Le peuple égaré par ses intellectuels et ses faiseurs d'opinion

Résumé

Le petit-bourgeois abusé par ses faux-penseurs et ses faiseurs d’opinion … ils l’ont « shooté » à la bien-pensance de masse !

Ils lui ont inculqué ce que Nietzsche appelait déjà une « morale de troupeau » dans laquelle un égotisme libertaire exacerbé ne parvient pas masquer la conformité de pensée, la médiocrité des comportements, la superficialité des lubies passagères, la peur du risque, la jalousie de la réussite et l’inaptitude aux grandes choses. Il a fait d’une honnête fonction publique bien sécurisée, l’« horizon indépassable » de son avenir et de celui de ses enfants ! Ses penseurs l’ont anesthésié en lui faisant avaler cette bouillie intellectuelle qu’ils ont concoctée à partir d’un fonds de sauce de bons sentiments très chrétiens pimenté des poncifs marxisants qu’ils n’avaient cessé de radoter jusqu’à ce que leur erreur leur éclate à la figure et que, tel une harde affolée, ils refluent vers la nouvelle religion des droits de l’homme et de l’écologisme sans même avoir pris la mesure des bouleversements du monde actuel.

Comme l’affirmait Roland Barthes, « ils n’ont servi à rien sauf à recycler les déchets de leurs constructions ou mondanités intellectuelles » de Sartre à Sollers ou B.H. Lévy en passant par Althusser ou Foucault (« la révolution est-elle bien nécessaire ? ») et ces brillants universitaires structuralistes ou (dé-)constructivistes de la rue d’Ulm et de nos Ecoles de Sciences Sociales, si prolixes en « bourdieuseries » diverses ! Ils ont néanmoins réussi à entraîner dans leur erreur et leur insignifiance nos grandes figures de l’humanitarisme moderne et du commentaire médiatique consensualisé ainsi que des générations de jeunes gens à qui ils ont appris à penser faux en les égarant dans le confortable totalitarisme de notre bien-pensance de masse !

 

Sommaire

-La civilisation européenne a bouleversé l’ordre du monde … le progrès de l’homme doit être repensé dans un espace désormais clos qui cherche un nouvel équilibre

-L’après-guerre a fini par accoucher d’un « peuple de petit-bourgeois convenablement repus et largement protégés mais insatisfaits et insatiables »

-Dans notre démocratie sociale en froid avec l’idée de grandeur, les acteurs politiques et sociaux flattent plus la gloutonnerie, le conservatisme et l’aversion au risque de leur « clientèle » qu’ils ne lui prêchent la nécessité de l’effort

-Nos intellectuels n’ont pas nécessairement l’intelligence du monde … du penser-faux à la bien-pensance de masse, ils ont de façon très légère, conduit et cautionné le processus de déliquescence de cette société de petit-bourgeois égotistes et peureux …

-Le retour sur terre va être rude … laissons-les à leur « morale de troupeau » et remontons sur les hauteurs pour faire face aux défis du monde nouveau

-Que se trompent les penseurs, économistes, sociologues, philosophes, hommes de bien ou mondains … « Errare humanum est » ! Mais c’est le diable quand les journalistes s’en mêlent car alors, c’est le peuple tout entier qu’on égare !

-Différents niveaux de pensée : gauche et droite, justice et politique … il y a des niveaux supérieurs de pensée et d’action que les niveaux inférieurs ont du mal à percevoir,

-La droite contaminée par la bien-pensance et le penser faux ! … qu’elle guérisse ses complexes et reprenne le commandement des mains inertes d’une gauche amollie par ses renoncements … et en finir avec les restes d’un gauchisme fossilisé !

 

Le Grand Livre de la "bien-pensance et du penser-faux" selon la gauche socialiste, Hollande, ses ministres, ses (faux-)penseurs et ses faiseurs d'opinion ! (22 novembre 2014)

on .

 

… la droite n’a plus qu’à faire le contraire et faire d’urgence ce que la gauche a eu peur de faire !

 

Penser faux dans "l’économique et le social" … ou comment éviter de parler au peuple des efforts à faire pour se préparer aux combats à venir ?

