Le peuple égaré par ses intellectuels et ses faiseurs d'opinion

Résumé

Le petit-bourgeois abusé par ses faux-penseurs et ses faiseurs d’opinion … ils l’ont « shooté » à la bien-pensance de masse !

Ils lui ont inculqué ce que Nietzsche appelait déjà une « morale de troupeau » dans laquelle un égotisme libertaire exacerbé ne parvient pas masquer la conformité de pensée, la médiocrité des comportements, la superficialité des lubies passagères, la peur du risque, la jalousie de la réussite et l’inaptitude aux grandes choses. Il a fait d’une honnête fonction publique bien sécurisée, l’« horizon indépassable » de son avenir et de celui de ses enfants ! Ses penseurs l’ont anesthésié en lui faisant avaler cette bouillie intellectuelle qu’ils ont concoctée à partir d’un fonds de sauce de bons sentiments très chrétiens pimenté des poncifs marxisants qu’ils n’avaient cessé de radoter jusqu’à ce que leur erreur leur éclate à la figure et que, tel une harde affolée, ils refluent vers la nouvelle religion des droits de l’homme et de l’écologisme sans même avoir pris la mesure des bouleversements du monde actuel.

Comme l’affirmait Roland Barthes, « ils n’ont servi à rien sauf à recycler les déchets de leurs constructions ou mondanités intellectuelles » de Sartre à Sollers ou B.H. Lévy en passant par Althusser ou Foucault (« la révolution est-elle bien nécessaire ? ») et ces brillants universitaires structuralistes ou (dé-)constructivistes de la rue d’Ulm et de nos Ecoles de Sciences Sociales, si prolixes en « bourdieuseries » diverses ! Ils ont néanmoins réussi à entraîner dans leur erreur et leur insignifiance nos grandes figures de l’humanitarisme moderne et du commentaire médiatique consensualisé ainsi que des générations de jeunes gens à qui ils ont appris à penser faux en les égarant dans le confortable totalitarisme de notre bien-pensance de masse !

 

Sommaire

-La civilisation européenne a bouleversé l’ordre du monde … le progrès de l’homme doit être repensé dans un espace désormais clos qui cherche un nouvel équilibre

-L’après-guerre a fini par accoucher d’un « peuple de petit-bourgeois convenablement repus et largement protégés mais insatisfaits et insatiables »

-Dans notre démocratie sociale en froid avec l’idée de grandeur, les acteurs politiques et sociaux flattent plus la gloutonnerie, le conservatisme et l’aversion au risque de leur « clientèle » qu’ils ne lui prêchent la nécessité de l’effort

-Nos intellectuels n’ont pas nécessairement l’intelligence du monde … du penser-faux à la bien-pensance de masse, ils ont de façon très légère, conduit et cautionné le processus de déliquescence de cette société de petit-bourgeois égotistes et peureux …

-Le retour sur terre va être rude … laissons-les à leur « morale de troupeau » et remontons sur les hauteurs pour faire face aux défis du monde nouveau

-Que se trompent les penseurs, économistes, sociologues, philosophes, hommes de bien ou mondains … « Errare humanum est » ! Mais c’est le diable quand les journalistes s’en mêlent car alors, c’est le peuple tout entier qu’on égare !

-Différents niveaux de pensée : gauche et droite, justice et politique … il y a des niveaux supérieurs de pensée et d’action que les niveaux inférieurs ont du mal à percevoir,

-La droite contaminée par la bien-pensance et le penser faux ! … qu’elle guérisse ses complexes et reprenne le commandement des mains inertes d’une gauche amollie par ses renoncements … et en finir avec les restes d’un gauchisme fossilisé !

 

Ah Khoya, immigré mon frère ! Il faut choisir : le "respect" ou la "chienlit" ? (12 octobre 2015)

on .

Cohésion nationale …. Marhaba bik mais si tu veux la chienlit, pars vivre ailleurs !

La France t’a accueilli ou peut être tes parents ou même tes grands parents. Elle t’a accueilli, bien ou mal, mais c’est ici que tu vis … et dans ce pays, il y a des « indigènes » français ! Ces indigènes sont dérangés par tes incartades de comportement et peuvent en être exaspérés quand elles se multiplient et s’écartent trop de leur norme à eux et même de la norme que tu serais obligé de respecter dans ton pays d’origine où tu serais puni par la loi en vigueur ou contraint par la règle sociale, la coutume (hshuma, haram, memnu’, etc … tu sais bien ce que c’est !).

