Le peuple égaré par ses intellectuels et ses faiseurs d'opinion

Résumé

Le petit-bourgeois abusé par ses faux-penseurs et ses faiseurs d’opinion … ils l’ont « shooté » à la bien-pensance de masse !

Ils lui ont inculqué ce que Nietzsche appelait déjà une « morale de troupeau » dans laquelle un égotisme libertaire exacerbé ne parvient pas masquer la conformité de pensée, la médiocrité des comportements, la superficialité des lubies passagères, la peur du risque, la jalousie de la réussite et l’inaptitude aux grandes choses. Il a fait d’une honnête fonction publique bien sécurisée, l’« horizon indépassable » de son avenir et de celui de ses enfants ! Ses penseurs l’ont anesthésié en lui faisant avaler cette bouillie intellectuelle qu’ils ont concoctée à partir d’un fonds de sauce de bons sentiments très chrétiens pimenté des poncifs marxisants qu’ils n’avaient cessé de radoter jusqu’à ce que leur erreur leur éclate à la figure et que, tel une harde affolée, ils refluent vers la nouvelle religion des droits de l’homme et de l’écologisme sans même avoir pris la mesure des bouleversements du monde actuel.

Comme l’affirmait Roland Barthes, « ils n’ont servi à rien sauf à recycler les déchets de leurs constructions ou mondanités intellectuelles » de Sartre à Sollers ou B.H. Lévy en passant par Althusser ou Foucault (« la révolution est-elle bien nécessaire ? ») et ces brillants universitaires structuralistes ou (dé-)constructivistes de la rue d’Ulm et de nos Ecoles de Sciences Sociales, si prolixes en « bourdieuseries » diverses ! Ils ont néanmoins réussi à entraîner dans leur erreur et leur insignifiance nos grandes figures de l’humanitarisme moderne et du commentaire médiatique consensualisé ainsi que des générations de jeunes gens à qui ils ont appris à penser faux en les égarant dans le confortable totalitarisme de notre bien-pensance de masse !

 

Sommaire

-La civilisation européenne a bouleversé l’ordre du monde … le progrès de l’homme doit être repensé dans un espace désormais clos qui cherche un nouvel équilibre

-L’après-guerre a fini par accoucher d’un « peuple de petit-bourgeois convenablement repus et largement protégés mais insatisfaits et insatiables »

-Dans notre démocratie sociale en froid avec l’idée de grandeur, les acteurs politiques et sociaux flattent plus la gloutonnerie, le conservatisme et l’aversion au risque de leur « clientèle » qu’ils ne lui prêchent la nécessité de l’effort

-Nos intellectuels n’ont pas nécessairement l’intelligence du monde … du penser-faux à la bien-pensance de masse, ils ont de façon très légère, conduit et cautionné le processus de déliquescence de cette société de petit-bourgeois égotistes et peureux …

-Le retour sur terre va être rude … laissons-les à leur « morale de troupeau » et remontons sur les hauteurs pour faire face aux défis du monde nouveau

-Que se trompent les penseurs, économistes, sociologues, philosophes, hommes de bien ou mondains … « Errare humanum est » ! Mais c’est le diable quand les journalistes s’en mêlent car alors, c’est le peuple tout entier qu’on égare !

-Différents niveaux de pensée : gauche et droite, justice et politique … il y a des niveaux supérieurs de pensée et d’action que les niveaux inférieurs ont du mal à percevoir,

-La droite contaminée par la bien-pensance et le penser faux ! … qu’elle guérisse ses complexes et reprenne le commandement des mains inertes d’une gauche amollie par ses renoncements … et en finir avec les restes d’un gauchisme fossilisé !

 

Droite, gauche : bien-penser ou penser faux ? (6 Août 2014)

on .

Reprise d’un article paru le 18 mai 2013 sur http://facebook.com/eurocooperation , en attendant la relève qu’on espère rapide de ce non-gouvernement.

Dans  Valeurs Actuelles du  9 Mai 2013, Guillaume Peltier, Vice-Président de l'UMP et chef de file de la Droite Forte, parle de "Mai 68  de droite" en évoquant le mouvement  qui  a soulevé jeunes et vieux contre l'ineptie qualifiant de "mariage", l'union entre homosexuel(le)s prévue dans le projet de loi de Christiane Taubira qui prend ainsi la succession de Robert Badinter au grand-guignol de la bien-pensance de gauche en sacrifiant à son obsession maladive de « dé-construction » des valeurs de la société française.

