Le peuple égaré par ses intellectuels et ses faiseurs d'opinion

Résumé

Le petit-bourgeois abusé par ses faux-penseurs et ses faiseurs d’opinion … ils l’ont « shooté » à la bien-pensance de masse !

Ils lui ont inculqué ce que Nietzsche appelait déjà une « morale de troupeau » dans laquelle un égotisme libertaire exacerbé ne parvient pas masquer la conformité de pensée, la médiocrité des comportements, la superficialité des lubies passagères, la peur du risque, la jalousie de la réussite et l’inaptitude aux grandes choses. Il a fait d’une honnête fonction publique bien sécurisée, l’« horizon indépassable » de son avenir et de celui de ses enfants ! Ses penseurs l’ont anesthésié en lui faisant avaler cette bouillie intellectuelle qu’ils ont concoctée à partir d’un fonds de sauce de bons sentiments très chrétiens pimenté des poncifs marxisants qu’ils n’avaient cessé de radoter jusqu’à ce que leur erreur leur éclate à la figure et que, tel une harde affolée, ils refluent vers la nouvelle religion des droits de l’homme et de l’écologisme sans même avoir pris la mesure des bouleversements du monde actuel.

Comme l’affirmait Roland Barthes, « ils n’ont servi à rien sauf à recycler les déchets de leurs constructions ou mondanités intellectuelles » de Sartre à Sollers ou B.H. Lévy en passant par Althusser ou Foucault (« la révolution est-elle bien nécessaire ? ») et ces brillants universitaires structuralistes ou (dé-)constructivistes de la rue d’Ulm et de nos Ecoles de Sciences Sociales, si prolixes en « bourdieuseries » diverses ! Ils ont néanmoins réussi à entraîner dans leur erreur et leur insignifiance nos grandes figures de l’humanitarisme moderne et du commentaire médiatique consensualisé ainsi que des générations de jeunes gens à qui ils ont appris à penser faux en les égarant dans le confortable totalitarisme de notre bien-pensance de masse !

 

Sommaire

-La civilisation européenne a bouleversé l’ordre du monde … le progrès de l’homme doit être repensé dans un espace désormais clos qui cherche un nouvel équilibre

-L’après-guerre a fini par accoucher d’un « peuple de petit-bourgeois convenablement repus et largement protégés mais insatisfaits et insatiables »

-Dans notre démocratie sociale en froid avec l’idée de grandeur, les acteurs politiques et sociaux flattent plus la gloutonnerie, le conservatisme et l’aversion au risque de leur « clientèle » qu’ils ne lui prêchent la nécessité de l’effort

-Nos intellectuels n’ont pas nécessairement l’intelligence du monde … du penser-faux à la bien-pensance de masse, ils ont de façon très légère, conduit et cautionné le processus de déliquescence de cette société de petit-bourgeois égotistes et peureux …

-Le retour sur terre va être rude … laissons-les à leur « morale de troupeau » et remontons sur les hauteurs pour faire face aux défis du monde nouveau

-Que se trompent les penseurs, économistes, sociologues, philosophes, hommes de bien ou mondains … « Errare humanum est » ! Mais c’est le diable quand les journalistes s’en mêlent car alors, c’est le peuple tout entier qu’on égare !

-Différents niveaux de pensée : gauche et droite, justice et politique … il y a des niveaux supérieurs de pensée et d’action que les niveaux inférieurs ont du mal à percevoir,

-La droite contaminée par la bien-pensance et le penser faux ! … qu’elle guérisse ses complexes et reprenne le commandement des mains inertes d’une gauche amollie par ses renoncements … et en finir avec les restes d’un gauchisme fossilisé !

 

UMP, PS, FN ... les plus c… sont au PS ! (9 Août 2014)

on .

Reprise d’un cri du cœur sur l’inanité de la gauche et d'une prière pour une droite plus intelligente (http://facebook.com/eurocooperation du 19 Octobre 2013) … et cela n’a fait que se confirmer depuis cette date !

Oui évidemment, les plus crétins sont encore et toujours au PS ! ... la gauche intellectuelle comme la politicienne « pense faux » dans l'économique et « pense bien » dans le sociétal, bref, elle est partout à contre-sens dans le sillage de nos intellectuels germanopratins !

