LA GAUCHE PRISE AU PIEGE DE SES INCONSEQUENCES

Résumé

… de fausses valeurs en vrais problèmes, la gauche s’égare, s’inhibe et se bloque à contresens des réalités du monde !

En 1936, la gauche a préféré « faire du social » plutôt que mettre la France au travail quand l’ennemi menaçait ! Après la guerre et malgré les redressements gaulliens des «Républiques» de 1945 puis de 1958, elle a continué d’agir à contresens en mettant le pays à la retraite à 60 ans en 1981 et aux 35 heures en 1997. Et encore en 2012, au lieu de réformer le pays pour renforcer ses bases de redéploiement économique après la crise, elle a choisi la facilité d’un égalitarisme imbécile prétendant faire le bonheur des « minorités récriminantes » aux dépens même de celui de la majorité du peuple.

Cynique, elle préfère sacrifier le « social » du peuple tout entier au « sociétal » des clientèles particulières que Terra Nova, le « bobo-club du nouveau socialisme », lui a recommandé de choyer pour arriver au pouvoir. Toujours à contre-sens, elle subventionne de faux emplois et se répand en assistanat généralisé tout en ruinant les entreprises et les épargnants qui pourraient précisément les financer. Par le biais de ses organisations-relais, elle encourage une immigration de masse dont le pays n’a aucun besoin et qui rechigne à s’intégrer, détruisant ainsi le lien social et la cohésion nationale qu’une école publique et une justice à la dérive ne parviennent plus à sauvegarder. Elle s’avère incapable de réformer un secteur public tentaculaire et impotent qui ne remplit plus ses fonctions et empêche l’économie nationale de regagner le niveau de compétitivité qui lui permettrait d’affronter les défis du 21è siècle.

Elle divague de fausses valeurs qu’elle s’invente en vrais problèmes que son idiosyncrasie l’empêche d’appréhender. Pour le bien de la France et pour faire l’Europe, il faut briser l’engrenage de l’échec et renvoyer la gauche à son inconsistance. C’est devenu une question vitale au milieu des bouleversements du monde actuel.

Sommaire

-Bien-pensance et penser faux : gauche, droite et niveaux de pensée

-Où en est la France après une année d’errance politique et d’erreur économique ? Malédiction du socialisme français, la compétitivité s’effondre ! De la tromperie mitterandienne à la procrastination hollandesque en passant par l’erreur jospinienne, les socialistes ont épuisé leur « crédit bêtises » !

-Il manque un chef et une politique ! La catastrophe n’est pas encore là mais le monde ne nous attend pas, il faut réformer … vite !

-Que fait la gauche pour réarmer la France face aux défis du monde nouveau ? Elle étale ses bons sentiments et abuse le peuple avec quelques gadgets sociétaux au lieu de prendre les mesures de salut public qui s’imposent

-La « gauche » veut ignorer les priorités, elles exigent des actes plus que des discours… générosité, « droits à tout et n’importe quoi », bons sentiments, c’est plus facile à « vendre » au peuple !

-Et voilà que quelques économistes branchés à gauche (comme si l’économie pouvait être de droite ou de gauche !) se font les complices de cette non-politique

-Soudain retentit dans le ciel élyséen, le coup de tonnerre du rapport de la Cour des Comptes : elle définit le cap que François Hollande a peur de fixer aux français et « d’imposer » aux syndicats, à ses militants et à ses diverses « clientèles » !

-La révélation faite au PS : le Prophète branche le Saint-Esprit sur les Apôtres !

- En fin de compte, Monsieur Hollande, vous nous faites honte, bien sûr, mais pire encore est l’obscénité du peuple français qui s’est lâchement laissé abuser par votre évidente démagogie parce qu’il avait peur qu’on le force à bouger ! et plus détestable encore le troupeau des « pleureuses médiatiques » qui vous reprochent maintenant de vous enliser après s’être excitées à faire votre propagande électorale en 2012 !