Le peuple en effet n'en peut plus de l'accumulation des mesures ou contraintes sociétales que les belles âmes lui imposent depuis Mai 68 lorsque quelques petits-bourgeois "révolutionnaires" ont  décrété qu'il fallait interdire d'interdire et jouir sans entrave pendant que nos intellectuels germanopratins, avides de penser et agir "moderne", consacraient leurs sophismes et leur logorrhée à la mise au point de la nouvelle doxa bien-pensante par une synthèse hâtive des vieilleries idéologiques marxisantes, de leurs avatars structuralistes ou (dé)constructivistes, des bons  sentiments du catholicisme social, de l'individualisme libertaire et des rêveries droit-de-l'hommistes ! Ils ont ainsi contaminé l'école et l'université et appris à deux générations de jeunes gens à penser faux !

Le peuple en a  assez que la gauche  lui mente en mettant  en avant des lubies d'intellectuels ou des bons sentiments que seuls  les riches et les « bobos » peuvent  s'offrir,  aux  dépens des priorités que sont la sécurité et la paix de tous les jours dans les quartiers, l'emploi, la solidarité sociale et la cohésion nationale qui impliquent que chacun se sente responsable  de ses actes et n'attende pas tout de l'Etat ou de ses parents comme si c'était un dû.

Et Guillaume Peltier d'énoncer les priorités :  1. Remettre l'économie  française sur ses rails en travaillant plus et mieux , en assurant  plus de flexibilité et de sécurité de l'emploi, en réformant les systèmes sociaux et supprimant les abus, en réformant le secteur public qui doit travailler plus et mieux pour moins cher et alléger ainsi le poids qui pèse sur les entreprises et les particuliers, 2. Réformer l'école dont la qualité de l'enseignement se délite peu à peu sous l'effet des lubies éducatives soixante-huitardes et à cet effet, rétablir la  discipline et le respect qui loin de « traumatiser nos chers petits », les rendra plus réceptifs à l’enseignement imparti, réformer les  méthodes et les programmes pour mieux "instruire" et donner aux enfants les points  de référence qu'on se refuse à leur donner en vertu de l'aberrante idéologie de "l'auto-construction de leurs propres savoirs " (sic !), 3. Redresser les dérives du système judiciaire (infiltration du "politique" ou de "l'idéologique" dans les institutions judiciaires) et redéfinir la politique pénale dans le sens d'une punition juste mais systématique de tous les actes délictueux sans exception loin du laxisme pratiqué depuis trop longtemps par la justice au nom des idées  de prévention et réinsertion et surtout de l'idéologie de "l'excuse" sociale accordée aux  délinquants sous prétexte  qu'ils seraient  pauvres, enfants d'immigrés ou tout simplement débiles ou mal éduqués par  leurs parents (c'était  la "badintérienne" et post-soixante-huitarde part de responsabilité de la société dans  la délinquance de nos "jeunes" !).

Oui, le peuple ne peut plus supporter ces palinodies qui permettent à la gauche d'éviter de prendre des risques en esquivant l'essentiel, pour satisfaire aux désirs à court terme de sa clientèle électorale alors que les problèmes de fond continuent d'empirer aux dépens du bien-être de l'ensemble du peuple et de la situation de la France dans le monde.

Une partie de la droite a été contaminée par cette bien-pensance "politiquement et socialement correcte" quand Jacques Chirac laissait il y a déjà plus de vingt ans quelques uns de nos jeunes espoirs clamer qu'on risquait de "perdre notre âme" en évoquant les problèmes d'immigration, de sécurité et d’éducation dans les quartiers ... et plus encore quand on envisageait les mesures concrètes pour y remédier ! Certains n'en sont pas encore guéris de nos jours à entendre les pudibonderies de quelques uns de nos « humanistes » de l’UMP ou du Centre. Et pendant ce temps, le Front National monte, monte, monte … !!! Il est temps qu'ils reviennent au sens commun en cessant de nier les réalités sous prétexte qu'elles ne seraient pas conformes à leurs souhaits comme le font les belles âmes de gauche. A ces derniers on peut pardonner leur bêtise et leur irresponsabilité mais pas à nos amis de l’UMP dont la mission des années prochaines est de reprendre les rênes du pays des mains défaillantes du non-pouvoir qui nous gouverne et de redresser d’urgence ce qui ne va pas ou ne va plus dans notre pays !

On peut espérer que la foule des manifestants et "veilleurs" de Mai 2013  les incite à revenir sur terre … pour que la droite redevienne enfin la droite !

Il est en effet, plus que temps d'agir  pour remettre la France en état de conduire la construction de l'Europe pour en faire la puissance mondiale  de référence du 21è siècle ... ou alors l'Europe et  la France disparaîtront en tant que puissances car le monde ne nous attendra pas !