Et quand il y a exaspération, les « indigènes » réagissent par des mots et des actes que les belles âmes de la bien-pensance gauchisante qualifient aussitôt de racisme, xénophobie ou islamophobie. Ce n’est rien de cela mais ces mots et ces actes découlent tout bêtement du manque de respect que tu portes à tes voisins et à ton pays d’accueil, ses lois, ses institutions et ses coutumes.

N’oublie pas, ah Khoya, que tu es chez eux, que c’est donc à toi de respecter tes hôtes et à toi de faire l’effort premier de te faire accepter par eux. Ou alors, il n’y aura pas de vie possible en commun et tu donneras raison à ceux veulent vraiment te jeter dehors ! De plus, mon frère, il faudra que tu nous aides à faire comprendre à ceux de tes petits camarades ou co-religionnaires qui pourraient être encore pire que toi, qu’ils feraient alors courir à ton pays d’accueil, un risque majeur de chienlit contre laquelle la population « indigène » se dresserait aussitôt c'est-à-dire contre toi, contre vous les « étrangers » qui refusez de vous intégrer à savoir de respecter la loi commune ou de vous assimiler au cas où vous seriez déjà français c'est-à-dire de vous « franciser » à savoir de vous dire et vous sentir français d’abord et de vivre comme un français !

Comprends donc, ah Khoya, qu’il y a des choses qui se font et d’autres qui ne se font pas dans ton pays d’adoption dont certaines que tu te permets indûment de faire ici et que tu n’oserais pas faire dans ton pays d’origine :

A propos de ton comportement et de tes faits et gestes de tous les jours …

-         Sache qu’on ne jette pas ses déchets à la rue et qu’on nettoie les cochonneries qu’on y a faites car en France, il pleut et ça pourrit ! Ce n’est pas comme au désert où tout sèche et part en poussière …

-         On ne fait pas de bruit avec des motos ou des voitures trafiquées ni avec des instruments de musique souvent plus bruyants qu’harmonieux. Cela dérange les voisins surtout la nuit !

-         On ne parle pas ni ne hurle pendant des heures sous les fenêtres des gens. Les murs n’ont pas besoin d’être tenus et les voisins n’ont que faire de tes histoires ou de tes chikayas …

-         On dit ici comme dans ton pays d’origine d’ailleurs, « s’il vous plaît », « pardon », « merci », « bonjour », « au revoir » selon les circonstances. Les gens apprécieront et t’en aimeront mieux que si tu les bouscules en jouant les durs !

-         On ne met pas ses pieds sur les banquettes du métro ni du RER où d’autres gens vont ensuite s’asseoir dans les cochonneries de vos sandales ou baskets …

-         Par ailleurs, mon frère, je te signale que les transports en commun, c’est payant pour tout le monde … et on ne saute pas les barrières !

-         On ne dégrade pas non plus les édifices publics qui sont là pour te servir mais aussi pour servir les autres usagers … et abstiens-toi de les taguer ou de les salir avec tes graffitis qui satisfont peut être ta « haine » du monde qui t’entoure mais ne sont pas nécessairement des oeuvres d’art et n’apportent rien à l’humanité proche …

-         Ne souille pas les cages d’escalier où vous organisez, toi et tes frères, vos petits trafics ! C’est plus gai de « travailler » dans un lieu propre, non ? … car n’oublie pas que tes parents ou grands parents ont été bien contents de loger dans ces immeubles quand ils ont quitté leurs gourbis ou leurs mechtas …

-         …et si tu te lances quand même dans le trafic parce que c’est plus facile et mieux payé que de travailler à l’usine, sois bien conscient que le laxisme de la justice d’aujourd’hui et l’impunité qu’elle t’offre risquent de ne pas durer et qu’on ne pourra sans doute plus très longtemps continuer à se moquer de la police ! Sache que la remise en ordre de la politique pénale et de l’action du couple justice-police est au programme du futur gouvernement.

-         Si dans ce trafic, tu n’es qu’une petite main qui a pour rôle de faire peur aux voisins, de « guetter » et « caillasser » la police et les services publics pour tenter de faire du « quartier » une chasse gardée, tu risques de te retrouver bien vite sans boulot et sans ressource ! Il faudra alors que tu te mettes à bosser comme tout le monde !

