d’une importance majeure car ils ne sont pas le 4è pouvoir qu’ils croient ! Mais ce qui les rend insupportables, c’est la collusion media-justice ou plus exactement entre medias justiciers et juges-justiciers ou du moins ceux qui se rêvent investis d’une mission de moralisation du monde alors qu’ils ne sont rien ! Insupportable encore, le biais politique gauchisant qui transparaît dans la plupart des medias du service public, France Inter en tête (le 31 Mars au matin encore, à propos des manifs contre la « loi-emploi », la diatribe gauchiste du jeune cultureux qui débite chaque jour son inépuisable et geignarde logorrhée après le 7-9 très « orienté » de P. Cohen et de ses humoreux(ses) de service !), France Culture, Arte, la 2, la 3 etc … comme on a pu aussi le constater dans une partie du corps judiciaire après les scandales du « Mur du SM », les mensonges taubiriens de l’ex-Garde des Sceaux, les harcèlements judiciaires du gauchisme activiste à l’encontre des « méchants » et notamment de Nicolas Sarkozy, etc … Tout cela jette la suspicion et donc le discrédit sur la sérénité et l’objectivité du prétendu « service public » de l’information et de la justice française ! Inadmissible ! Toutes ces dérives bien évidemment, devront être corrigées à l’arrivée du nouveau pouvoir.

« Des arsouilles ! » De Gaulle les jugeait déjà ainsi mais de Mitterand à Hollande, les socialistes ont fait beaucoup de progrès. De Mitterand, il était tellement évident qu’il en était une qu’on lui pardonne car la faute en revient d’abord au manque de discernement du peuple français qui a eu la bêtise de voter pour lui en 81 et de récidiver en 88 ! Hollande en revanche, est impardonnable. Il atteint aujourd’hui les sommets de l’escroquerie politique et on ne peut en vouloir au peuple de s’être laissé tromper par son air « bon garçon à la bonne bouille bien banale » malgré ses mensonges, ses reculades et ses manœuvres politicardes ! Des truands qui se donnent l’air honnête et en font « profession » par tous les moyens de communication !

A telle enseigne, qu’on en vient à rêver d’ajouter à la Constitution un article qui permettrait au peuple de lancer une procédure de destitution par référendum pour incurie et escroquerie politique. Se survivre au pouvoir est sa seule préoccupation, l’intérêt supérieur de la nation n’est pas un enjeu pour la gauche au pouvoir ! Oui, Hollande mérite la Haute Cour mais ces qualifications ne sont pas actuellement des motifs de mise en cause devant cette instance, hélas ! Il va donc falloir accepter que la France perde encore un an après quatre années de déliquescence accélérée … suite à une inaction délibérée pour la seule raison qu’agir pour redresser le pays, aurait aliéné au pouvoir socialiste les clientèles sur lesquelles il compte pour tenter de passer la barre du premier tour en 2017, clientèle des différents secteurs publics, électeurs issus de l’immigration et bobos-bien-pensants, les clientèles que lui avait assignées avec succès en 2012 Terra Nova, son officine de réflexion!

Le peuple se réveille, exaspéré ! … il ne refera pas l’erreur de 2012

Non, la France n’est pas « foutue » ! Les « déclinistes » ont raison dans leurs analyses et leurs imprécations mais il ne suffit plus de critiquer ou se lamenter, il faut agir ! On aimerait vous entendre à ce sujet, Messieurs ! Que faire donc ? C’est là que le politique reprend la main et laisse derrière l’intellectuel et le commentateur qui ne sont ni décideurs ni faiseurs !