 

Comme nos économistes « de gauche » (peut-on d’ailleurs se prétendre économiste tout en idéologisant à gauche ?) qui ne voient d’issue que dans la dépense publique en oubliant que les rapports de force mondiaux ont changé depuis Keynes, et s’apitoient sur les « inégalités » dans les économies développées, oubliant les progrès des « trente glorieuses » et de l’Etat-providence, devenus de nos jours l’objet de toutes les convoitises et de tous les efforts du monde en développement. Perçoivent-ils bien que la priorité pour nous est de gagner ou tout au moins affronter avec succès la compétition, la « guerre » économique, avec les blocs émergents avant de fantasmer une « égalisation » parfaite des conditions de vie et de protection sociale au sein du monde développé ? Elle ne pourrait avoir lieu en tout état de cause, que lorsque les grands équilibres de compétitivité seront rétablis avec le reste du monde, dans deux ou trois générations ( ?) … En attendant, il faudra se contenter d’un peu seulement de « justice sociale », l’état d’un « communisme » parfait à la mode marxiste étant, semble-t-il, définitivement rangé dans les placards des grandes erreurs de l’histoire !

Comme ces journalistes de la « mediacratie » qui ont fait campagne pour le Hollande de la démagogie sociale et du déni des réalités économiques et qui, constatant l’échec de leur champion, n’éprouvent aucune pudeur à se gausser de son manque de vision, manque de cap et manque de tout ! Ils n’en continuent pas moins à se croire le centre du monde et de propager le virus de cette bien-pensance de masse, cette morale de troupeau que nous ont léguée nos faux-penseurs d’après-guerre pour avoir manqué d’une intelligence suffisante des réalités de ce monde,

Comme nos socialistes des bons sentiments pour qui la « justice sociale » consiste à donner aux pauvres en prenant aux riches et qui oublient que si tous les riches devaient passer à l’échafaud de la fiscalité, il n’y aurait plus que des pauvres,

Comme nos socialistes archaïques qui encore imprégnés des folies de la lutte des classes, en sont encore à vouloir supprimer le patronat capitaliste et tout mettre dans les mains des bureaucrates d’Etat comme on l’a fait en Union Soviétique avec le succès que l’on sait,

Comme le « Président » Hollande qui aveuglé par sa victoire inespérée de 2012, annule ou dilue les mesures des gouvernements Sarkozy-Fillon qui allaient dans le sens d’une réactivation de l’économie avec la réduction du poids du mammouth étatique (retraite à 62 ans, transfert de charges sociales sur la TVA, réduction du poids de la fonction publique, RGPP , …),

Comme ce même « Président » qui dès sa prise de fonction, met en œuvre les mesures qui selon la doxa socialiste (et Terra Nova !), vont réduire le chômage et relancer l’économie par la consommation à savoir les faux emplois d’un côté, « emploi jeunes », « contrats de génération », recrutement de fonctionnaires, les subventions sociales de l’autre, toutes mesures qu’il va falloir financer par l’impôt puisqu’il n’est pas question de « faire de la productivité » dans le secteur public qu’on confond avec le « service public » déclaré intouchable !!!

Comme encore ce même « Président » qui dès sa prise de fonction exclut toute mesure concernant la fonction publique et pour sceller son engagement à l’égard du « mammouth de gauche », Mme Lebranchu, bon soldat du socialisme de secteur public, fait cadeau aux fonctionnaires du jour de carence qui leur avait été imposé en cas d’arrêt maladie ( !!!)

Comme les gouvernements Ayrault -Valls qui, ayant peur de mécontenter les clientèles que leur a assignées Terra Nova, s’exercent avec succès sous la haute conduite de leur « Président », à la procrastination en refusant de mener les réformes de fond qui pourraient remettre l’économie française sur ses rails,

Comme ces mêmes gouvernements très amateurs de « pactes bisounours et inconsistants » où tout progrès vers un semblant d’amélioration de la compétitivité économique est aussitôt dilué par une contre-mesure dite de justice sociale pour amadouer des syndicats et des corporatismes obtus, souvent suicidaires, et tenter de tromper le peuple,

Comme Manuel Valls qui, même débarrassé de ses incontrôlables ludions Montebourg et Duflot et malgré le renfort d’Emmanuel Macron, fait semblant de ne pas comprendre l’insistance de Bruxelles et de nos partenaires à vouloir réformer le secteur public pour alléger le poids qui pèse sur les acteurs de l’économie, entreprises, travailleurs-consommateurs et épargnants-investisseurs …