-         Si tu est passé au grade de petit caïd (il n’y a pas de « grand caïd » !) tu vas te retrouver en prison ou en ré-éducation à régime sévère. Fais le calcul : 100 quartiers « sensibles » x 10 petits caïds par quartier = 10.000 places de prison à construire ! Pas de quoi effrayer le prochain gouvernement qui, lui, n’aura pas peur de remettre de l’ordre dans les quartiers et de faire cesser la chienlit !

A propos des filles et des femmes, ah Khoya …

-         Pourquoi cette attitude de macho ridicule que tu prends toujours devant elles ? Elles n’appartiennent ni à leur frère ni à leur mari. En France, elles sont libres à partir de leur majorité et on n’a pas le droit de les marier de force !

-         … et vous, les filles, pourquoi certaines d’entre vous veulent-elles absolument s’enlaidir et ressembler à nos bonnes sœurs à cornettes d’autrefois ! Celles-ci ont depuis longtemps abandonné cet accoutrement ridicule et inadapté à notre vie moderne !

-         Je ne parle pas de la burqa, du niqab ou autre déguisement à gants noirs dont Dieu se rit puisqu’il n’en a jamais parlé !!

-         Le voile, c’est Mahomet qui en a parlé parce qu’il n’avait pas confiance en ses compagnons et avait peur qu’ils se comportent en sauvages sans éducation. Il est vrai qu’il y a 1400 ans, on ne savait pas lire ni écrire ! Ce n’est pas une bonne référence !

-         … et vous les hommes, comportez-vous en hommes responsables et pas en humanoïdes frustrés, obsédés par la démonstration permanente de leur pouvoir et de leur domination ! Apprenez à vous tenir devant les femmes, respectez-les et sachez qu’elles ont au moins autant de cervelle et de sagesse que vous …

-         Elevez-vous au-dessus de ce sentiment de frustration sexuelle et mentale qui vous handicape. Ce qui valait peut être dans les rapports hommes-femmes dans les tribus bédouines du 7 è siècle, ne vaut plus aujourd’hui ! Les droits de l’homme (et de la femme !) sont devenus « la loi » dans les sociétés civilisées et c’est à cela précisément qu’on mesure maintenant le degré de civilisation d’un peuple et d’un pays.

-         Ô mon frère, ce n’est pas entamer ta virilité ni ton autorité que laisser ta femme sortir seule ou la laisser prendre la parole devant des étrangers. Et de grâce, abstiens-toi de la cacher et de cacher tes filles lorsque tu reçois quelque étranger à la maison !

-         Tu dois avoir confiance en ta femme et la laisser libre d’agir en tant que personne responsable. Si elle trompe ta confiance, elle ne mérite plus d’être ta femme … mais toi mérites-tu qu’elle te fasse confiance ?

A propos des pratiques religieuses ...

-         C’est à la mosquée ou à la maison qu’on les célèbre. On ne prie pas dans les rues en France car on n’y occupe pas l’espace public sans autorisation préalable des autorités compétentes.

-         Il n’existe pas de « haram » ou de « halal » d’inspiration religieuse en matière alimentaire, vestimentaire, économique, sociale ou autre qui s’imposerait dans l’espace public. S’il n’y a pas de menu sans porc à l’école, on s’abstient de manger le porc et on mange le reste ! Dans les piscines, hommes et femmes se baignent ensemble et dans la tenue prescrite par le règlement sanitaire ou alors, on ne se baigne pas !

-         Les obligations ou coutumes religieuses, haram, halal, cultes, célébrations et prières, sont du domaine privé. Elles ne débordent pas sur la sphère publique. Les religions chrétiennes s’y sont pliées. La religion musulmane doit faire de même.

-         De la même manière, l’Etat et la religion sont séparés en France. La loi de l’Etat s’applique à tous en toutes circonstances et prévaut sur toute prescription ou habitude religieuse, toute envie, fantaisie ou velléité individuelle ou sociale qui n’y serait pas conforme.

-         Et si cela ne te convient pas, Khoya, va vivre ailleurs où tes désirs seraient satisfaits ! Tu t’y sentiras mieux et nous aussi !