C’est le 23 Avril que tout se jouera : La France redressée ? La France ruinée ? ou la France en "prolongation" de déliquescence ? (20 Avril 2017)

on .

 

Le peuple français ne veut plus des médiocres, des mous ni des arsouilles !

Fillon, le seul crédible et capable de redresser la France pour la rétablir dans son rôle séculaire de puissance-pivot en Europe et de construire une Europe forte autour du « directoire » franco-allemand pour faire face aux défis économiques, démographiques, culturels et de sécurité du monde du 21è siècle ! François Fillon pour cela, devra purger la France de la gaucho-bien-pensance où elle se vautre et achever le processus de réforme au fond qu’il avait entrepris avec Nicolas Sarkozy après la crise. L’avenir de la France et de l’Europe se joue le 23 Avril !

Le Pen, Mélenchon ou Hamon ? Ils ont cloné leur programme les uns sur les autres pour tromper le peuple en lui promettant « du pain et des jeux » alors que leur démagogie de dépense publique ne fera qu’un feu de paille social et qu’ils se refusent à réformer l’Etat, l’entreprise, le capital et le travail pour résister à la pression croissante et conquérante des puissances émergentes. Ce serait la descente aux enfers par la « voie grecque » ! Avec eux, la France et à sa suite, l’Europe disparaîtraient bientôt de la scène du monde du 21è siècle. Alors oui, l’Europe deviendrait le grand chaudron du « melting-pot ethno-culturel » europeo-arabo-africain ! C’est cela que vous voulez ? Réveillez-vous les Français !

Macron ? Un « logorrheux » dont l’internationalisme impénitent du fric mondialisé et du multiculturalisme communautarisé n’a pas bien pris la mesure des défis économiques et démographiques que nous lance le monde émergent ni des problèmes que font courir à la cohésion nationale et à l’identité française, une immigration non maîtrisée et un islam non encadré. A défaut d’en avoir conscience, Macron comme son maître élyséen l’avait fait en 2012, n’a rien prévu sur ces deux points et va laisser aller les choses avec l’élégant « benign neglect » d’un bourgeois de l’énarchie qui s’adonne aux fausses valeurs de la pensée unique mais ignore les vrais problèmes du peuple. Aussi flou et mystificateur que son mentor et ses soutiens de l’élite mondialisante politico-financière et cultureuse, il ne serait que le continuateur d’un hollandisme avachi et, comme Hollande, manifestement plus préoccupé par sa carrière que par l’intérêt supérieur du pays. Il est plongé dans la « com’ politique » plutôt que dans l’action, il a peur de nommer les choses et ce qu’il dit sonne faux, il a peur de déplaire et proclame tout et son contraire. Pire encore, il manque des qualités qui font l’homme d’Etat, la conviction et le courage d’agir !

La déliquescence « en marche » sous la conduite d’un joueur de flûte qui, comme son maître, n’est au bout du compte, qu’une « arsouille » ainsi que De Gaulle se plaisait à qualifier Mitterand !

Ne pouvant imaginer que le peuple français soit assez stupide pour choisir la ruine du pays ou sa déliquescence, il mettra François Fillon à sa tête et la France reprendra les rênes d’une Europe qui va à vau-l’eau car sans la France, l’Europe patauge !

Il y faudra une droite forte qui ne saurait s’accommoder « d’arrangements raisonnables » avec ceux qui aux dépens de l’intérêt supérieur de la Nation et du peuple tout entier, ne voudront pas sortir du confort de leurs « droits acquis » ni avec ceux qui prétendraient imposer au peuple français, des mœurs et des coutumes qui ne sont pas les siennes ou seraient incompatibles avec les lois de la République.