Mais ce n’est pas une raison pour se laisser aller et c’est une grande tristesse que de devoir inclure l'UMP dans ce titre ...  quelque chose ne va pas à droite !  Trop d'entre vous, Messieurs, abîmez votre intelligence dans l'accessoire au lieu d'aller sur les hauteurs ! Voyons cela !

Election locale après élection locale, un grand émoi saisit nos media ! Le FN monte, le FN gagne, le FN est là !

Et alors ? Est-ce dantesque ? "Entrerait-on en enfer en laissant toute espérance" ? Le FN concourt comme les autres partis à l'expression du suffrage universel et il a des candidats mais surtout des électeurs ! Il est aussi extrême (ou tout aussi républicain !) que le Front de gauche avec ses groupuscules trotskisants. Il est beaucoup moins extrême et bien évidemment plus républicain que le Parti Communiste qui a prouvé de Moscou à Pnom Penh en passant par La Havane, Pékin ou Hanoï qu'il était plus familier avec la dictature et les meurtres de masse qu'avec la démocratie et l'impartialité de la justice !

Le FN est de droite. Et alors ? L'UMP aussi est de droite et jusqu'à preuve du contraire les libéraux ou démocrates ou centristes de l'UDI ou du Modem le sont aussi !

La droite est essentiellement fondée sur l'idée de responsabilité individuelle ou collective et sur l'idée d'action au profit et au nom du peuple français et pour le bien de la nation, voire sa sauvegarde dans les moments difficiles. "L'action, ce sont des hommes au milieu des circonstances !" disait de Gaulle. La droite peut être brutale, elle fait des choix, elle agit et parfois il y a des blessés après le combat ! Ce n'est pas du sadisme, c'est l'ordre des choses, il faut savoir décider et agir face aux évènements.

La gauche (plus intellectuelle ? ou ayant des prétentions à cet égard !) fait toujours prévaloir l'idée sur l'action au point qu'elle a du mal à agir car agir implique de prendre des risques et parfois de faire mal ... et quand elle agit, elle le fait toujours en fonction d'un système ou d'une représentation intellectualisée de la réalité, … et de là un nombre incalculable d'erreurs. La gauche se veut juste, bonne et généreuse mais elle ne sait jamais quelle sorte de bonheur elle préfère : le bonheur de chacun ou celui de tous. Elle ne sait jamais auquel donner la priorité car choisir l'un, c'est forcément faire du mal à l'autre ! Ne voulant faire de mal à personne (sauf à ceux qu'elle décrète "méchants") elle n'a de cesse de vouloir faire tout de suite le bonheur de toutes les minorités récriminantes même aux dépens de l'efficacité globale  de son action et souvent même contre les intérêts à long terme de la majorité du peuple voire du peuple tout entier. La gauche a deux lignes de conduite : elle se complaît à remuer des idées en pensant  que cela suffit ou quand elle agit, elle essaie de mettre en oeuvre des idées fausses provenant de constructions intellectuelles hasardeuses que la réalité ne confirme que trop rarement.

Comme le  disait Simone Weil de nos intellectuels : "celui qui se prétend réformateur social vogue à pleine voile dans ses rêveries mais il bute sur l'écueil dès qu'il s'agit de passer à l'action" !
 

Le FN a donc des électeurs alors que la bien-pensance lui dénie toute vertu républicaine et le rejette dans l'enfer des extrêmes !  La gauche ne comprend toujours pas la relation de cause à effet avec sa bien-pensance dans les idées et son penser faux dans l'action !

Une bien-pensance de masse issue d'un syncrétisme improbable entre les avatars du marxisme décadent, les bons sentiments hérités du christianisme de nos origines auxquels la nouvelle religion des droits de l'homme, de l'humanitarisme et de l'écologisme salvateur du genre humain viennent donner plus de modernité. "Mûrie" par nos philosophes et penseurs d'après-guerre après qu'ils aient soudain découvert que le communisme ("l'horizon indépassable de l'humanité") les conduisait dans le mur et que les petits-bourgeois "révolutionnaires" de Mai 68 aient braillé leur irresponsabilité dans les rues tandis que les belles âmes de la bourgeoisie germanopratine érigeaient l'individualisme libertaire dans la vie de tous les jours, l'auto-construction des savoirs dans l'éducation, la culture de l'excuse en matière de justice et beaucoup d'autres "bourdieuseries", en piliers du devenir de la société moderne.