Oui, une immigration non maîtrisée met en péril la cohésion nationale d’où l’urgence d’un cadrage sévère de l’immigration et des pratiques de l’islam qui les rendrait acceptables en France et plus largement en Europe ! Oui, l’Etat se ridiculise en laissant les voyous de tous acabits bafouer son autorité. Il doit reprendre la main sans la moindre hésitation en matière de justice et police et plus en amont reconstruire l’Education Nationale en plein délitement suite aux fantaisies disciplinaires et éducatives des soixante-huitards qui ont conquis la forteresse ! Oui, l’économie et l’emploi patinent parce que la gauche et ses économistes pensent faux et agissent à contresens. Le « miracle » de la dépense publique n’opère plus dans notre monde ouvert où émergent ces nouvelles puissances à l’échelle de continents. Les « économistes de gauche » (une expression oxymorique !) doivent cesser d’ânonner leur mantra  et le prochain gouvernement devra rétablir le cercle vertueux : réforme du secteur public, rationalisation de la dépense publique, allègement des charges et des impôts, croissance de l’investissement et de la consommation et partant, relance de la production et de l’emploi ! Oui, l’Europe est la seule voie qui permette à la puissance française de se transcender au 21è siècle ! Pas l’Europe de Bruxelles bien sûr ! L’Europe à construire passera par Paris et Berlin ! L’Europe aujourd’hui patauge car le « Président » français a perdu toute crédibilité auprès de ses partenaires européens et internationaux par ses forfanteries, son incapacité à réformer et ses mensonges répétés à cet égard. Au prochain gouvernement donc de remettre la France en situation de reprendre les rênes pour relancer effectivement la dynamique européenne dont elle est le principal aiguillon, étant depuis des siècles la puissance-pivot en Europe. Que de temps perdu … et dans une conjoncture internationale périlleuse où la France et l’Europe jouent leur rôle futur de puissance mondiale du 21è siècle !

Ce qu’il faut faire ? Simple, évident et urgent mais difficile et périlleux politiquement. C’est tout ce que la gauche n’a pas fait ou mal fait parce qu’elle se refuse à le faire pour ne pas déplaire à ses clientèles quitte à enfoncer un peu plus le pays dans la déliquescence où il glisse depuis 2012 lorsque le peuple français a lâchement préféré Hollande qui lui promettait la facilité plutôt que l’effort demandé par Sarkozy ! Le pouvoir socialiste n’a que faire des problèmes et des besoins du peuple et moins encore des intérêts supérieurs de la nation ! Il se rassure en ressassant ses fausses valeurs à rebours des réalités du monde, il lance quelques amusettes sociétales pour abuser le peuple et surtout, il tente l’impossible, à coup de démagogie sur les salaires publics, d’assistanat-jeunes et de commémorations bobo-humanistes, pour passer le premier tour des présidentielles de 2017 ! Bref, incurie et escroquerie politique assumées !

Le peuple le sent et il n’est plus aussi disponible pour les bateleurs de rue, organisateurs de manifs et appareils syndicaux beaucoup plus préoccupés de la conservation de leurs prérogatives et avantages institutionnels que de conduire le peuple sur les voies concrètes de l’efficacité économique et de l’emploi pour tous ! En 1995, le peuple pensait encore que les syndicats le « défendaient ». Aujourd’hui, il sait qu’ils ne défendent même plus le « service public » comme ils prétendent mais bien leurs intérêts corporatistes et il le leur dit en n’adhérant plus. Les syndicats donc s’étiolent et ne représentent plus personne, les dernières élections voient le PS s’évaporer, le gouvernement recule sur toutes ses velléités de réforme … et le FN monte à mesure des échecs du pouvoir. A croire que ce dernier comme du temps de Mitterand, s’en félicite pour tenter d’empêcher la droite de reprendre les rênes !

Le quinquennat de François Hollande aura été un échec mais un échec « magistral » ! Il aura au moins servi à convaincre le peuple qu’il fallait en finir avec les poncifs, lubies, rêveries et mensonges idéologiques de la gauche et que la réalité était le seul fondement solide sur lequel il était possible de concevoir et mener une politique efficace.Quelques hiérarques et jeunes loups du PS sont en effet, en train de donner raison à la droite en ébranlant les bases du socialisme français. Ils croient faire œuvre novatrice en réinventant la vieille social-démocratie mise en œuvre depuis plus de 50 ans par tous les partis socialistes européens. Certains même poussent la « social-traîtrise » jusqu’à prôner le social-libéralisme de type post-giscardien ! Hélas, la gauche française est encore loin de son Bad-Godesberg !

Alors quoi ? Tenter l’aventure avec le Front National ? Il avale goulûment les égarés du peuple de gauche, déçus et furieux que le PS les ait abandonnés pour « cocooner » les « bourgeois » du salariat protégé et du secteur public, les bobos bien-pensants et les enfants de la « diversité ». Quant aux égarés du peuple de droite, ils sont inquiets et même exaspérés qu’une certaine droite contaminée par la gaucho-bien-pensance, laisse à penser qu’elle pourrait encore hésiter à faire prévaloir l’autorité de l’Etat contre la chienlit, la cohésion sociale et l’identité nationale contre la dilution immigrationiste. Or le FN, s’il apporte quelques éléments de réponse au problème de l’immigration et de la cohésion nationale, n’en apporte aucun de fiable sur le front de l’économie et de l’emploi où il se contente de slogans gauchisants sinon carrément gauchistes ou de propositions « souverainistes et isolationnistes » de nature à ruiner l’économie française dans le monde d’ouverture et de compétition où nous vivons.