Sur le plan de la « pensée » et à propos de tes aspirations intellectuelles ou religieuses …

-         Si tu n’as pas véritablement de force en toi qui te pousse aux études ou à la sainteté te permettant ainsi d’exprimer tes souhaits et tes angoisses par les mots plutôt que par la violence, méfie-toi des « gourous » dont tu pourrais trouver la logorrhée séduisante mais qui pourraient t’entraîner sur le mauvais chemin par trop de simplisme dans le raisonnement et par insuffisance « d’ijtihad » dans l’appréhension du monde et la réflexion sur les textes sacrés.

-         N’écoute pas trop les « rappeurs » même si leur musique est entêtante (écoute plutôt la musique des soufis !). Leurs paroles sont mauvaises comme celles des Cheytan qui incitent à la révolte, à la destruction et à semer l’anarchie, la chienlit chez les « kuffars » chez qui tu habites et tu vis. Certains se sont repentis. Ils te diront qu’ils ont fait les cons ! L’un d’eux a même proclamé : « Qu’Allah bénisse la France » après s’être rendu compte qu’il faisait fausse route ! Alors ???

-         Sais-tu d’où vient le mot de « assassin » en français ? Il date du moyen-âge et vient du Proche-Orient où des fous, déjà, s’étaient mis en tête de réformer le monde en pratiquant un amalgame malsain entre drogue ( haschich d’où « hechachin » devenu assassin) et sacrifice religieux qui leur faisait envoyer des fous d’Allah pour tuer les mauvais croyants et les mécréants. Aujourd’hui, 10 siècles après, ils veulent recommencer et s’enfoncent dans la même régression religieuse.

-         Prends donc bien garde aux faux-prêcheurs, à ces beau-parleurs intégristes dont le discours enfonce l’islam dans la nuit en incitant les fidèles à se mettre hors de la communauté nationale et en figeant l’islam dans des interprétations littéralistes et des pratiques archaïques qui n’ont plus de justification si elles en ont jamais eu. Nous sommes au 21è siècle et l’islam doit évoluer vers un nouvel idjma’ adapté au monde qui émerge. L’islam « se réformera » ou il disparaîtra. Le christianisme l’a fait au cours des cinq derniers siècles et les autres grandes religions ou pensées du monde actuel le font aujourd’hui. C’est la condition première pour que les musulmans du monde entier y compris ceux du Dar el Islam, puissent revenir dans l’histoire qu’ils ont quittée depuis cinq ou six siècles en raison de la sclérose de la pensée islamique et de ses dérives vers l’archaïsme littéraliste dans l’interprétation des textes.

-         Ce n’est pas le « jihad » qu’il faut faire ah Khoya, mais se plonger dans « l’ijtihad » et réformer l’islam pour l’adapter à notre siècle !

Comprends-tu mieux maintenant pourquoi c’est à toi de faire l’effort de t’intégrer à la communauté nationale si tu veux y vivre sans problème. Si tu veux qu’on te respecte, commence par respecter les autres, les « indigènes » » français !

A toi encore de réfléchir et savoir si tu veux devenir français mais pour cela, il faut que tu te sentes véritablement français c'est-à-dire français d’abord avant toute autre référence nationale ou culturelle. Il faudra aussi que tu démontres ta « francitude » sans ambiguïté aux yeux de tous et que ton parcours en France soit évidemment sans tache.

Voilà pourquoi encore, c’est à l’Islam par le biais de ses autorités religieuses, de s’accorder sur un nouveau consensus concernant les pratiques et devoirs religieux qui permette aux musulmans de vivre comme des hommes et des femmes du 21è siècle.

En conclusion, Khoya, réfléchis à tout cela et fais ce que dois ! Si tu ne veux pas, libre à toi mais alors, va vivre ailleurs ! Tu y seras mieux et tu « n’emmerderas » personne !

… et si la folie te prend de vouloir faire le « jihad » par dépit, par haine de la France et de la civilisation occidentale ou tout simplement parce que tu es paumé et que tu ne sais pas comment t’affirmer en tant qu’homme, que Dieu te garde et te remette sur le droit chemin car en mourant au jihad, tu ne trouveras pas les 72 vierges promises par tes fallacieux gourous mais la punition de Dieu qui n’aime pas le crime d’inhumanité. Al hamdu liLLah !