Or il se trouve que cette bien-pensance, devenue incontournable en politique comme en "médiatique", a frappé toute la gauche mais a aussi contaminé une partie de la droite ! (Voir http://facebook.com/eurocooperation  : "Les intellectuels n'ont pas nécessairement l'intelligence du monde !" 17/11/12 et http://bienpensance-penserfaux.eu).

La gauche est bien-pensante en tout, économie, social et sociétal et elle y a entraîné le monde culturel qu'elle s'est approprié de longue date ainsi que les faiseurs d'opinion, 80 % des journaux et des journalistes qui récitent chaque jour consciencieusement leur interprétation consensuelle des évènements. Les contre-sens sont donc naturels à la gauche en économie (retraite à 60 ans de Mitterand, 35 heures de Jospin sans parler de Blum qui préférait  donner des vacances au peuple plutôt que le préparer à la guerre !) et le gouvernement Hollande ne fait pas exception en tournant en rond pour ne pas prendre les mesures radicales qui s'imposent depuis 2012 pour redresser le pays après la crise enfin surmontée par le couple  Sarkozy-Merkel  : réduction des dépenses publiques, réforme du secteur public, compétitivité des entreprises, flexibilité emploi/salaires, etc ...

Contre-sens également en matière sociale : création de faux emplois subventionnés, assistanat généralisé plutôt que responsabilisation des salariés, des chômeurs et des "jeunes".  Les riches paieront  certes mais ce sera autant de moins pour l'investissement et donc l'emploi ! Quant aux entreprises, la gauche ne  sait pas comment leur parler et la méfiance s'installe, l'économie stagne et l'emploi piétine, etc ...

Le sociétal quant à lui, est le  domaine de prédilection du discours bien-pensant dont la  gauche se sert pour  faire oublier ses contradictions et ses insuffisances. Elle s'en sert par exemple, pour tenter de faire oublier à sa clientèle que le gouvernement n'a pas pu tenir ses petites promesses démagogiques de 2012 et surtout, qu'il ne sait pas comment s'y prendre pour relancer la machine économique. Ainsi, elle excite le peuple avec la loi sur le "mariage homo", la "genderisation" de l'enseignement et va sans doute ressortir bientôt le droit de vote  des immigrés, toutes choses qui n'intéressent personne sauf quelques minorités qui votent socialiste ! En revanche, elle crée un brouillard épais sur les intentions gouvernementales, contradictions ministérielles à la clé, à propos du cadrage de l'immigration, de la mise en oeuvre d'une politique pénale adaptée à la "sauvageonnerie" de nos quartiers sensibles, du suivi des processus d'intégration avant naturalisation (le "méchant" Ministre Valls lui-même va à contre-sens et préfère naturaliser d'abord sous prétexte que cela facilitera l'intégration !!!), des reculs locaux ou nationaux sur les revendications religieuses (halal, séparation des sexes, prières de rue, fêtes musulmanes ??? etc ...) alors qu'il faut absolument rejeter toute revendication de ce type dont l'islamisme se sert auprès de l'immigration pour faire basculer peu à peu les pays d'accueil dans le  communautarisme  avant  de les plonger dans le "dar el islam" où la chari'a règnera sans contradiction possible !  (voir http://facebook.com/eurocooperation : "que les musulmans et l'islam corrigent leurs islamistes pour revenir dans l'histoire" 16/10/13 et "rendre l'islam compatible avec la démocratie en bannissant l'islamisme" 9/10/13)

Et voilà comment on exaspère le peuple ou tout au moins la partie  du peuple qui ne se laisse pas tromper par la bien-pensance et souffre chaque jour des catastrophes qu'elle  engendre ... et ce peuple va au FN !