Peuple français, il faudra donc choisir ! Déliquescer avec le PS ? Ruiner la France par une gauche archaïque ou un FN conquérant de l’impossible ? Ou une droite forte pour redresser l’économie et l’emploi, assurer l’autorité de l’Etat et la cohésion nationale et rétablir la France dans son rôle séculaire de puissance-pivot en Europe ?

 

Debout la droite ! Crétinisme bien-pensant ou politique forte ? La droite … oui juste la droite !

La droite frappée de crétinisme, la gauche en pleine déliquescence …. Le FN caracole et la France s’abîme ! La France à ramasser après le désastre, encore une fois comme en 58, comme en 40 après deux républiques que la gauche a tuées faute que la droite soit forte !!

Que fait la droite aujourd’hui ? Sarkozy obligé de faire le pitre à cause de ses Juppé, NKM, Lemaire, Bertrand ou autres Raffarin qui jouent les vierges effarouchées en entendant Nadine Morano énoncer des évidences sur les racines chrétiennes d’une France de race blanche et de culture gréco-latine ! Quand la droite, crétinisée par le bien-pensisme de gauche, comprendra-t-elle qu’elle alimente le FN en exaspérant ses électeurs par ses minauderies et pudibonderies centro-gauchisantes sur l’immigration et l’islam ? Nadine Morano parle « peuple » et le peuple la comprend, elle ne parle pas le bobo !

N’avez-vous pas honte, vous les « humanistes de droite » de reprendre aussi sottement les poncifs des « humanistes » de gauche et de vous joindre à cette morale du troupeau politico-médiatique qui crie au racisme, à la xénophobie et à l’islamophobie et se met à ânonner le mantra « des heures les plus sombres … » à chaque fois qu’un Finkielkraut, un Onfray, un Zemmour ou maintenant une Nadine Morano dit ce qui est et ce qui est inacceptable pour la France et les français ?

Il est temps que Sarkozy s’ébranle pour la présidentielle et parle enfin au peuple le langage qu’il comprend sur les sujets qui l’angoissent, en attendant que nos NKM apprennent à le parler et que nos Juppé réajustent leur réflexion en fonction des réalités d’aujourd’hui ! Nous ne sommes plus dans les années 80-90 quand la droite chiraquienne avait déjà loupé le coche … et déjà avec les mêmes coquetteries bien-pensantes (souvenez-vous des Noir ou des Stasi qui avaient peur de « perdre leur âme » et parlaient des « chances pour la France » ! Assez !). A ce peuple, il faut parler peuple mais clair car il a de vrais problèmes qui ne relèvent pas des fausses valeurs dont nos faiseurs d’opinion encalminés dans leur délétère bien-pensisme l’abreuvent dans tous leurs médias hors sol et hors des réalités ! Il a des besoins simples mais il a des problèmes réels qui demandent des réponses fortes : de l’emploi, de la sécurité, et du « vivre ensemble » mais du « vivre ensemble en français » ! De « l’identité heureuse » oui, cher Alain Juppé, mais pas de la bisounourserie suicidaire. Il n’en est plus temps !

La gauche a confirmé son incapacité à appréhender la réalité du pays et plus encore que Mitterand, ce « Non-Président » mériterait de comparaître en Haute Cour pour atteinte à la sûreté de l’Etat par négligence, non-assistance à la France en voie de déliquescence et abstention délibérée dans l’action dans le seul but de tenter de se survivre pouvoir en 2017. Incurie et escroquerie politique ! Quant au Front National, il a peut être le désir mais pas les capacités de faire et son programme hésite entre gauchisme affiché et souverainisme du retour au splendide isolement des années 30 ! Une catastrophe économique, culturelle et politique.

