LA GAUCHE PRISE AU PIEGE DE SES INCONSEQUENCES

Résumé

… de fausses valeurs en vrais problèmes, la gauche s’égare, s’inhibe et se bloque à contresens des réalités du monde !

En 1936, la gauche a préféré « faire du social » plutôt que mettre la France au travail quand l’ennemi menaçait ! Après la guerre et malgré les redressements gaulliens des «Républiques» de 1945 puis de 1958, elle a continué d’agir à contresens en mettant le pays à la retraite à 60 ans en 1981 et aux 35 heures en 1997. Et encore en 2012, au lieu de réformer le pays pour renforcer ses bases de redéploiement économique après la crise, elle a choisi la facilité d’un égalitarisme imbécile prétendant faire le bonheur des « minorités récriminantes » aux dépens même de celui de la majorité du peuple.

Cynique, elle préfère sacrifier le « social » du peuple tout entier au « sociétal » des clientèles particulières que Terra Nova, le « bobo-club du nouveau socialisme », lui a recommandé de choyer pour arriver au pouvoir. Toujours à contre-sens, elle subventionne de faux emplois et se répand en assistanat généralisé tout en ruinant les entreprises et les épargnants qui pourraient précisément les financer. Par le biais de ses organisations-relais, elle encourage une immigration de masse dont le pays n’a aucun besoin et qui rechigne à s’intégrer, détruisant ainsi le lien social et la cohésion nationale qu’une école publique et une justice à la dérive ne parviennent plus à sauvegarder. Elle s’avère incapable de réformer un secteur public tentaculaire et impotent qui ne remplit plus ses fonctions et empêche l’économie nationale de regagner le niveau de compétitivité qui lui permettrait d’affronter les défis du 21è siècle.

Elle divague de fausses valeurs qu’elle s’invente en vrais problèmes que son idiosyncrasie l’empêche d’appréhender. Pour le bien de la France et pour faire l’Europe, il faut briser l’engrenage de l’échec et renvoyer la gauche à son inconsistance. C’est devenu une question vitale au milieu des bouleversements du monde actuel.

Sommaire

-Bien-pensance et penser faux : gauche, droite et niveaux de pensée

-Où en est la France après une année d’errance politique et d’erreur économique ? Malédiction du socialisme français, la compétitivité s’effondre ! De la tromperie mitterandienne à la procrastination hollandesque en passant par l’erreur jospinienne, les socialistes ont épuisé leur « crédit bêtises » !

-Il manque un chef et une politique ! La catastrophe n’est pas encore là mais le monde ne nous attend pas, il faut réformer … vite !

-Que fait la gauche pour réarmer la France face aux défis du monde nouveau ? Elle étale ses bons sentiments et abuse le peuple avec quelques gadgets sociétaux au lieu de prendre les mesures de salut public qui s’imposent

-La « gauche » veut ignorer les priorités, elles exigent des actes plus que des discours… générosité, « droits à tout et n’importe quoi », bons sentiments, c’est plus facile à « vendre » au peuple !

-Et voilà que quelques économistes branchés à gauche (comme si l’économie pouvait être de droite ou de gauche !) se font les complices de cette non-politique

-Soudain retentit dans le ciel élyséen, le coup de tonnerre du rapport de la Cour des Comptes : elle définit le cap que François Hollande a peur de fixer aux français et « d’imposer » aux syndicats, à ses militants et à ses diverses « clientèles » !

-La révélation faite au PS : le Prophète branche le Saint-Esprit sur les Apôtres !

- En fin de compte, Monsieur Hollande, vous nous faites honte, bien sûr, mais pire encore est l’obscénité du peuple français qui s’est lâchement laissé abuser par votre évidente démagogie parce qu’il avait peur qu’on le force à bouger ! et plus détestable encore le troupeau des « pleureuses médiatiques » qui vous reprochent maintenant de vous enliser après s’être excitées à faire votre propagande électorale en 2012 !

Hollando furioso … o rigolo ? o ridiculo ? En finir avec ce « Non-Président » ! (21 mai 2015)

on .

 

Déliquescence …     et politicaille, l’obsédé de 2017 ….

Le 19 mai à Carcassonne, le Président François Hollande déclare que « le monde n’est pas gentil, que tout est difficile mais qu’il a pu redresser le pays en accomplissant ses promesses du Bourget et qu’il va pouvoir maintenant « re-distribuer » au bon peuple les fruits de son action courageuse et déterminée pour le bien des français et la gloire de la France »  !

Un discours de fou furieux compte tenu de l’échec avéré et du processus de déliquescence où il a plongé le pays ? Non, c’est le sens que notre « Non-Président » entend donner à sa campagne pour 2017. Il en est maladivement obsédé et confirme ainsi que la France et les français passent définitivement au second plan de ses préoccupations ainsi qu’il l’avait laissé entendre depuis deux ans en réitérant les consignes données à ses ministres de ne surtout rien faire qui puisse mécontenter les « clientèles » que Terra Nova lui avait assignées pour 2012, clientèles sur lesquelles il compte plus que jamais pour 2017  et en particulier :

ne pas toucher à la fonction publique ni au secteur public ce qui condamne à l’avance toute réforme sérieuse permettant de réduire la dépense publique donc d’alléger les charges et les impôts des entreprises et des particuliers afin de relancer effectivement la consommation, l’investissement et par là-même la production et l’emploi !!! C’est simple à concevoir et à énoncer mais la gauche aime à penser faux et agir à contresens au point que les « économistes de gauche » à l’unisson des idéologues et caciques du PS, n’ont pas hésité à crier « à l’austérité à l’allemande » et au choc des « inégalités » quand il a fallu, toute honte bue, prendre quelques mesurettes budgétaires insignifiantes sous la pression de nos partenaires, de la Commission et du FMI ! La gauche et l’économie restent deux mondes sans communication envisageable et l’expression « économiste de gauche » un modèle d’oxymore !