La droite heureusement, ne s'est pas laissé contaminer par les contre-sens gauchisants sur l'économie et elle remet les choses à l'endroit : le social suit l'économie et non l'inverse et le cercle vertueux reste épargne-investissement-emploi-consommation-profit qui retourne à l'épargne puis à l'investissement, etc ...
Elle est aussi assez ferme sur la notion de partage équitable des marges entre le capital, le travail et l'auto-financement des entreprises et  sur la nécessaire redistribution des revenus entre riches et pauvres pour assurer la cohésion sociale au sein de la communauté nationale mais elle a comme la gauche, montré quelques faiblesses en allant trop loin dans le gouffre sans fond de l'Etat-Providence.
Depuis quelques décennies en effet, sous l'influence des divers laxismes soixante-huitards ("interdit d'interdire", "jouissons sans entrave", auto-construction des savoirs et autres "bourdieuseries" éducatives ou universitaires), l'individualisme libertaire a ruiné le  sens des responsabilités sociales de l'individu et la responsabilité globale de l'Etat a été proclamée aboutissant à un véritable "cocooning" dudit individu. On s'est mis à "excuser" les fautes du délinquant, protéger les travailleurs contre tout risque social, familial ou personnel au point que les "jeunes" d'aujourd'hui en viennent à réclamer un salaire de l'Etat avant même d'avoir fait la preuve de leur volonté de travailler et que les étrangers, même illégalement entrés sur le territoire, ont droit à tous les avantages sociaux des français et même un peu plus (prise en charge médicale par exemple) et ne se font pas faute de les revendiquer poussés en cela par les associations de "défenseurs des droits à .... tout et n'importe quoi" !

Et ainsi marche depuis des décennies la pompe  aspirante de la misère du monde bien au-delà  de ce que le pays peut absorber alors que par ailleurs, il n'a aucun besoin de main d'oeuvre étrangère immigrée et que l'inondation des nouveaux immigrés empêche les anciens de s'intégrer convenablement. Il y a excès d'immigration et exaspération concomitante du peuple français qui doit vivre avec elle ! La gauche ouvre les  vannes, la droite laisse faire et le FN monte ! (voir http://facebook.com/eurocooperation : "pour réintégrer les voyous, justice, islam, immigration, école, tout est à revoir !" 2/08/13)

La droite en effet, emportée par le consensus bien-pensant s'est laissé  aller, par facilité d'ailleurs plutôt que par bonté, sur les sujets d'immigration, intégration, naturalisation, laïcité et islamisme, délinquance, mise en ordre des quartiers "sensibles", discipline à l'école, méthodes pédagogiques, etc ...

Souvenons-nous du  Jacques Chirac des années 80 qui refusait de parler de ces problèmes et de combattre résolument la gauche sur ces thèmes, sauf par foucades et sans conviction, alors qu'il en avait le pouvoir et qu'il en était encore temps. Rappelons-nous les discours du jeune Michel Noir d'alors qui singeait la gauche en prétendant "que la droite allait perdre son âme" tandis que Bernard Stasi parlait de "l'immigration, chance pour la France" !
De telles inepties pouvaient à l'époque être taxées de négligence coupable mais la pression des banlieues, des communautarismes, de la délinquance et de l'islamisme dont le but ultime  est de désintégrer la cohésion nationale et l'identité française pour imposer ses valeurs totalitaires, fait qu'elle deviennent criminelles de nos jours et traduisent l'inconscience et l'irresponsabilité de ceux qui les profèrent.
Or certains responsables de droite à l'UMP les reprennent inconsidérément et beaucoup d'autres n'osent pas s'élever contre ce mortel consensus où "l'humanisme" ne devient plus qu'un mot pour masquer leur  appétence pour la facilité politique et leur peur d'agir face au danger. Ce faisant, ils se font les pourvoyeurs du Front National, et qui plus est avec les électeurs de droite qu'ils exaspèrent avec leur déni des réalités sociales ! (Voir
http://facebook.com/eurocooperation : "La droite bien-pensante va-t-elle verser dans le penser faux de gauche ?" 29/05/13).
D'autres à l'UMP n'ont pas cette prétention "humanisante" mais sans doute une pensée plus vigoureuse et une envie d'action plus forte. Ils sont de plus majoritaires dans le  parti et c'est sur cette base qu'on pourra sans doute refonder si nécessaire une droite forte et crédible.
(Voir
http://facebook.com/eurocooperation : "UMP, un peu de tenue que diable ! Rassemblons-nous !" 4/09/13)