A la droite donc de prendre les rênes. Pour l’emploi, une politique forte de redressement de la compétitivité des entreprises étouffées par le poids et l’inefficacité d’un secteur public à réformer de fond en comble. Pour la sécurité, mettre fin à la chienlit, en finir avec le laxisme judiciaire et « l’excuse sociale » et rétablir l’autorité de l’Etat dans les « quartiers ». Pour le « vivre ensemble en français », une maîtrise stricte de l’immigration et un cadrage sévère des pratiques de la religion islamique pour garantir la cohésion sociale et nationale et au-delà s’assurer qu’on ne puisse devenir français par inadvertance mais en le voulant et en le méritant. Pour cela, la droite devra mettre en quarantaine ses « bobos intérieurs » et donner le pouvoir à ceux qui savent nommer les choses, dire ce qui est et qui n’auront pas peur de faire ce qu’il faut pour éviter le désastre et remettre la France sur le chemin.

La ligne ? Une droite forte capable de disputer au FN les électeurs de gauche qui s’y sont réfugiés par exaspération devant l’incurie et l’escroquerie politique du PS et de lui reprendre ceux de droite qui s’y sont égarés par défiance de la lâcheté de la droite « bien-pensante » quand elle était aux affaires.

L’alternative, c’est acter au centre voire vers la gauche « molle » cette complicité « UMPS » dont le FN accuse la droite. Cette droite qui contaminée par la gaucho-bien-pensance, n’ose pas réformer le secteur public pour flexibiliser et relancer l’économie ni faire preuve de l’autorité suffisante pour maintenir l’ordre dans les quartiers et cadrer le processus d’intégration-assimilation de l’immigration et en particulier de l’immigration islamique.

Alerte à droite ! Attention aux pièges de la gaucho-bien-pensance à laquelle on a pu croire que certains d’entre vous allaient avoir l’imprudence de se laisser aller. Ce n’est pas parce que la gauche a voté pour vous par défaut dans le Nord et dans le Midi que vous devez accéder à ses atermoiements ou fantasmes. Ce n’est pas parce que la gauche ânonne sans cesse la logorrhée de la démocratie et de la république qu’elle est plus démocrate ou républicaine que le FN ou que vous-mêmes ! N’entretenez pas de complexe à cet égard à l’exemple de J. Chirac qui a eu tort de ne pas mener une politique de droite face à la boulimie administrative et sociale du secteur public et à l’immigration. Attention la droite ! Le peuple ne voudra plus d’une fausse droite ! La droite gagnera mais pas par une compromission à gauche ni même par un amollissement « centripète » de ses objectifs pour la France, elle gagnera en étant la droite et en menant une politique de droite. Le choix pour les électeurs, c’est la déliquescence nationale avec le PS ou le chaos avec le FN. Le FN n’est pas bon mais le PS est mauvais … très mauvais ! Ne nous laissons pas entraîner dans les rêveries des « 2 Français sur 3 » du Giscard années 78 ou d’union nationale que nous propose un gouvernement socialiste aux abois. Nous serions irrémédiablement attiédis, freinés voire bloqués dans les réformes dont le pays a besoin et que le peuple attend ! Ni PS ni FN ! L’objectif est de reprendre au FN les électeurs de droite qui s’y sont égarés, il n’est pas d’aider la gauche à se survivre au pouvoir après quatre années d’incurie et de pure escroquerie politique, entraînant sans vergogne la France vers la déchéance de sa puissance. Le résultat des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, Ile de France et Pays de Loire où la droite s’est affirmée comme telle, ont montré que les électeurs ne demandaient qu’à voter à droite ou y revenir après une brève excursion au FN !

Encore une fois, le problème n’est pas le FN, il est de traiter les problèmes du peuple pour le dissuader d’aller au FN … et c’est notre problème !

Amis et compagnons de la droite … voulez-vous une droite gaucho-centrisée qui par une fausse politique de droite, fasse le lit du FN pour 2022 ? Ou une droite forte dès 2017 avec ses deux priorités, rétablir l’économie et assurer la cohésion nationale ? Relancer la dynamique économique en réformant l’Etat pour réduire la gloutonnerie publique afin d’alléger les charges et les impôts et libérer ainsi la consommation et l’investissement et à par conséquent la production et l’emploi. Garantir la paix sociale et la cohésion nationale en cadrant fermement l’immigration et la pratique islamique en attendant que les autorités religieuses ne définissent un nouvel idjma’, un consensus de la pratique islamique au 21è siècle, satisfaisant pour les communautés musulmanes de nos pays et acceptable par les communautés nationales concernées.

Cadrage immigration-islam et réforme de l’idjma’, des impératifs de cohésion nationale

Ah, Khoya, immigré mon frère, il faut choisir : le « respect » ou la « chienlit » ? Marhaba bik, tu es le bienvenu mais si tu veux la chienlit, pars vivre ailleurs !