noyer le jihadisme dans les invocations « charliesques » à la liberté d’expression et à « l’esprit du 11 janvier » en distinguant les fous de Dieu avec lesquels « on sera impitoyable », du reste des musulmans qui ont naturellement vocation à vivre pacifiquement sur notre sol et éventuellement à devenir des français à part entière ce qui permet de faire passer au second plan voire d’oublier par peur d’être taxé de xénophobie, islamophobie ou racisme, l’urgente et impérieuse nécessité de définir et mettre en œuvre une politique claire et ferme de cadrage moral, légal, réglementaire et contractuel du processus d’immigration, intégration et assimilation incluant sa composante religieuse islamique, pour arriver à ces buts en assurant l’ordre public et la cohésion nationale et en préservant voire développant l’identité française à partir de ses racines latines et chrétiennes.

Hollande donc n’ayant en guise de vision pour la France que sa réélection en 2017, n’aura pour seul souci que de fuir toute réforme structurelle sérieuse quitte à laisser patiner l’économie nationale pour garder sa clientèle du secteur public et de laisser aller les « affaires d’islam et d’immigration » quitte à mettre en péril la cohésion nationale pour conserver sa clientèle de la « diversité ».

Pour mieux les amarrer au boboïsme gauchisant qui constitue le vernis et la marque du socialisme nouveau, Hollande et la partie « social-traître libéralisante » du PS cherchent, après avoir ramené Martine Aubry dans leurs filets, à éviter le clash avec les frondeurs encore marxisants du PS et à ramener au bercail les papillons écolos après leur crise existentielle, pour éviter que la division à gauche et la multiplication des candidatures aux primaires éventuelles ( ?) mais surtout à la grande élection, ne ruinent les chances de Hollande de passer le premier tour de cette dernière !

Hollande donc ne fera rien de sérieux pour le pays ni pour les français jusqu’en 2017. Il fera campagne en débitant mensonges et banalités du type de celles qu’il a proférées à Carcassonne en espérant que le peuple n’y verra rien et se comportera aussi bêtement en 2017 qu’en 2012. Il commémorera tout et n’importe quoi. Il s’occupera de la COP 21 et prétendra avoir sauvé la planète. Il essaiera de donner le change à Bruxelles, à nos partenaires européens, à Poutine, aux pays arabes en plein désarroi et au monde entier …. Bref il ne fera rien !!! … et la France continuera de s’adonner à la facilité et s’abandonnera à la déliquescence économique, sociale et sociétale dont elle a pris la pente en 2012.

Hollande l’avait dit aux français et il portait déjà ses mensonges sur son visage en 2012, il le redit aux mêmes français et a toujours le même visage … La question est donc la suivante : ces mêmes crétins qui avaient voté pour lui en 2012, seraient-ils prêts à le refaire en 2017 ?

Un élément cependant a changé : la crise a été surmontée en 2012 grâce à la solidité du couple Sarkozy-Merkel et le peuple français en a pris conscience après avoir injustement fait payer Sarkozy pour les difficultés encourues ! Or le peuple voulant lâchement croire à leurs promesses malgré leur inanité évidente, attendait que Hollande et les socialistes remettent la France sur ses rails. Las, ils ont eu peur de prendre leurs responsabilités et incapables de redresser le pays après la crise, ils laissent son économie se déliter, son emploi se précariser et mettent en danger sa cohésion nationale en pensant que tout cela sera bon pour le Front National donc nuisible à la droite et permettra à ce « Non-Président » de se survivre à lui-même !

Hollande joue « l’arsouille », qualificatif dont De Gaulle affublait Mitterand, et espère que « donner du temps au temps » suffira en attendant le retournement de conjoncture comme un vulgaire « libéral ». Il invoque le vaudou de l’alignement des astres économiques et politiques, pétrole moins cher et dollar plus cher, des Verts moins agressifs et des frondeurs apaisés ( ?), qui, espère-t-il, lui permettront de sauter l’obstacle. Pari insensé compte tenu de la situation d’urgence du pays et des contraintes du monde nouveau ! Comportement impardonnable d’un individu qui n’a pas pris la dimension de sa fonction et cherche à s’y maintenir en trompant le peuple encore une fois !

Cela évidemment ne suffira pas, la France doit se sauver elle-même sans attendre son salut du monde extérieur et le peuple est conscient des nécessités du moment. Il a été trompé en 2012, il le sait et si la droite ne faillit pas, le PS ne passera pas en 2017 et le FN se réduira à ce qui a toujours existé à la droite de la droite, un groupe de conservateurs bornés insuffisamment éclairés.

NOTA : Sur les bêtises à ne pas commettre à droite par les prétendants à la légitimité présidentielle à côté ou en compétition avec l’ancien Président Sarkozy, sur les priorités du combat, sur la nature de l’adversaire, PS et FN, et sur les moyens de renvoyer le premier et de « réduire » le second, voir les articles :

… 26 Mai 2015 : Non, le problème n’est pas le FN, il est de traiter les problèmes du peuple … le peuple de France attend une droite forte !

…. 2 Avril 2015 : Chômage et immigration … le PS, fabrique du FN … aller au centre ou au front ? il faut choisir !

…. 16 Avril 2015 : Une fausse droite ? … le peuple n’en veut pas ! … ça ou la chienlit !