Pourquoi dès lors  ne pas aller tout de suite au Front National ? Le FN a raison sur les sujets dont on vient de parler et la nécessité de préserver la  cohésion de notre société et notre identité nationale face aux flux incontrôlés des populations qui cherchent leur salut en Europe. Il est en revanche dans l'erreur la plus totale en matière de développement économique s'agissant de l'économie de la France dans le monde nouveau. Et plus encore, obnubilé par son nationalisme de propagande,  il ne voit pas que la France ne pourra faire face aux défis du 21èsiècle qu'en se sublimant à travers la puissance européenne. Cette puissance reste bien sûr à construire sous l'impulsion de la France et de l'Allemagne, seules à avoir la légitimité et le pouvoir de ce faire sans trop se préoccuper de Bruxelles et Strasbourg qui ne sont en fait que des instruments l'un d'appui administratif et l'autre de consultation. L'Europe alors deviendra naturellement la puissance de référence du 21è siècle, seule à même de préserver et développer l'identité et la civilisation européennes et donc celles de ses pays constituants, dans le charivari des puissances émergentes ( voir
http://facebook.com/eurocooperation : "Bien-pensance et penser faux en Mai 2013 : Où en est l'Europe ? ... elle patauge en attendant que la France se reprenne !"  3/05/13).
Le FN n'est pas la solution à notre avenir national ni européen même s'il y a des convergences fortes qu'il serait absurde de nier dans le domaine social et sociétal.


En fin de compte, le peuple a quitté le PS pour le Front de gauche mais surtout pour le Front National et sur les conseils de Terra Nova,  son "club de mauvais penseurs",  le PS tente de "se refaire" avec d'autres clientèles, minorités homosexuelles, féministes, archéo-syndicales, etc ... et surtout avec l'immigration qu'il favorise avec ses associations complices et s'efforce d'attirer en lui faisant  des concessions irresponsables qui mèneront inéluctablement à un désordre grandissant dans les quartiers sensibles et à des troubles plus graves encore à mesure de la montée de la xénophobie au sein du peuple français.
La stratégie du PS n'est pas  seulement cynique, elle est malsaine pour le peuple et dommageable pour la France.

La droite quant à elle, doit se rassembler elle-même puis "rassembler" sur un programme clair en matière d'immigration, d'intégration et de naturalisation qui implique notamment une réforme profonde du statut et des "droits" des immigrés y compris les sanctions qui leur sont applicables ainsi que du processus d'acquisition de la nationalité française. De même pour la définition d'une politique pénale adaptée à la voyoucratie immigrée ou  "française" de deuxième voire de troisième génération qui permette de remettre de l'ordre dans les quartiers hors contrôle. Enfin, une réforme profonde de l"l'école  républicaine" qui réinstaure  la  discipline, l'éducation civique et permette  enfin aux immigrés qui en font l'effort de s'intégrer et de prévaloir sur les "jeunes paumés" qui se déclarent "arabes", musulmans" ou autre avant de se sentir "français" !
(Voir
http://facebook.com/eurocooperation : "François Fillon fait enfin la synthèse ! Merci !" 1/08/13)

Non Messieurs, Mesdames les bien-pensants, il n'est pas indigne que ces thèmes soient communs au Front National et à l'UMP comme l'immigrationisme, le partage des rêveries sociales et la préférence pour les minorités le sont au Front de Gauche et au PS !

Voulez-vous que le peuple de droite continue d'aller au FN ? ou préférez-vous revenir aux réalités et faire la politique de la France ? Que les "humanistes" de l'UMP se décident !

Il n'y a pas de tendance humaniste, sociale, forte ou populaire ni de ligne Fillon, Buisson, Sarkozy ou Copé, il y a l'intérêt  de la France et celui-ci passe par un programme cohérent et complet qui réponde aux réalités économiques, sociales et sociétales dont souffre le peuple !