Khalas ah Khoya ! Tu es en France, respecte la France et vis comme un Français … n’oublie pas qu’il y a des « indigènes » en France et qu’ils risquent d’être indisposés à ton égard si tu cherches à leur imposer tes façons de faire car alors se déclenchera le cercle infernal que les bien-pensants appellent avec effroi racisme, xénophobie et islamophobie ! C’est toi le demandeur, c’est donc à toi de faire l’effort de t’adapter, pas l’inverse ! Si tu ne veux pas, va chercher ailleurs la divine félicité que tes faux prêcheurs te promettent !

Si tu veux vivre ici, commence par réformer « ton » islam et adapter l’idjma’ à la société du 21è siècle. Demande à tes ‘ulémas et tes imams de t’y aider ! S’ils ne le font pas, rassemble ton « oumma » pour les y pousser ! Si tes ‘ulémas et tes imams te parlent de chari’a, dis-leur d’aller prêcher dans les pays où elle s’applique et libre à toi de les suivre ! Ici, il faudra organiser ta vie et les autorités religieuses devront organiser la vie des musulmans selon les lois et les coutumes de la République.

Gouvernants de la France et des autres pays européens, c’est à vous de fixer le cadre dans lequel devront s’insérer l’immigration et la pratique de l’islam sur notre territoire. Et tant que les autorités islamiques et la communauté musulmane ne se seront pas accordées sur le nouvel idjma’, ce consensus sur les pratiques de la religion acceptables dans la société française et/ou européenne du 21è siècle, c’est ce cadre qui s’appliquera !L’intérêt supérieur du pays le commande pour préserver la paix sociale, garantir la cohésion nationale et préserver les chances d’une assimilation future à la nation française des enfants d’immigrants.

 

D’abord, assurer un contrôle serré des flux d’immigration en fonction des besoins et des capacités d’accueil du pays sachant que la France n’a pas réellement besoin d’immigration ni sur le plan économique ni sur celui de la démographie à la différence de quelques autres pays européens. Il s’agit donc de tendre vers l’objectif d’immigration « 0 » par un contrôle strict, la réduction drastique et la mise sous conditions des aides sociales aux travailleurs étrangers non-européens avec sanction immédiate jusqu’à l’expulsion des contrevenants en échange de quoi une politique généreuse (mais étroitement contrôlée !) d’aide au développement des pays d’origine pourra être envisagée.

Ensuite, mettre en œuvre une politique globale d’intégration et assimilation incluant d’une part, la « reconquête » économique, sociale, culturelle et scolaire des « quartiers » où une véritable politique de « développement local » devra être mise en œuvre, d’autre part, le cadrage strict des pratiques de la religion islamique en fonction des lois et coutumes de la République, en particulier des principes de séparation de la religion et de l’Etat ainsi que de la sphère publique et de la sphère privée, le contrôle étroit des moyens de célébration de la religion comme la formation et l’expression des prêcheurs et le financement des lieux de culte ainsi que le contrôle normal des écoles religieuses, enfin la sanction des infractions au cadre ainsi défini de la pratique religieuse et plus largement de la délinquance générale, civile ou pénale, jusqu’à l’enfermement et l’expulsion des auteurs.

Enfin, revoir le processus d’acquisition de la nationalité française en abandonnant toute idée d’automaticité et en ne l’octroyant, qu’ils soient ou non nés sur le territoire français, qu’à ceux qui auront démontré par leurs œuvres et leur comportement qu’ils se « sentent français d’abord » avant toute autre allégeance nationale, ethnique ou religieuse.