Comme le même « Président », toujours immobile, qui laisse faire quelques grattages insignifiants de lignes budgétaires pour calmer nos partenaires européens et tente d’anesthésier le peuple par quelques mesurettes d’assistanat tout en lui mentant sur le « retour de l’emploi » (2 ans de mensonges répétés) et aujourd’hui sur la probabilité de quelques résultats (… peut-être vers 2017 ! dit-il !), en se refusant obstinément à entreprendre les réformes de fond (« structurelles », le mot leur fait peur !),

Comme Arnaud Montebourg et Cécile Duflot qui ont démontré chacun dans leur domaine, leur stupéfiante capacité à faire fuir les investisseurs français ou étrangers par leurs a-priori idéologiques, leurs décisions à contresens et plus ridicule encore, leurs rodomontades politico-économiques hors de propos notamment à l’égard de l’Allemagne.

Comme cette ridicule campagne du printemps 2014 « contre l’austérité » où nos économistes « de gauche », plusieurs de nos ministres, tout le PS (même le PS mou selon Martine Aubry !) jusqu’à l’inénarrable Claude Bartolone, le « Président » de l’Assemblée Nationale ( !), se sont répandus en complaintes sociales et cris d’orfraie économiques alors que la France n’en est même pas à une gestion correcte de ses dépenses, pas même au « sérieux budgétaire » et ne parlons pas de rigueur ! « L’austérité , une blague hollandesque qui ne grandit ni l’homme ni la France !

 

Bien-penser dans le "sociétal" ... ou comment faire diversion en flattant les "clientèles diverses" ?

 

Comme nos gauchistes obtus qui rêvent d’égalité pour tous et partout alors que l’inégalité est la triste règle et la dure loi de ce monde, gauchistes et belles âmes confondus qui veulent faire le bonheur du peuple … si possible avec et pour le peuple mais contre lui si nécessaire!

Comme nos journalistes, vieux radoteurs, investigateurs féroces, benêts irréfléchis sortant d’école ou journalistes confirmés dans les techniques de l’information orientée ou orientable mais tous valeureux guerriers, obtus ou jésuites selon le cas, de la bien-pensance post-soixante-huitarde modernisée « anti-sarko » voire « hollande 2012-2014 ». France Inter (du « service public » bien sûr !) comme porte-étendard d’une presse papier, radio ou télé globalement bien-pensante et complice des faux-penseurs, que viennent pimenter quelques spadassins du Monde, de Mediapart et autres feuilles ou émissions carrément gauchisantes qui vont jusqu’à se porter au secours des juges-justiciers en faisant la vulgarisation publique de leurs petits « secrets d’instruction »!

Comme Christiane Taubira, (étrangement promue Garde des Sceaux, fonction très symboliquement souveraine de la République une et indivisible, malgré son militantisme pour l’indépendance de la Guyane !) qui s’est transformée avec la complicité active du Syndicat de La Magistrature, en une ardente propagandiste de la « culture de l’excuse » et d’un laxisme judiciaire déjà ravageur (moins voire pas de prison du tout en dessous de 5 ans afin d’aider le Saint Esprit à remettre les voyous sur le bon chemin !!??) sans penser que les pauvres, les immigrés, les jeunes, les chômeurs ne sont pas nécessairement des voyous ni des délinquants et qu’il n’y a donc pas d’excuse à ne pas respecter la loi ni l’autorité de l’Etat du seul fait qu’on soit pauvre, immigré, jeune ou chômeur !

Comme Manuel Valls, alors Ministre de l’Intérieur, qui prétendait aider les immigrés à s’intégrer en les « nationalisant » aussitôt que possible au lieu d’attendre qu’ils aient démontré par leurs actes, leur volonté et leur capacité à devenir français !

Comme Christiane Taubira encore, qui considère que le « mariage homo » est une avancée dans notre civilisation sans même penser que le problème de fond n’est pas de satisfaire les caprices d’homosexuels en mal d’enfants au nom d’une quelconque égalité de droits mais de garantir les droits de ces enfants : il n’y a pas de « droit à l’enfant » et il n’y a pas d’égalité dans les capacités de procréer, c’est peut-être injuste mais c’est ainsi !

Comme Najat Vallaud-Belkacem, qui prenant la succession de l’ex- « Commissaire politique à L’Education Nationale », Vincent Peillon, voudrait enseigner dès l’école primaire, la confusion des « genres » alors qu’elle ferait mieux de rétablir la discipline à l’école et d’enseigner les fondamentaux en remisant au placard les lubies éducatives des pédagogistes soixante-huitards !