Il faudra donc que François Fillon élu par le peuple sur un programme fort de réforme économique et sociale ainsi que de défense de la cohésion et de l’identité nationales, ne concède rien aux hésitations, pudibonderies, peurs ou bisounourseries des « mous » de droite et de gauche. Ces médiocres en effet, ne manqueront pas de le pousser à laisser la France s’endormir dans la facilité comme l’ont fait à la seule exception de Nicolas Sarkozy, tous nos dirigeants depuis plus de trente ans sous l’emprise de cette amollissante et délétère gaucho-bien-pensance, héritée de nos faux-penseurs d’après-guerre et de nos faux révolutionnaires de 68 !

Le peuple français ne veut plus des médiocres, des mous ni des arsouilles. Il veut qu’on laisse de côté les fausses valeurs dont nos « intellectuels germanopratins » ont contaminé les milieux politiques, médiatiques et cultureux et qu’on s’occupe enfin de ses vrais problèmes qui sont l’emploi et le niveau de vie, la sécurité et l’autorité de l’Etat, la cohésion sociale et l’identité nationale. François Fillon et ses troupes auront donc d’abord pour mission de redresser la France pour lui rendre son rôle de tête en Europe et ensuite, de recadrer la République dans ses institutions en ramenant par une politique forte dans laquelle le peuple français puisse enfin se retrouver, les extrêmes de droite et de gauche à leur dimension normale et incompressible de groupe minimal de râleurs !

L’objectif de François Fillon en effet, n’est pas de « plaire aux mous » par des politiques médiocres comme celles qui ont fait le lit du Front National et de la gauche extrême. On doit en finir avec les lubies des « majorités d’idées », des « deux français sur trois » ou encore cette idée farfelue « d’une majorité au centre qui ne serait ni de droite ni de gauche », idées saugrenues qui n’ont jamais conduit qu’à des échecs  à chaque fois qu’on a tenté de les appliquer et, auparavant, à la mort lente des Républiques précédentes ! Non, tout le monde n’est pas beau, bon et gentil au centre, il y aura toujours des « méchants de droite » et des « imbéciles de gauche » car c’est là que se prennent les décisions et que bougent les lignes !

On se débarrassera ainsi des rêveries de ceux qui fantasment autour d’une VIè République idéale qui ne serait en réalité qu’un retour à la calamiteuse IVè République, comme de ceux qui en dépit des échecs répétés, croient que la France pourrait se rassembler dans la médiocrité d’un centrisme indéfini et inconsistant.

Non, Messieurs et Mesdames les rêveurs, politiciens, journaleux, commentateurs ou intellectuels, ce ne sont pas les institutions qui sont mauvaises, c’est vous !!!

La France est grande et le peuple est content quand il y a de grands hommes à sa tête ! C’est l’enjeu du 23 Avril ! Ne nous trompons pas encore une fois !

Note à propos des « médiocres et des mous de droite » :

Ils se reconnaîtront d’eux-mêmes, il n’est pas besoin de les nommer. On attend d’eux que, revenus à la raison et rentrés au bercail de la droite, ils rachètent leur moment d’égarement en aidant et soutenant le futur Président loyalement, fermement et donc sans étaler leurs états d’âme intempestifs ni en public ni dans les medias !

Sans parler de ceux qui ont effectivement trahi, ce sont tous ceux qui ont douté jusqu’au bord de la trahison il y a quelques semaines parce qu’ils avaient peur … pour eux et non pour la France ce qu’on leur aurait pardonné !

Ce sont aussi ceux qui, trop loin du peuple, n’ont toujours pas compris que celui-ci préfère des politiques fortes et claires qui règlent leurs problèmes à la facilité, aux fausses valeurs et au laisser-aller engendrés par le libertarisme, l’égalitarisme et la bisounourserie généralisée de la dictature gaucho-bien-pensante à laquelle trop de ces gens de la droite molle et du centre se sont laissé prendre !

Agir pour le peuple est plus long et difficile que se répandre en bavardages compassionnels dans les medias et tout faire pour éviter lâchement de prendre le risque du changement.

Il y faut du courage politique mais les hommes qui en ont, n’en sont que plus aimés et respectés par le peuple.