 Pour faciliter ce processus de cadrage avec l’objectif d’assurer la cohésion nationale , il faudra aider ou tout au moins inciter ardemment la communauté musulmane et d’abord ses autorités religieuses à redéfinir l’idjma’ pour adapter les pratiques de l’islam aux contraintes et opportunités du monde du 21è siècle en général et de la société française et européenne en particulier, à commencer par la nécessaire séparation du spirituel et du temporel, le « totalitarisme » islamique qui pouvait peut être se justifier au 7è siècle en couvrant tous les aspects de la vie sociale, familiale et individuelle aussi bien économique que culturelle et spirituelle, n’étant plus de mise au 21è siècle et encore moins dans les pays de culture française et européenne. C’est aux ‘ulémas de faire la « réforme » et d’y conduire les croyants avec l’aide des imams. Cela leur prendra certes, un peu de temps, il faut donc engager le processus dès maintenant. Ils savent parfaitement sur quelles sources s’appuyer et quels biais utiliser pour la concevoir et la mettre en œuvre ! La plupart des intellectuels et savants musulmans sont parfaitement conscients de cet impératif et de son urgence. Il est temps en effet, que les autorités islamiques affirment clairement leur réprobation des dérives islamistes et qu’elle reprennent le processus trop longtemps abandonné, de réflexion et d’ijtihad, pour adapter leur religion au lieu de se faire par leur passivité et leur pratique excessive de la « taqiyya », les complices des interprétations littéralistes primitives qui non seulement datent de plus de mille ans mais servent de justification aux pires crimes du « jihad offensif » et permettent d’excuser la délinquance du « petit jihad ». Inadmissible ! On attend donc que la communauté musulmane fasse en son sein, le « ménage » intellectuel et moral qui s’impose et qu’elle le fasse vite pour le bien de tous, musulmans ou non, dans notre société en rapide évolution.

Sachez, frères et sœurs immigrés et musulmans, que le peuple français, les « indigènes » français ni les autres peuples européens n’ont l’intention de céder sur ce qui fait leur identité nationale sur quoi est fondée la civilisation européenne depuis plus de deux mille ans. C’est donc à vous, chers frères et sœurs, de faire le nécessaire pour vous y adapter et si vous le souhaitez vous y fondre en devenant français ou national européen. Si vous ne voulez pas faire cet effort, libre à vous mais alors, allez pratiquer dans un pays qui pratique selon vos souhaits !

On peut très bien être français et musulman à condition d’être et se sentir « français d’abord » !

Quant à vous amis et compagnons de la droite, sachez qu’il y faudra une main qui ne tremble pas. La négligence électoralement intéressée de la gauche, le laisser-aller d’une certaine droite et la pusillanimité du centre à cet égard, ont fait la richesse du FN depuis trente ans. Cela suffit !

Le candidat de la droite devra donc être élu sur une politique forte et sans ambiguïté, une politique de droite pour avoir les mains libres et réformer sans compromission à savoir sans chercher à mener une politique médiocrement consensuelle qui chercherait à être acceptable par la gauche et agréable au centre !

Non, la France rabaissée par la gauche, peu confiante dans les élucubrations du FN, a besoin d’une politique de droite pour se redresser, tout simplement !

 

L’Europe se fera à Paris et Berlin, pas à Bruxelles !

L’Europe embourbée à Bruxelles …. le péché originel d’une belle idée sans corps et sans âme ?

En France comme ailleurs en Europe, on étouffe dans une bien-pensance cotonneuse : les uns récitent leur mantra de « l’eurobéatitude » ou de la nécessité d’une Union « même imparfaite », et les autres la conspuent parce qu’ils n’ont rien compris à l’évolution du monde, les droitistes et les gauchistes !

Alors que chacun sait que, seuls, les Chefs d’Etat ont la capacité d’agir au fond pour l’Europe comme l’a démontré la crise de 2008-2012 avec le « directoire » Sarkozy-Merkel. L’Europe avait alors fait plus de progrès en quatre ans dans l’intégration de ses politiques budgétaires, financières, économiques et sociales que pendant les quarante ou cinquante années de « consensualisme » bruxellois où la Commission avait soi-disant l’initiative et où le Parlement essayait de faire valoir son droit d’enregistrement de décisions qui étaient prises ailleurs ! Las, l’élection de François Hollande a ruiné ce bel élan et la France a perdu sa part du « leadership » européen par défaut ou plutôt par incurie ou inexistence de la Présidence Française et même par escroquerie politique faite à ses partenaires par le « Président » et son « Non-gouvernement » !

L’Europe des « pères », l’Europe de Monnet, la « grande idée européenne » que tous les eurobéats célèbrent chaque année, a rempli son rôle depuis longtemps : elle a réalisé le « grand marché ouvert à tous les vents » qui a permis de ruiner une grande partie de son industrie par excès du principe de « libre concurrence » et rendu les pays d’Europe si inter-dépendants qu’elle les empêche désormais de se faire la guerre ! Bien ! bravo, mission accomplie !