Comme la même Najat VB qui, dans la ligne de toutes les associations immigrationnistes et militants anti-colonialistes, anti-racistes, anti-capitalistes, alter-mondialistes et gauchistes ou anarchistes plus ou moins illuminés, estime que le « multiculturalisme » est la voie de la France et de l’Europe leur assurant ainsi une engageante perspective de guerre civile au niveau local ou de guerre des civilisations au niveau international et au bout du compte, un indéfinissable métisssage mondialisé sans caractère propre, une babel de races, langues et sous-cultures de banlieues de pays sous-développés d’où tout caractère propre serait banni !

Comme les experts, bien-pensants mais faux-penseurs, commis par le gouvernement et le PS à l’étude des problèmes d’immigration qui préconisent l’ouverture totale doublée d’une « approche inclusive » de toute la misère du monde sans même penser que les capacités d’accueil de la France et de l’Europe sont très limitées et qu’elles n’ont besoin au mieux, que d’une immigration choisie et contrôlée mais mourraient d’une immigration de masse,

Comme ces mêmes faux-penseurs, experts, politiciens ou associatifs gauchisants qui en arrivent à considérer que c’est le devoir du pays d’accueil de s’adapter à l’immigration et non aux immigrés de se fondre dans les lois et coutumes de ce pays jusqu’à assimilation et éventuelle nationalisation, renversant ainsi les priorités de droits et de devoirs de l’invité à l’égard de celui qui le reçoit. Ils exaspèrent ainsi les populations d’origine qui veulent bien accueillir quelques invités à condition que ces derniers les respectent et ne cherchent pas à leur imposer leurs propres lois et coutumes … ainsi dérivent les quartiers « sensibles » et le Front National monte !

Comme, ces mêmes belles âmes qui fantasment sur l’islam sans bien le distinguer de l’islamisme. Elles le rejettent parfois violemment quand elles sont féministes, ou refusent d’exiger des musulmans et de leurs autorités religieuses qu’ils condamnent fermement et systématiquement les dérives de l’islamisme par peur de paraître « islamophobes ». Elles provoquent ainsi l’islamophobie et le racisme qu’elles prétendent combattre ! … tous ces irresponsables parlent au lieu d’agir et les quartiers « sensibles » dérivent en même temps que monte le Front National !

 

Ils agissent à contresens ou ne font rien … ils éclairent ainsi le chemin de la droite … remercions-les !

 

Comme Hollande et ses gouvernements qui saupoudrent le bon peuple, de subventions et exonérations d’impôt pour lui montrer qu’ils font aussi des cadeaux aux pauvres. C’est le volet « justice sociale », qu’ils présentent comme la contrepartie solidarité du pacte de compétitivité que la gauche dure considère bêtement comme un « cadeau aux entreprises » alors que c’est la compétitivité qui fera la justice socialeen attendant les dépenses publiques augmentent alors qu’il faut les diminuer ! C’est le programme de la droite !

Comme l’incurie et l’incapacité de ces gouvernements à réformer en profondeur l’ensemble du secteur public (missions, fonctions, procédures et moyens) pour diminuer significativement la dépense publique et ensuite alléger le poids qui pèse sur les acteurs capables de relancer l’économie, entreprises, travailleurs-consommateurs, épargnants et investisseurs … inconscience des priorités ! C’est le programme de la droite !

Comme l’incurie et l’inaction de ces mêmes gouvernements en matière de politique pénale, de cadrage de l’immigration, de remise à niveau de l’éducation nationale, de reprise en mains politique, économique, sociale et culturelle des quartiers sensibles, … les ministres s’agitent et font du lyrisme sur quelques mesures de détail pour cacher leur blocage politique et leur immobilisme sur l’essentiel ! … inconscience ou machiavélisme, le peuple exaspéré va au Front National ! Il faut l’empêcher et c’est le programme de la droite !

Comme la perte abyssale de crédibilité du Président et de ses gouvernements en matière d’initiative et de conduite des opérations dans les domaines de coopération confiés par les Etats-Membres à Bruxelles et au Parlement et plus encore, dans les domaines réservés où la coopération et la confiance entre partenaires européens en particulier avec l’Allemagne, sont au point mort … or c’est à Paris et à Berlin que l’Europe se fera et non à Bruxelles ou à Strasbourg ! Regagner la crédibilité perdue de la France, revitaliser la coopération franco-allemande et reprendre l’initiative pour la construction d’une véritable puissance européenne, c’est aussi le programme de la droite !