Et maintenant ? « L’euro-lâcheté » pouvait faire illusion tant que les choses allaient bien mais la crise de 2008-2012 et la compétition du monde en développement interdisent qu’on continue de se laisser aller. Il faut construire l’Europe sans plus attendre.

 L’ Europe que l’on veut, ce n’est pas celle du volapük intégré ni celle du blocage institutionnel à 28, 29 ou 30 ni celle de la bureaucratie bruxelloise qui n’a en fait de pouvoir et n’est de quelque utilité que pour l’administration des petites choses à condition encore qu’elle n’abuse pas du « règlementarisme » et de la « judiciarisation » desdites petites choses ! Elle n’a en réalité, aucun pouvoir d’initiative pour les affaires majeures d’intégration ni même de simple coopération entre les Etats-Membres. Quant au Parlement Européen, il n’a rien à voir avec l’expression d’une quelconque volonté d’un « peuple européen » qui n’existe pas encore. Il relève seulement de quelques caciques de partis qui cherchent à placer leurs bons militants dont personne d’autre n’aura voulu au plan national. A preuve, la Commission et le Parlement n’ont joué aucun rôle dans la résolution des crises de 2008 à 2012, on ne les a pas entendus ! C’était à Paris et Berlin ou encore à la BCE que se prenaient les décisions ! Assez de ces expérimentations ou lubies institutionnelles et bureaucratiques au mieux inutiles ou pire, sources de nouveaux blocages (p.ex. Haut-Commissariat AE et Sécurité commune, Présidence du Conseil et maintenant élection dudit Président au suffrage universel ! etc … ). Seules la France et l’Allemagne ont le poids politique, économique et culturel suffisant ainsi que les capacités nécessaires pour prendre les décisions majeures et entraîner les autres Etats-Membres en engageant leur souveraineté. Assez de cette niaiserie d’un « démocratisme gentiment bisounours » qui voudrait que l’Europe puisse décider quoi que ce soit de fort et de durable à 28, 29 ou 30 Etats-membres et de plus, par l’intermédiaire d’une Commission composée de fonctionnaires nommés et d’un Parlement sans majorité !

Il nous faut maintenant une Europe qui en tant que telle, s’affirme comme une puissance capable de faire face aux défis du monde nouveau, une puissance qui devienne la puissance mondiale de référence du 21è siècle. Elle en a les titres puisque c’est elle qui depuis la Renaissance, a enfanté le monde moderne et lui a donné les moyens de son développement. Encore faut-il qu’elle veuille le devenir !

A cet égard, il est de fait que seule la France en a vraiment l’ambition quand les autres à commencer par l’Angleterre et l’Allemagne se contenteraient très petit-bourgeoisement, de devenir quelque « Grande Suisse » opulente et bien gérée. D’où l’importance vitale que la France fasse le nécessaire pour reprendre très vite le commandement et tenir à nouveau, après le désastre de l’épisode « hollandesque », son rôle séculaire de « puissance-pivot » en Europe.

 

Non, Messieurs, « l’ Europe c’est la France et l’Allemagne, unies elles feront l’Europe, désunies, elles disparaîtront avec elle ! ». C’était de Gaulle il y a déjà cinquante ans. Allons Messieurs, il serait temps que ceux qui se réclament du « gaullisme » ne laissent plus seuls Nicolas Sarkozy, Henri Guaino ou Laurent Wauquiez et quelques autres élever la voix pour réclamer qu’on construise enfin une  Europe européenne , une Europe qui puisse devenir la puissance mondiale de référence du 21è siècle. 

Et pour que la France reprenne son rôle séculaire de puissance-pivot sans laquelle rien ne peut se faire en Europe, il faut refermer au plus vite la parenthèse socialiste « hollandesque », celle de ce socialisme de l’échec qui s’évertue à bien-penser dans le sociétal et à penser faux l’économique et le social, toujours à contresens des réalités changeantes du monde actuel. Bref, il nous faut une droite forte, une droite qui ne se contente pas d’une bien-pensance aussi bêtasse et médiocre que celle de cette gauche molle qui a déjà fait d’un Cohn-Bendit, libertaire embourgeoisé, l’égérie de son Europe technocratique social-démocrate.

Voilà la vision pour la France ! La route est tracée ! La droite reçoit pour mission de redresser le pays que la gauche a enfoncé dans la déliquescence économique, sociale et sociétale, de rétablir la France dans son rôle de puissance-pivot en Europe et de faire de l’Europe la puissance mondiale de référence du 21è siècle.