 

 

… et quand ils agissent dans le bon sens, ils ne peuvent s’empêcher de diluer, de remettre à plus tard ou de reculer comme s’ils se sentaient coupables de bien faire … peut être ont-ils peur aussi de bousculer les intérêts ou les blocages mentaux de leurs "clients" (ou les leurs propres ?) après une si longue imprégnation des poncifs marxisants ?

Ainsi de la décision prise fin 2012 suite au rapport Gallois, de rendre aux entreprises un peu de la marge qui leur avait été confisquée, par le biais du « CICE-Pacte de compétitivité » dont la mise en oeuvre traîne encore à fin 2014 … comme si la notion d’urgence devait s’effacer devant le « donner du temps au temps » de Mitterand années 80, reconverti en « procrastination hollandesque 2012-2014 voire 2017 ( ?) » … inconscience des urgences ! … c’était en 2012-2013 qu’il fallait agir et non pas en 2014-2015 voire 2016 ou 2017 et massivement, non pas avec des montants très insuffisants, pour avoir un quelconque effet ! La droite devra donc reprendre le problème autrement et à une tout autre échelle !

Aussi cette autre mesure, déjà très timide en elle-même, de recul à 63 ans (en 2030 !!!) de l’âge de départ à la retraite, réduite à rien avec effet indirect très négatif sur la mesure des « 62 ans » de l’équipe Sarkozy-Fillon, par l’instauration de « comptes pénibilité au travail » toujours en cours de négociation (méfions-nous des abus d’interprétation ! il est en effet toujours pénible de travailler … même quand les travaux de force sont faits par des machines et même quand on reste assis dans les bureaux !!) … le problème en effet n’est pas là mais de reculer l’âge de la retraite à 65 ans et de traiter enfin définitivement la problématique de l’ensemble des régimes de retraite publics et privés, et notamment l’intolérable « injustice sociale des régimes spéciaux »! A la droite encore de régler ce problème !

Ou encore l’idée de « flexi-sécurité » initiée par le gouvernement précédent et accordée par les partenaires sociaux en janvier 2013 dont la mise en œuvre a malheureusement fait la part belle à la « sécurisation » plutôt qu’à la « flexibilisation » … les synthèses hollandesques malheureusement, ont trop souvent tendance à pencher du mauvais côté ! … le problème est beaucoup plus vaste que la simple flexibilisation-sécurisation du temps et de la rémunération du travail au niveau de l’entreprise en fonction de la conjoncture, il est de flexibiliser le droit du travail dans son ensemble y compris les conditions d’embauche et de licenciement, les obligations de gestion sociale des entreprises, les conditions d’une intervention syndicale éventuelle dans cette gestion, le cadre des recours contentieux, etc … C’est aussi dans le programme de la droite !

 

 

Inconscients, incompétents ou manquant de courage, Hollande et ses équipes ont fait du détail quand il fallait aller à l’essentiel. Ils ont fait un peu de justice sociale à la sauvette alors que la priorité était évidemment de faire « beaucoup de compétitivité » et rendre efficace à moindre coût notre secteur public et notamment notre système de protection sociale !

Hollande et ses amis n’ont fait qu’élargir et conforter les contresens de Mitterand, de Jospin et de cette gauche encalminée dans ses vieux fantasmes socialisants alors que la France avait à faire face à une concurrence croissante de nos partenaires en Europe et au déferlement économique et humain du reste du monde !

Le programme de la droite sera donc très fortement marqué en contrepoint de l’incurie de la gauche française, reprenant dans le bon sens tout ce que la gauche n’aura pas eu l’idée ou le courage de faire pour redresser la France sur le plan économique et social mais il faudra aussi rétablir la République mise à mal par le laxisme voire l’entreprise délibérée du pouvoir socialiste et de ses comparses, de dé-construction des valeurs républicaines, de l’autorité de l’Etat, de la cohésion sociale et de l’identité nationale.

Le but est de permettre à la France de reprendre son rôle séculaire de puissance-pivot en Europe, son pouvoir d’initiative et d’impulsion de la construction européenne afin que celle-ci puisse s’affirmer comme la puissance mondiale de référence du 21è siècle.